Meeting du Pdci à Gagnoa en Côte-d’Ivoire: Fier de la décision de Bédié, Konan Banny cogne Ouattara

• ‘’Dieu est grand ! Que son nom soit loué’’
• ‘’Ouattara qui se dit houphouetiste doit mettre en œuvre les bonnes pratiques’’

Visage débonnaire, très inspiré face aux cadres du Pdci et quelque dix mille participants, Charles Konan Banny a parlé pendant plus de 30 minutes chrono. C’est lui, en tant que patron de la cérémonie, qui a bouclé la liste des nombreux intervenants lors de ce meeting d’hommage à Henri Konan Bédié, samedi dans la capitale du Goh (Gagnoa, Oumé), finalement au stade Biaka Boda.

Dans la petite guerre de positionnement qui se profile à l’horizon au sein du Pdci en vue de la présidentielle de 2020, Konan Banny ne voulait rater en rien l’occasion pour donner des coups, des leçons, mais aussi de se laver de tout soupçon de trahison, au moment où le parti septuagénaire traverse une nouvelle crise de cohésion.
L’ancien premier ministre de Gbagbo et ex-président de la Commission dialogue vérité et réconciliation (Cdvr) de Ouattara, dans des mots choisis et dans un langage soutenu, entre témoignages et hommage à Bédié, n’a pas été tendre avec le pouvoir, en particulier avec Alassane Ouattara qui ‘’n’est plus mon ami’’. Tout comme il a fustigé Adjoumani and Co, les tenants du mouvement « Sur les traces d’Houphouët-Boigny » qu’il qualifie de ‘’succédanés’’ (imitateurs, ndlr) du Pdci. Il a également estimé que ce rendez-vous de Gagnoa est « une étape de consolidation qui met fin aux hésitations des uns et des autres qui n’étaient plus sûrs de leur parti ».
« Les discours que j’ai entendu ici font une douce musique à mes oreilles. Dieu est grand ! Que son nom soit loué. Le mensonge court vite mais la vérité part lentement, surement et rattrape toujours le mensonge », se réjouit-il d’entrée de la ‘’décision émancipant le Pdci du Rhdp’’, selon ses propres termes. « J’ai dit au président Bédié que je suis venu pour qu’on travaille pour le Pdci. Je ne suis ni Rdr, ni Rhdp. Nous prenons notre décision de nous reconstruire. Construire le Pdci de Félix Houphouët-Boigny », révèle-t-il de ses propos tenus devant le patron du Pdci lors d’une audience.

Et pour signifier que l’ancien parti unique est porteur de valeurs cardinales et qu’il n’est en rien comparable au Rhdp qui a l’intention de le faire disparaître, Banny tiendra par la suite ces propos salés :

« Nous savons qu’au fond, indépendamment des ambitions politiciennes, qui nous ont entraîné là où, jamais, nous n’aurions dû aller et pour lesquelles certains d’entre nous ont utilisé des ingrédients qu’on ne doit jamais utiliser en politique, c’est-à-dire – instrumentaliser ce qui est irrationnel, instrumentaliser ce qui est sentimental, instrumentaliser la religion, instrumentaliser l’ethnie faussement pour en faire un instrument d’accession au pouvoir – ça fait un cocktail explosif et ç’a explosé ! Cela ne ressemble pas à la Côte d’Ivoire, la Côte d’Ivoire n’a jamais été cela ! Voyez-vous ! Comment des Ivoiriens peuvent se déterminer en fonction de leur position géographique sur le territoire ivoirien ? Comment penser que des Ivoiriens puissent se déterminer à la chose publique en se repliant derrière leur appartenance religieuse ? Comment penser que les ethnies peuvent nous diviser ? (…) Je suis un petit Akouè de Yamoussoukro, mon père a épousé une dernière femme qui est de Toutoubré (Gagnoa). Moi-même je rencontre une femme née à Gagnoa dont les parents sont de Touba. Mais la boucle est bouclée ! C’est cela la Côte d’Ivoire que le Pdci va faire renaître. »

L’objectif du combat du Pdci qui veut reconquérir le pouvoir est, selon Konan Banny, d’asseoir l’avenir de la Côte d’Ivoire sur des valeurs. Les valeurs d’espérance, de dialogue, de fraternité. « L’homme est le temple de Dieu et celui qui tue un homme détruit le temple de Dieu », a-t-il brocardé avant d’inviter Alassane Ouattara à publier le rapport de la Cdvr qu’il a dirigée 3 ans durant.

Sur un autre ton, l’ancien gouverneur de la Bceao dira à propos de la gouvernance du pays : « J’encourage le président Ouattara qui se dit houphouëtiste à mettre en œuvre les bonnes pratiques ». Ceci pour, selon lui, ‘’consolider les acquis’’ car ‘’la pauvreté augmente dans notre pays et toutes les études le prouvent’’. Il a néanmoins salué l’ordonnance d’amnistie qu’il veut voir transformer en loi comme le souhaite aussi le président du Pdci-Rda.

Le discours de Banny a été par moments très applaudi par les militants qu’il a invités à se tenir ‘’devant, derrière et aux côtés de Bédié’’ pour aller à la reconquête de la Côte d’Ivoire en 2020. Ce meeting a mobilisé de hauts dignitaires du parti dont Essy Amara et le ministre Patrick Achi, actuel secrétaire général de la présidence de la République. Là où les ministres du mouvement d’Adjoumani ont boudé.

Pour le secrétaire exécutif Kacou Guikahué, le défi pour son parti n’est plus la question de la candidature d’un militant actif du Pdci mais plutôt la victoire d’un candidat Pdci. Il s’est dit fier d’un tel rassemblement dans son fief de Gagnoa avant de magnifier Konan Bédié ‘’devenu dans notre pays l’emblème du point fixe vers lequel convergent les hommes politiques épris de paix et soucieux de l’avenir de la Côte d’Ivoire.’’

Prochaine étape, Dimbokro. La date reste à déterminer.
SD, de retour de Gagnoa
sdebailly@yahoo.fr

Author: La Rédaction