Konan Bédié annonce « une nouvelle plateforme politique pour bientôt » en Côte-d’Ivoire (interview)

Edwige FIENDE

Le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ex-allié au pouvoir) Henri Konan Bédié a annoncé pour « bientôt », la mise en place d’une nouvelle plateforme des partis politiques qui « partagent la vision d’une Côte d’Ivoire réconciliée », dans une interview accordée au journal « Le nouveau Réveil », un quotidien proche de sa formation.

« Bientôt verra le jour la plateforme des partis politiques qui partagent la vision d’une Côte d’Ivoire réconciliée ».

Début Août, le président du PDCI avait annoncé la mise en place d’une plateforme comportant toutes les forces vives de la nation dont les partis politiques, après le retrait de sa formation du parti unifié, le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir).

« Ce sera une plateforme des plus élargies », a-t-il dit.

Une centaine de cadres se réclamant du PDCI et pro-RHDP, ont dans une déclaration, demandé de « nouvelles négociations » entre le PDCI et ses ex-alliés « afin de définir les modalités d’une alliance forte qui préserve les acquis et assure la paix ».

« Je ne sais pas de quelles négociations, il s’agit », a réagi Henri Konan Bédié qui assure qu’il opposera « une fin de non-recevoir à cette pétition ainsi qu’à ses signataires ».

Contre « une fédération des partis politiques comme le stipule dans l’article 40 du projet des statuts du parti unifié », M. Bédié a fait savoir « qu’aucune suite n’a été donnée à sa réserve « de maintenir le RHDP sous forme d’un groupement politique ».

Il a affirmé qu’il « reste disponible, mais la balle est dans le camp » de ses ex-alliés.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Lu pour vous

Rhdp unifié, dialogue avec Ouattara/Le Président Bédié crache ses vérités aux cadres Pdci et au camp Ouattara: «Les chiens aboient, la caravane passe» (Le Nouveau Réveil)

Ces derniers temps, beaucoup de choses sont dites et écrites sur lui. Certains disent même parler pour lui et pour le bien du Pdci-Rda, quand d’autres le vilipendent. Pour en avoir le cœur net, nous sommes allés à la rencontre du Président Henri Konan Bédié le 23 novembre à Daoukro. Il a bien voulu accorder cette interview exclusive à Le Nouveau Réveil qui mettra fin aux supputations de tous ordres.

Excellence Monsieur le Président, nous entendons dire, un peu partout ces derniers temps, que le PDCI-RDA est à la croisée des chemins. Partagez-vous cet avis ?

Non. le PDCI-Rda vit. Il poursuit sa marche paisiblement, comme le dit l’adage : «Les chiens aboient, la caravane passe».

Des élus et des cadres du PDCI-RDA ont fait publier, jeudi dernier, une déclaration dans laquelle ils vous demandent de mettre en place, au PDCI-RDA, une gouvernance améliorée et de reprendre les négociations avec le RHDP. Votre commentaire sur cette déclaration ?

Une gouvernance améliorée ? Je ne sais pas ce que ces gens veulent dire. le PDCI-RDa est dirigé par son président, ensuite par un Bureau politique, un Comité des anciens qu’on appelle le Comité des sages, une Convention et un Congrès. alors, de quelle gouvernance s’agit-il ? Moi-même, qui suis le président du parti, je suis assisté par un Cabinet de plus de 20 membres qu’on appelle le Secrétariat exécutif. Ce Secrétariat exécutif est chargé de transmettre et d’appliquer les directives du Président que je suis, en d’autres termes : ce n’est pas lui qui dirige le parti, il ne fait rien sans que je ne sois d’accord et il ne publie rien sans que je ne valide le texte. Alors, c’est quoi une gouvernance renforcée ? Je crois que la gouvernance est suffisamment nourrie pour que l’on puisse encore vouloir une gouvernance renforcée.

