Côte-d’Ivoire: Massafola (juge) « suspend » les décisions du Bureau politique du 17 juin, le PDCI fait appel, Bédié menacé

Connectionivoirienne | Par Sylvie Kouamé

La Justice ivoirienne a fini par se mêler des palabres au PDCI-RDA entre partisans du parti unifié RHDP, et défenseurs de la ligne originelle du PDCI-RDA.

En effet, dans un jugement rendu ce mercredi 19 septembre, le juge de première instance Massofola Traoré a suspendu les décisions prises au Bureau politique du PDCI-RDA tenu le 17 juin dernier à Daoukro.

Dans son jugement, le juge Massafola Traoré écrit: « Renvoyons les parties à mieux se pourvoir, mais des à présent et vu l’urgence, rejetons l’exception d’incompétence soulevée par le PDCI, nous déclarons compétent, rejetons les exceptions d’irrecevabilité tirées de défaut de qualité et de la violation de l’article 69 des statuts du parti, déclarons monsieur N’guessan [Jérôme, le plaignant, lui-même membre du bureau politique, mais proche de la présidence de la République] recevable en son action, l’y disons bien-fondé (…) Ordonnons la suspension de toutes les décisions prises par le Bureau politique du PDCI tel que résultant du communiqué final. Mettons les dépens à la charge du PDCI ».


Le fameux Bureau politique du 17 juin avait reporté à un congrès l’adhésion du PDCI-RDA parti dit unifié RHDP. Jérôme N’Guessan, membre du bureau politique, avait saisi la justice pour casser la décision de reporter l’adhésion au parti unifié à un congrès.

A l’analyse, à travers le jugement rendu par Massafola Traoré, la justice ivoirienne se range du côté des partisans du parti unifié pro-Ouattara.

Adjoumani Kouassi, Bernard Koutoua Ehui, Amede Kouakou, Paulin Danho, Michel Benoit Coffi, Felix Anoble, Kagnon Silue, Adophe Konan Saraka, Noel Yao, Louis Kouakou Ambonoua et Behou Ekis font aussi partis du groupe des contestataires du BP du 17 juin.

Selon des proches de Bédié approchés, les avocats du PDCI-RDA vont faire appel de la décision du juge Massafola. «Nous sommes prêts à aller devant les instances internationales, telle que la Cour Africaine des droits des peuples s’il le faut », nous a répondu un haut cadre du PDCI-RDA.

Dans le camp des partisans du parti unifié, il se murmure déjà que «Bédié ne peut plus être président du Pdci à partir du 6 octobre 2018, date de la fin de mandat. Il doit organiser un congrès…»

SK

Author: La Rédaction

4 commentaires sur “Côte-d’Ivoire: Massafola (juge) « suspend » les décisions du Bureau politique du 17 juin, le PDCI fait appel, Bédié menacé

  1. Le pro-RDRHDP a eu raison en justice. Non mais, franchement, QUELLE SURPRISE ! Tous ceux qui ont maille à partir avec le pouvoir auront toujours tort en justice, au bénéfice de ceux qui suivent moutonnement Ouattara. Comme au FPI, à l’UDCI, au PIT, au MFA, etc. Sous LG hier, un lobbying effréné des associés de Comstar excluait la Côte d’Ivoire de l’AGOA à cause des agissement du sulfureux Alexandre Galey, « neveu du président ».

    Les investisseurs américains pour qui pas question de mettre un orteil dans un pays sans l’assurance d’une justice libre capable de défendre leurs intérêts en cas de conflit, on observera de loin ce drôle de pays où les décisions sont dictées et téléguidées au gré d’intérêts obscurs. Mais nous à la case, on s’en « gnangne » ! Il y a foule de pays amateurs de pêche en eaux troubles, et disposés à venir faire pleuvoir des milliards à la place des démocraties occidentales. Conclusion, nous n’attirerons toujours que des flibustiers à cause de notre Justice, difficilement crédible. En attendant, fêtons comme il se doit les « chèques » à plusieurs dizaines de zéros jusqu’au jour où… Pour souper avec le diable, il faut être muni d’une longue cuillère.

  2. Bon y a pas très longtemps on nous vantait juste après l appel de daoukro que bedie était le sage l érudit politique de la côte d ivoire.

    Il a l occasion de nous le démontrer et faire taire les mauvaises langues qui disent qu’ il ne conduit le pdci que de défaite en défaite…

  3. @Marianne,
    L’ erreur monumentale de Bedie est l’appel de Daoukro, et je crois que c’est une erreur de laquelle il est difficile de se remettre. Contre toute attente, au moment il devrait faire prévaloir l’ accord tacite au sein du RHDP, qui stipulait qu’au premier tour, ses membres partaient individuellement. Et au second tour, les autres supportaient le mieux placé, Bedie pour des intérêts égoïstes à privé le PDCI d’une victoire certaine. Il a préféré donner le pouvoir au RDR, croyant naïvement que Ouattara, changerait la constitution à son profit, et le supporterait pour qu’il ramasse le pouvoir en 2020.
    Erreur, comme il a toujours été , Ouattara s’est joué de lui.
    En ces temps là, l’effet de surprise, ajouté à l’apport des militants du FPI auraient eu raison du RDR. Mais Bedie étant forclos par la limite d’ âge à préféré donner le pouvoir à Ouattara que de voir un militant du PDCI lui faire ombrage.
    Mais comment sortir le PDCI de ce piège juridique ?
    Passer la main maintenant. À qui ?
    Jean Louis billon. Il est jeune, il est tenace, il est fortuné. Plus il est du Nord.
    Ne risquera t’il de s’exposer au pouvoir de Ouattara ? Peut être. Mais Bedie est fatigué pour suivre le cour des événements.

  4. @dje

    Ouais.

    Ça me fait quand même de la peine de voir Mr Bedie ainsi à son âge.

    Billion à mon avis me maitrise pas l appareil du parti actuellement. Il serait du pain béni pour le rhdp.

    L histoire va t elle se répéter? Va t il une fois de plus partir dans l humiliation comme en 99?

Comments are closed.