Abus et injustices en Côte d’Ivoire: Une marche de ‘’gilets rouges’’ annoncée pour ‘’un changement’’ dans le pays

Ça va faire effet de mode. Après les manifestations parfois violentes des ‘’gilets jaunes’’ qui ont contraint le gouvernement français à retirer ses mesures impopulaires, des organisations de la société civile ivoirienne, réunies à la Librairie carrefour ce jour, annoncent une grande manifestation à partir du mercredi 19 décembre 2018.
Elles sont conduites par l’Action pour la restauration de la dignité humaine (Ardh), une nouvelle organisation fondée par Pulchérie Gbalet, une activiste des droits de l’homme qui a pu rassembler autour d’elle plusieurs organisations dont les membres sont des victimes des déguerpissements forcés, des expropriations de terrains urbains, des syndicats de la Fonction publique, des opérateurs privés des pompes funèbres en lutte avec Ivosep, des laissés-pour-compte…
Ce mardi, à l’occasion de la présentation de son premier rapport trimestriel sur les injustices et les abus subis par de nombreuses populations sur l’ensemble du territoire, la coordinatrice de l’Ardh a fait témoigner plusieurs victimes qui ont exprimé le cauchemar qu’elles vivent au quotidien du fait des agissements de l’Etat et de ses démembrements.
« Nous souffrons beaucoup ! Nous vivons sous des chapiteaux avec des serpents. Qu’on ait pitié de nous. Nous avons mal d’être des réfugiés dans notre propre pays », a déclaré avec une vive émotion Ani Aubain au nom des déguerpis qui vivent dans la promiscuité totale au stade d’Angré jusqu’à ce jour, ne sachant où aller après la destruction de leurs habitations.
C’est cette armée de frustrés et d’abusés qui projettent de descendre dans la rue si d’ici au 19 décembre leurs nombreuses correspondances aux administrations publiques et au chef de l’Etat ne trouvent pas de réponses.
« Nous avons décidé de ne plus souffrir en silence », a martelé Pulchérie Gbalet face aux journalistes. Puis la coordinatrice d’exprimer son ras-le-bol qui justifie, selon elle, cette action de l’Ardh : « Que chaque ivoirien qui veut le changement se dise que ce changement passe par lui. On a lancé cette marche pas parce qu’on ne tient pas à nos vies mais parce qu’il faut que des gens se lèvent. Il faut que notre marche puisse être le déclencheur d’un changement par rapport aux injustices que nous subissons. Qu’on nous accompagne pour mener cette marche dans les normes, sans violence, sans brimades. Que ceux qui sont à la tête du pays démontrent qu’ils ont conscience de leur responsabilité. S’ils sont pour le peuple, ils savent ce qu’ils ont à faire avant le 19 décembre 2018 ».
Le lieu de rassemblement prévu pour cette manifestation est le carrefour Indénié, à la frontière Adjamé-Plateau-Cocody. De là, les marcheurs se dirigeront vers le Palais de justice au Plateau dans des gilets rouge-orangé ou des bandeaux au bras. Mais avant, les agents du ministère de l’Intérieur donneront le ton ce 12 décembre face à leur situation qui n’a toujours pas trouvé de solution idoine. Ils réclament de meilleures conditions de vie, notamment le droit à une pension de retraite et une revalorisation salariale comme l’a été celle de leurs partons préfets et sous-préfets.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

 

Author: Sylvain Debailly

4 commentaires sur “Abus et injustices en Côte d’Ivoire: Une marche de ‘’gilets rouges’’ annoncée pour ‘’un changement’’ dans le pays

  1. Toujours à copier aveuglement. Comparaison n’est pas raison, la France ne sort pas d’une guerre qui a fait au moins 3000 morts et de plus d’une décennie de crise armée. Qui vivra verra!

  2. Quand ça va être chaud sur eux ils se rappellent qu’ on sort d une crise.

    Mais quand on leur demande de réconcilier les ivoiriens en implémentant les sensibilités de tous ils se jouent les…autistes.

    Heureusement que ces gens là ont des faciès de plaisantins qui vont juste exposer enfants des gens.

    On est pas à Paris où la police discerne casseurs et manifestants pacifiques deh@@

Laisser un commentaire