L’Abissa dans les abyssales à Grand Bassam en Côte d’Ivoire !

L’Abissa dans les abyssales, vêtue de ses habits sales offre son spectacle le plus dégarni de l’histoire de ses célébrations. La fête annuelle des N’Zema Kotoko de Grand Bassam, prend ce goût griseux-acre de tamarin des déserts.

Les propriétaires, côté mer, de Bassam portent encore le masque des dernières municipales. Le peuple n’est pas content et ne s’en cache pas. Or, le pouvoir appartient au peuple. Cette vérité tant constitutionnelle que coutumière, est ce qui est de plus valable là-bas, à Bassam. Au résultat, c’est le boycott de la cérémonie. Les foules naguère compactes lors des dernières célébrations, ont cette fois passé la main au Roi et à ses roitelets.

Un Abissa inédit, dans la stricte intimité familiale, sous haute surveillance militaire et policière. Les N’Zema sont rancuniers.

Ce peuple tient à ses us et principe de gouvernance. Le Roi, serait allé loin dans ses prérogatives, franchissant la ligne verte. Une parodie d’Abissa aura lieu vaille que vaille. Soit. Sauf que pour de nombreux N’Zema, l’actuel Roi a commencé à ne plus l’être et dans les cœurs et les esprits. L’actuel détenteur du trône en a conscience. Des libations aux sacrifices, liqueur forte et sang d’animaux n’ont jamais autant coulé sur le sol sablonneux du quartier France nous dit-on.

Les mannes des ancêtres accepteront-ils de comprendre les enjeux de 2020 ?

Jo Winner Saraka
Analyste Politique

Author: La Rédaction