5e édition de West Africa Agrofood en Côte-d’Ivoire: Des géants de l’emballage, de l’impression et du conditionnement à Abidjan

Le ministre Sangafowa (5e à partir de la gauche) et des ambassadeurs européens lors de l’ouverture du salon

Le plaidoyer du ministre ivoirien de l’Agriculture qui fait tilt

La 5e édition de West Africa Agrofood et de West Africa PlastPrintPack, un salon consacré aux produits de l’agriculture, à l’emballage et au conditionnement des produits, s’est ouverte mardi à Abidjan à l’hôtel Radisson Blue, près de l’aéroport Houphouët-Boigny de Port-Bouët.

Ce rendez-vous d’affaires, voulu par la structure 2A Consulting et son partenaire allemand Fairtrade, a tenu ses promesses de mobilisation des exposants. 80 entreprises à l’expérience avérée venus de 17 pays d’Afrique, d’Europe et d’Asie sont présentes pour offrir leur expertise aux visiteurs, près de 5 mille, selon les organisateurs.

A la cérémonie d’ouverture de ce salon, le premier du genre à Abidjan après les 4 premières éditions tenues à Accra au Ghana, plusieurs ambassadeurs et autorités ivoiriennes en charge du Commerce, de l’Industrie et de l’Agriculture ont entretenu l’auditoire sur les opportunités à saisir au cours de cette exposition. Si pour Augustin Akou, la Côte d’Ivoire est devenue le grenier de l’Afrique de l’ouest avec une agriculture dynamique et donc une opportunité commerciale intéressante pour les industriels du plastique, M. Mougo du ministère du Commerce et de l’Industrie, s’étendra quant à lui, sur la politique d’industrialisation de la Côte d’Ivoire. Une politique orientée, selon lui, sur la création d’emplois, sur la promotion de l’agro-industrie en vue de transformer les produits locaux comme la banane, le café, le cacao…

Les ambassadeurs de l’Allemagne, de la Turquie, des Pays-Bas ont tour à tour pris la parole pour non seulement expliquer l’intérêt qu’ils placent dans ce salon mais surtout pour vanter l’expertise de leurs pays respectifs dans différents domaines agricoles. On apprendra ainsi de l’ambassadeur des Pays-Bas, SEM. Robert Van Den Dool que ce petit pays d’Europe est le premier client de la Côte d’Ivoire avec 800 milliards de FCFA en achat de produits en 2015. 2e exportateur mondial de produits agricoles, son pays compte, affirme-t-il, 3 des 25 entreprises mondiales spécialisées dans l’alimentation et les boissons (exemple de Heineken).

A ce rendez-vous où on assiste à des démonstrations sur place, on rencontre des emballeurs variés : des embouteilleurs, des spécialistes de l’emballage plastique, des trieurs de céréales comme Satake, des spécialistes de boîtes de conserves comme ERG…

Le ministre ivoirien de l’Agriculture Mamadou Sangafowa a donné le coup d’envoi de la foire. Dans son allocution, il a encore fait rêver par les chiffres souvent, en déphasage avec la réalité, en déclarant que dans son pays les revenus des producteurs ont doublé en cinq ans passant de 3 mille milliards à six mille milliards de FCFA. Il a mis en exergue une relation de cause à effet entre le phénomène de l’immigration clandestine et l’expertise européenne en matière industrielle. « C’est l’importation des emplois africains qui attirent les jeunes africains vers vous », a-t-il caricaturé comme pour dire que c’est l’absence du transfert de technologie de l’Europe vers l’Afrique occasionnant la rareté de l’emploi qui incite les migrants africains à prendre le risque de la traversée de la méditerranée à partir des côtes libyennes.

Cette foire qui réunit plusieurs industriels européens, asiatiques et africains sera riche en partage d’expérience. Elle constitue une opportunité d’investissements pour les industriels qui découvrent la Côte d’Ivoire. Elle prend fin ce mercredi 22 novembre.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Author: Sylvain Debailly

Laisser un commentaire