Côte-d’Ivoire: Soro inquiet pour Soul to Soul après « l’empoisonnement » de Samba David à Korhogo

Lu pour vous sur le compte facebook officiel de Soro

« Je viens de lire avec stupéfaction cette horrible histoire de l’empoisonnement de M. SAMBA DAVID dans la prison de KORHOGO si cela s’avérait vrai! Alors il faut craindre pour la santé de Soul To Soul.
Dans un État de Droit le Ministre de la Justice devrait être entendu au Parlement.
Que toutes les bonnes volontés se mobilisent pour sauver la vie de ce jeune homme.
#GksTeam. »


Soro inquiet « pour la santé de Soul to Soul », après le possible empoisonnement d’un détenu à Korhogo

Ange TIEMOKO

Dans un post publié, jeudi nuit sur sa page Facebook, le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, réagissant à un article de l’hebdomadaire ivoirien «L’Eléphant déchaîné», relatif à l’empoisonnement d’un détenu, a dit « craindre pour la santé » de son chef de protocole, incarcéré depuis octobre 2017 à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA).

Le 13 septembre 2015, le président de la Coalition des indignés de Côte d’Ivoire, Samba David est interpellé après une manifestation à Abidjan, puis condamné à six mois de prison, pour « troubles à l’ordre public ».

En mars 2018, il est transféré de la Direction de la sécurité territoriale (DST), à la prison de Korhogo (Nord ivoirien), où « il a été empoisonné par un autre détenu » qui s’était mis à son service, selon « L’Eléphant déchaîné ».

Dans la nuit de mardi à mercredi, son avocat, Maître Rodrigue Dadjé a annoncé avoir « obtenu de la justice ivoirienne, sa mise en liberté provisoire, pour raisons médicales », précisant que Samba David évacué le 12 juillet au Chu de Cocody (Est d’Abidjan) est « très souffrant ».

« Je viens de lire avec stupéfaction cette horrible histoire de l’empoisonnement de Samba David dans la prison de Korhogo. Si cela s’avérait vrai ! Alors il faut craindre pour la santé de (Souleymane Kamagaté), dit Soul To Soul », a réagi Guillaume Soro, estimant que « dans un Etat de droit, le ministre de la Justice devrait être entendu au Parlement ».

Dans un entretien il y a une semaine sur RFI, le président de l’Assemblée nationale évoquant l’arrestation et l’incarcération de Soul To Soul, dans l’affaire des caches d’arme à Bouaké (Centre) avait évité d’entrer « dans un certain nombre de détails » et soutenu que « cette affaire relève en partie du secret d’Etat ».

Ange TIEMOKO

Commentaires facebook

Author: La Rédaction

5 commentaires sur “Côte-d’Ivoire: Soro inquiet pour Soul to Soul après « l’empoisonnement » de Samba David à Korhogo

  1. Réveillé par l’emprisonnement de SoulToSoul… Alors comme ça, Guillaume Kigbafori Soro vient de découvrir qu’il existe des prisonniers politiques dans ce pays ? Qu’ils sont transbahutés de prison en prison, interdits de soins et de visite, torturés, etc ? « Réparateur de virginité » est vraiment le métier en vogue en ce moment en Côte d’Ivoire. A cette allure, Soro « risque » d’apprendre demain matin que sous sa gouvernance en zone CNO, la chasse aux Koyakas a donné des dizaines de morts par suffocation dans des containers à Korhogo.

  2. L’heure approche.
    Combien ont été empoisonnés, violés … ! Soro fait mine de découvrir les atrocités qui sont endurées par ceux que Dramane considère comme des opposants.

    Selon Soro,  » Dans un État de Droit le Ministre de la Justice devrait être entendu au Parlement… » pour les actes barbares commis dans les prisons de Côte d’Ivoire.

    Il reconnaît ainsi que le pouvoir qu’il a contribué à imposer aux ivoiriens à coups de kalachnikov, est une dictature. Qu’il s’en prenne d’abord à sa propre turpitude pour son rôle de rebelle sanguinaire au service de celui (Dramane) dont il critique aujourd’hui, la gouvernance. Les écailles soudainement tombent de ses yeux. Il pleure car l’armurier, son complice des moments troubles, Soul To Soul est détenu par Ouattara et un de ses sympathisants, Soro Kognon est assassiné à Korhogo. Il découvre la compassion.

    Le « supposé président » d’une Assemblée nationale, une coquille vide, qui en réalité n’a aucun pouvoir s’agite nerveusement. Cette chambre basse est remplie de béni oui oui, à la solde de leurs panses. Meurtri au plus fond de sa chair, Soro Guillaume crie son amertume qui exprime malheureusement, toute son impuissance.