Outre le renforcement de la gouvernance, la déclaration a également fait cas de ce que vous devriez reprendre les négociations avec le RHDP.

Je ne sais pas de quelles négociations il s’agit. Lorsque le Bureau politique du 17 Juin 2018 du PDCI-RDA s’est tenu à Abidjan, la décision a été de charger le Président du PDCI-RDA de lui donner mandat pour maintenir le dialogue avec Ouattara et avec le RDR. Également, de l’autre côté, je crois que la même disposition a été prise de charger le Président Ouattara de maintenir le dialogue avec moi-même et le PDCI-RDA. Muni de ce mandat, recevant, ici même à Daoukro le 06 Juillet 2018, Madame Henriette Diabaté, Présidente du RDR et Madame Kandia Camara, Secrétaire Générale du RDR, je les avais chargées de transmettre au Président Ouattara trois documents, dont deux comportaient les réserves du PDCI-RDA sur les dispositions transitoires du projet des statuts du parti unifié RHDP. Cette réserve précisait, à juste titre, la nécessité de maintenir le RHDP sous forme d’un groupement politique, conformément à la loi de 1993 relative aux partis et aux groupements politiques. Cette loi n’autorise pas la fédération des partis politiques, comme stipulée dans l’article 40 du projet des statuts du parti unifié, dénommé RHDP. A ce jour, aucune suite n’a été donnée à cette réserve ; sinon que j’ai constaté, au même titre que l’opinion nationale, la convocation et la tenue le 16 Juillet 2018 d’une assemblée générale constitutive du parti unifié, dénommé RHDP. La dernière fois qu’Alassane et moi nous nous sommes rencontrés, je me suis rendu chez lui. Vous convenez avec moi qu’il n’y a pas eu de rupture de ma part dans le processus du dialogue entre le PDCI et le RHDP-RDR. Alors, dire qu’on mobilise des cadres ou des personnalités pour me demander de renouer le dialogue, je ne sais pas de quel dialogue il s’agit. Il n’y a pas de rupture puisque tous les deux, nous avons toujours des mandats pour nous parler quand l’occasion se présente et quand l’intérêt du moment le commande également. Alors, faire tant de bruits pour rien, pour demander qu’on se rencontre… Ce n’est pas se rencontrer qui règle les problèmes des Ivoiriens. Le PDCI-RDA n’est l’ennemi de personne. Je reste disponible, mais la balle est dans le camp du RDR, parti unifié. Aussi, voudrais-je porter à la connaissance de tous que je n’ai jamais instruit ni mandaté des vice-présidents, encore moins une quelconque personnalité du PDCI-RDA, à faire signer des pétitions. Cette affaire est une arnaque pour se maintenir à un poste. Ce qui agace l’opinion, c’est de savoir que c’est toujours de soi-disant personnalités du PDCI-RDA qui demandent ce dialogue, sans avoir des interlocuteurs, car l’autre côté en face, on ne voit pas le RDR s’agiter pour la même cause. Si c’était une bonne cause, ce serait partagé de part et d’autre ! les quelques personnalités dont vous parlez sont les seules à faire les va-et-vient entre Abidjan et Daoukro et toujours à publier le même texte en substance. nous au PDCI, nous savons ce que nous voulons et où nous allons. J’opposerai une fin de non-recevoir à cette pétition ainsi qu’à ses signataires.

Quel commentaire faites-vous également sur le déjeuner qu’ont eu, la fois dernière, Mme Henriette Konan Bédié et Mme Dominique Ouattara à Paris ?

