Café cacao en Côte-d’Ivoire: L’université de Daloa accueille un institut de négoce des matières premières

Par Connectionivoirienne

Le GIE PMEX COOPEX vient de faire d’une réalité le rêve jadis caressé de doter l’univers scolaire de Côte d’Ivoire, d’une filière essentiellement basée sur les métiers du négoce des matières premières dont le binôme café cacao, fer de lance de l’économie ivoirienne.
En effet le 08 mai 2018, le GIE PMEX COOPEX sous la houlette de Monsieur Raymond Koffi, son Président et avec l’aval de Madame le Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique Professeur LY Ramata, a signé une convention de couverture académique avec l’Université Jean Lorougnon GUEDE en vue de la mise sur pied d’un Institut National du Négoce et du Développement Agricole (I2NDA) de haut niveau.
A travers ce partenariat le GIE PMIEX COOPEX se donne pour mission d’offrir une formation et des recherches de haute qualité aux fins de contribuer à maintenir et améliorer les revenus des producteurs de cacao, de structurer la filière en créant davantage de valeur ajoutée et d’emplois, ainsi que de promouvoir la consommation des produits dérivés au plan national et sous-régional.

L’I2NDA est une initiative du GIE PMIEX COOPEX qui regroupe les opérateurs nationaux exportateurs de café cacao. L’institut dirigé par Mr DJIKALOU Martyrs Léopold, directeur exécutif du GIE, est placé sous la présidence de M. Raymond Koffi Président du GIE et la coordination académique du Dr KOTCHY Valère.

Pour Madame Tidou Abiba Sanogo épouse Koné, Présidente de l’université Jean Lourougnon Guédé, cet institut, premier en son genre dans nos universités publiques, est le fruit du partenariat entre l’Etat de Côte d’Ivoire, représenté par l’Université Jean Lorougnon Guédé de Daloa et le privé, représenté par le Groupement d’Intérêt Economique des Petites et Moyennes Industries et des Coopératives Exportatrices de Café-Cacao (GIE PMIEX COOPEX).
La Création de cet Institut répond à la vocation de former des techniciens et des cadres au négoce des matières premières en général et particulièrement des matières premières agricoles, ainsi qu’à l’entreprenariat agricole.
Selon son exposé, Cette ambition est une contribution à l’appel du gouvernement maintes fois exprimé.

Poursuivant dans la même veine, le Président de l’Institut, M. Koffi Raymond, dira pour sa part que l’I2NDA doit permettre de relever certains défis. Entre autres : la structuration des filières en interprofessions fortes et dynamiques, l’accès équitable des producteurs aux facteurs de production (produits phyto, engrais, semences), le renforcement des capacités professionnelles et de gestion des coopératives pour qu’elles accèdent au financement, la mise en place d’une stratégie commerciale qui reflète notre poids au niveau de la production mondiale, la diversification de l’offre et celle de leurs débouchés en visant principalement les marchés émergents dont l’Afrique.

Au-delà de ces actions qui contribueront certainement à améliorer l’environnement des filières agricoles, le Président KOFFI a cité des défis importants à relever.
Notamment La problématique du changement climatique et les questions foncières qui devront être également abordées à l’institut.

SD avec sercom Rmdec

Author: La Rédaction