Côte-d’Ivoire: Philibert Koudougnon (député de Cocody) demande la libération des « prisonniers » politiques

Réconciliation nationale – Philibert Koudougnon (député de Cocody) :
« La justice a son rythme on ne peut pas l’attendre, il faut libérer les prisonniers ! »

Par Connectionivoirienne

Le député de Cocody Philibert Stéphane Koudougnon élu en 2016 sur la même liste que Yasmina Ouégnin a parrainé samedi le baptême de la 9e promotion terminale du Lycée moderne de Cocody Angré. Une promotion forte de 325 élèves qui affrontent le bac les semaines à venir. Le député a profité de l’occasion pour rendre un hommage appuyé au défunt maire Fpi de Cocody, Gomon Diagou bâtisseur de l’établissement et dont il était le directeur technique.

En marge de cette activité festive, le député a donné sa position sur le dossier de la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire. Ces dernières années, le président Alassane Ouattara a, à plusieurs occasions, affirmé sa volonté de réconcilier les Ivoiriens. Mieux, dès 2011, il a créé la commission dialogue vérité et réconciliation (Cdvr) qui laissera plus tard la place à la Conariv (Commission nationale de réconciliation et d’indemnisation des victimes). A la réalité, ce chantier n’a pas beaucoup progressé.

Et le député de Cocody s’est dit offusqué par la démarche empruntée par le pouvoir. Là-dessus, il a fait connaître son point de vue en ces termes : « Il faut qu’on libère les prisonniers pour faciliter la réconciliation. La justice a son rythme et on ne peut pas dire qu’il faut la mener à son terme avant de libérer les gens. Être ivoirien c’est pardonner. Pour ce qui s’est passé, on pardonne, on ferme la page (de la crise) et on ouvre une nouvelle page ».

Sur un autre ton et plus incisif, il ajoute : « Il faut libérer les prisonniers pour la réconciliation. Sinon, il n’y aura pas de réconciliation. Les gens sont en exil, Laurent Gbagbo et Blé Goudé sont à La Haye et on nous parle de réconciliation. De quelle réconciliation on nous parle ? Libérez les prisonniers et vous verrez. On parle de réconciliation mais les actes ne suivent pas. Et moi je suis sidéré, triste chaque fois qu’on dit que la justice fera son travail. Or la justice a son rythme ! Je crois que nous sommes africains, nous sommes en Côte d’Ivoire et on peut se pardonner entre nous. »

Pour le reste le parrain député a prodigué de sages conseils à ses filleuls en leur demandant d’être des amoureux du travail pour l’avènement de l’ivoirien nouveau. Il les a invités à se détourner de l’alcool et surtout de la drogue qui fait des ravages dans notre société.
« Vous entrez dans une phase de la vie qui exigera de vous, plus de responsabilité ou un sens plus marqué du devoir. La moindre erreur de parcours vous sera fatale. Vous aurez à « payer cash » tout manquement au devoir. Je voudrais vous engager à un sens aigu de la responsabilité, dans l’honneur, la loyauté et la probité », a-t-il également parlé à la conscience de ses filleuls. La présidente de la promotion sortante a fait la promesse d’un succès au bac à 100 % des candidats.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Author: La Rédaction