C’est un fait banal. Tout au long de ma carrière, j’ai eu beaucoup de collègues avec lesquels nous entretenions des rapports plus ou moins cordiaux. Je ne citerai pas de cas mais, même avec des pires adversaires, car j’en ai eu beaucoup dans ma carrière, des adversaires ou des concurrents que nous étions autour du président Houphouët. En ce qui me concerne, j’ai toujours tenu à ce que mon épouse reste à l’écart de la politique et qu’elle entretienne les relations que j’ai avec mes collègues par le resserrement des liens entre elle et les épouses de mes collègues. Ça toujours été comme cela dans notre famille. Dire qu’un déjeuner est la manifestation d’un complot ou d’un plan quelconque de désapprobation de ma politique, c’est vouloir vraiment se leurrer, se tromper lourdement. Ma femme ne fait pas de politique mais elle a toujours soutenu ce que je fais. Un déjeuner est un déjeuner et ce n’est pas un fait politique d’importance qui mérite des commentaires que les gens d’en face ont voulu interpréter de façon tendancieuse et mensongère à leur profit. Toute ma famille me soutient pleinement dans mes décisions. Seul un petit neveu a été berné par Achi Patrick pour faire signer une pétition. Une hirondelle ne fait pas le printemps.

Monsieur le président, où en êtes-vous avec le processus de mise en place d’une plateforme avec les partis et les Ivoiriens qui partagent votre vision ?

J’ai annoncé la mise en place de cette plateforme depuis quelques mois. les négociations se poursuivent et avancent normalement. nous avons été retardés par les décès successifs que nous avons eus dans les différentes branches de nos futurs alliés.Bientôt, verra le jour la plateforme des partis politiques qui partagent la même vision d’une Côte d’Ivoire réconciliée, une Côte d’Ivoire, etat de droit et de paix. Ce sera une plateforme des plus élargies.
Merci au « nouveau Réveil » de m’avoir permis de m’exprimer.

interview réalisée à Daoukro
par EDDY PEHE

Author: La Rédaction

6 commentaires sur “Konan Bédié annonce « une nouvelle plateforme politique pour bientôt » en Côte-d’Ivoire (interview)

  1. Sacré FHB, toujours une pique à l’attention de ses homologues, qu’il brocardait à loisir dans la confidence d’une recontre. Un “bon petit mot” pour la guerre Burkina-Mali, pour les Arabes, pour la Guinée, et pour… bref. Jusque dans sa tombe, Houphouët-Boigny se gaussait encore de l’éphémère union Sénégal-Mali née après les indépendances : le “truc” était si mal barré, que le jour du lancement, le drapeau a été hissé au mat,… à l’envers. Le Sénégal – aujourd’hui calmé – avait une terrible et inexplicable propension à l’union. Une obsession unioniste qui le poussera par la suite à faire naître ce feu de paille qu’a été la Sénégambie.

    Le RDR est dans la même obsession unionniste que le Sénégal, ici en Côte d’Ivoire : vous avez ramassé tous les affamés de partis claniques et partis-cabines-téléphoniques ; vous avez organisé une élection Totoreno’80 au terme de laquelle, vous seriez N°1 avec certitude de l’emporter dès le premier tour en 2020. Mais où est donc votre problème à cavaler après le PDCI qui l’a dit, redit, répété qu’il ne veut pas/plus de votre union?? Peut-être que Bédié devrait essayer de le dire en Malinké, pour être enfin entendu. Franchement incompréhensible !

  2. Le PDCI RDA parti ancien ou expérimenté avec un son leader Son Excellence Président BEDIE aussi ancien et ou expérimenté.
    Un célèbre auteur disait et je le cite:
    « L’expérience est une lanterne attachée dans notre dos, qui n’éclaire que le chemin parcouru. »
    A t’on fait le point du chemin parcouru pour tirer la vraie motivation d’une gouvernance au plus haut sommet d’un état ou on est uniquement dans le chemin du hôte toi que je m’y mette juste pour la douceur du fauteuil présidentiel.( vous oubliez une chose le peuple a mûri et n’attend que votre programme).

    Je lis quelque par  » une propension à l’union » alors bien dit!!
    Et quand Son Excellence Président BEDIE aussi ancien qu’experimenté ( Fondateur du RHDP) dit ceci: »Ce sera une plateforme des plus élargies” où devrait je chercher l’erreur ou une autre arnaque à l’approche de 2020.