    Du Canada en passant par la France, Soro parle trop. Mais en tant que froussard, il ne pose aucun acte. Lui, qui clamait en son temps, agir sous les auspices de la « communauté internationale » semble désormais seul. Se souvient-il de ce que Blé Goudé disait au plus fort de la crise à propos des trois L. ou trois paliers des soutiens de la communauté internationale, à savoir « d’abord Lécher, ensuite Lâcher et enfin Lyncher » Soro a été léché pour servir la communauté. Son forfait accompli, la communauté se désolidarise de lui.

    Le dernier article de Fanny Pigeaud dans MEDIAPART du 24 juillet 2018, dont extrait ci-dessous, semble indiquer que Soro est sur le point d’être Lâché, pour bientôt être Lynché. Allons doucement car nous sommes pressés. Les soutiens d’hier vont s’évaporer au fur et à mesure que l’heure fatidique approchera.

     » Dans le dossier des victimes de l’Ouest, le nom de Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale depuis 2012, est régulièrement cité : il était à l’époque des faits le ministre de la défense d’Alassane Ouattara et secrétaire général de la rébellion des Forces nouvelles qui ont combattu pour l’actuel chef de l’Etat.  »

    Les temps commencent à s’assombrir.

  3. @Zoguehi,
    La vengeance est un sentiment légitime, tant et si bien que certaines démocraties en reconnaissent la légitimité par l’introduction de la notion de ce que Max Weber nomme « monopole de la violence légitime », aboutissant à l’acceptation de la peine capitale, et sa pleine application. Si le camp Ouattara a estimé utile de « se venger », qu’il reconnaisse aussi le droit à ceux qui s’estiment victimes de ses actes, de procéder de même quand l’occasion lueur sera donnée.

    J’attends fermement les « crétins » évangéliques ou catholiques qui viendront nous asséner leurs admonestations sur les vertus de la charité chrétienne, du pardon, de la joue à tendre quand l’on reçoit une gifle sur l’autre, etc. Non, la vengeance est souvent si douce parce qu’elle est un sentiment légitime. Ce sentiment habite ceux d’en face, heureux des brimades infligées aux adversaires politiques dorénavant passés ennemis politiques : le souvenir agréablement égrené de la « capturation de Gbagbo », de la molestation et l’humiliation de Dacouri Tabley, de Simone et Michel Gbagbo, du coup de pied circulaire en pleine face de Jean-Jacques Béchio, du visage tuméfié de Lida Kouassi, de la précarité de la vie des réfugiés agglutinés sous les tentes au Ghana, des corps qui jonchaient les rues de Duekoué carrefour, des jeunes parqués nus dans une station service de Yopougon,… et de tant d’autres souvenirs agréables pour eux de l’expression de leur vengeance. Bonne et douce délectation, ce plaisir pris (légitimement selon vous), espérons que vous reconnaissez aux autres le même droit.

    Conficius recommande de creuser 2 tombes quand l’on vise l’objectif de vengeance. Vous avez eu près de huit 8 ans pour clore le cycle, mais vous y avez renoncé parce que la vengeance était trop douce. Quand l’on est convaincu que la marche de l’univers ne recèle aucun cycle, on s’en fiche, bien évidemment, persuadés qu’on restera éternellement là-haut. L’Egypte l’a pensé, l’Empire de la Steppe l’a pensé, Byzance l’a pensé, Ottoman l’a pensé, Rome l’a pensé, 3ème Reich l’a pensé, etc.

  4. « FANNY PIGEAUD
    COMME SI ON SAVAIT PAS POUR QUI ELLE ROULAIT ET ROULE »

    Non mon cher patient, vous n’y êtes pas !!

    MEDIAPART qui publie les articles de FANNY PIGEAUD, c’est avant tout un agitateur de conscience et d’opinion.

    Ce genre journalistique se base sur ce qui pourrait faire le buzz pour prospérer et en général, cela se retrouve dans tout ce qui pourrait gêner un pouvoir installé et établi.

    Aujourd’hui, ce sont les tares du pouvoir OUATTARA qui sont affichées et commentées. Demain, si ce sont des pro GBAGBO qui sont aux affaires, il seront tout autant ausculté a la loupe et leur tares seront découvertes et commentées, analysées, avec à terme la responsabilité pour le pouvoir en place ou l’opinion publique de gérer la situation.

    Attribuer un camp à Fanny PIGEAUD est donc une erreur, par contre, savoir si ses propos sont dignes de crédit ou pas, savoir quelle réponse leur destiner est ici ce que le pouvoir OUATTARA et tous ses suiveurs doivent faire.

    Ce que vous ne faites pas !!

    Dommage !!

    Je vous adresserai une prescription un peu plus tard pour calmer vos maux de tête récurrents en espérant que vous ne vous suiciderez pas avant !!

    Dabakala

Comments are closed.