    Comme toujours à chacun sa lorgnette!!!

  3. LES CONTRE-VÉRITÉS HISTORIQUES DE L’AMI @COIGNY

    « Le retournement ne brise pas la colonne vertébrale du margouillat» dit un proverbe Baoulé !

    Une « obsession unioniste de Senghor » ? Quid des œuvres de FHB traité par ses adversaires, de prinicipal « balkanisateur de l’Afrique », du grand « diviseur pour mieux régner » ?

    1. LE « CONSEIL DE L’ENTENTE ».
    C’est bien Le Président FHB qui craignant un éventuel isolement par la Fédération du Mali, d’inspiration Senghorienne, et afin de reconstituer l’ancienne Afrique Occidentale française, avec le soutien du Niger de Hamani Diori, parviendra le 29 mai 1959 à « retourner » la Haute-Volta et le Dahomey pour créer le « Conseil de l’entente ».
    N’eut été une révolte populaire ivoirienne, le président Félix Houphouët-Boigny aurait imposé dans le Conseil en particulièrement en CI un système de double nationalité en faveur des ressortissants des Etats associés !
    2. L’UNION AFRICAINE ET MALGACHE (UAM)
    Le 7 septembre 1961, ce sera la création de l’Union africaine et malgache (UAM), pour développer la coopération économique, sociale, culturelle et politique entre les anciennes colonies françaises. L’UAM se voulait essentiellement une réponse concrète au panafricanisme qui germe au sein des anciennes colonies britanniques et en Guinée voisine…

    3. L’ORGANISATION COMMUNE AFRICAINE ET MALGACHE (OCAM)
    A Nouakchott en février 1965 l’Union africaine et malgache de coopération économique (UAMCE, ex-UAM créée en septembre 1961) deviendra Organisation commune africaine et malgache (OCAM), dont le Président Félix Houphouët-Boigny, était le principal instigateur !
    En vérité cette dernière organisation purement francophone « bloc modéré et modérateur » devrait être une concurrente à l’OUA, où les velléités révolutionnaires de certains leaders faisaient jour !

    4. LA COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DE L’AFRIQUE DE L’OUEST (C.E.A.O.),
    Pour tempérer l’émergence du puissant Nigeria…..HOUPHOUET favorisera une Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest (C.E.A.O.)..

    Ces unions à la pelle sont essentiellement une œuvre houphouetiste.

    A TRADUIRE EN BAOULE pour l’ami @COIGNY.

  4. Quelqu’un me disait que sans Mr bedie le pouvoir actuel n aurait pas dépassé 2010, j ai ri de lui.

    Mais au vu de toute cette campagne pour faire plier celui qui manifestement ne pliera pas. Car, l attrait du palais du plateau a atteint un tel niveau que Mr bedie ne reculera pas: il veut redevenir président.

    Je donne raison à cet ami: sans bedie depuis 2010 point de pouvoir rdr.

    Comme quoi les envolées @quoi @mantape et son disciple…

    Même l excellent @wawa déploie un trésor d analyses pour le discréditer.

  5. @ marianne
    en democratie pour gagner il faut 50% des voix + 1
    donc tant que nous au rdr nous pensons pouvoir tirer 1 voix au pdci pour nous faire gagner nous menerons ce combat de faire revenir le pdci dan s le rhdp

  6. Oui @wara, j’aurais dû être plus spécifique en parlant de « fusionnisme » et non « d’unionnisme », ce qui est bien le sujet qui nous attire sur ce topic. Cette simple correction d’orthographe fait s’écrouler toute ton argumentation comme un château de cartes, Houphouët ,n’ayant jamais souhaité opérer une fusion entre son pays et un autre. Les contre-vérités, tu devrais les chercher plutôt dans ton camp, sans aucun besoin de traduction ce coup-ci.

Comments are closed.