Côte-d’Ivoire: Des chefs Atchan demandent à Ouattara d’accepter que « leur fils Ehouo » soit le maire du Plateau

Médecin particulier du Président de la République de Côte d’Ivoire , Alassane Ouattara, Diaby Mamadou, est également conseiller municipal dans la commune d’Adjamé, où il fait des dons le samedi 29 Décembre 2018, aux populations du quartier Marie Thérèse.

Le représentant du chef des Ebrié, Loba, secrétaire général du chef N’Goba Simon,a, au nom des récipiendaires remercié le donateur, et profité de l’occasion pour faire une doléance. « Nous vous remercions pour ce geste noble qui nous a tous surpris. Comme vous êtes le médecin du président Alassane Ouattara, j’aimerais que vous lui transmettiez un message de la part du peuple Atchan.
Nous lui demandons d’accepter que notre fils Jacques Ehouo soit le maire de la commune du plateau », a-t-il affirmé. Élu le 13 octobre 2018, Ehouo Jacques n’a pas pu s’installer , à cause de l’incendie d’une partie de la mairie et d’une plainte le visant de la part du maire intérimaire, Jacques Yapi.

Justifiant sa démarche, le conseiller municipal Diaby Mamadou a précisé : « Nous vous donnons ces dons pour pérenniser les liens d’amitié entre vous et nous afin d’agrémenter la fête de fin d’année. Certaines familles nous ont ouvert les bras et nous sommes devenus une seule famille. Merci infiniment à tous ceux qui sont venus honorer cette manifestation par leur présence. À mes collègues conseillers municipaux, je vous prie de transmettre au maire ma reconnaissance. Le quartier Marie Thérèse a le soutien du maire Farikou Soumahoro et ses conseillers municipaux. Vous pouvez donc compter sur nous ».
Diaby Salimata, Conseiller technique au ministère de l’intérieur et de la sécurité a apporté le soutien de la tutelle. L’imam Koulibaly Amadou, le curé Habib Danho, le pasteur Ediemou Jacob, des femmes et des enfants ont reçu des dons.

TAB avec RK
L’Intelligent d’Abidjan

Author: La Rédaction

9 commentaires sur “Côte-d’Ivoire: Des chefs Atchan demandent à Ouattara d’accepter que « leur fils Ehouo » soit le maire du Plateau

  1. UNE BIEN CURIEUSE REQUÊTE

    Venant dun représentant attitré du peuple Atchan, la présente requête, est un message à plusieurs niveaux de décodage.

    Dr DIABY a un bagage bien lourd pour lui. Certains bagages ne sont pas toujours délicats a transporter. Leur poids physique n’est pas toujours le problème. C’est le contenu du bagage qui pose parfois questionnement. Surtout quand le bagage vous a été remis SUR LA PLACE PUBLIQUE.

    Un vrai tacle ATCHAN ! Sans élan apparent, ni longue course pour bondir. Un tacle qui pourtant vous cloue au sol et vous laisse immobilisé pour trois bons mois. Du Kuyo Tea Narcisse pur et dur (à l’époque du Collège Saint Jean) ou du Sagnaba Soma. Bien different du geste violent d’un Lago Patrice, Bolou Camille, Akassou Akran, Digbeu Vincent, Cissé Djibril ou Guidy Ignace, voire Yao La chaleur, tous bien prévisibles tellement ils sentaient la hargne à mille lieues.

    Que nous disent VRAIMENT les Atchan ? Tout en sachant qu’il y a une JUSTICE pour trancher les différents électoraux…

  2. LA LECON DES ATCHANS

    Le premier décodage. Il pourrait se résumer ainsi :

    Merci pour le poisson que vous nous offrez aujourd’hui.

    Nous sommes nés pêcheurs. Nous apprécions l’effort.

    Même si nous n’étions pas nés avec ce savoir faire, nous préférons apprendre à pêcher nous mêmes que de recevoir des dons de poissons…

    Notre fils veut apprrendre a pêcher. Il en a les qualités et a le soutien des administrés de Port Bouët.

    Nous tournons en rond depuis un mois. Avec des risques de créer des fractures profondes dans la société.

    Il s’agit de Port Bouet. La nature elle même nous parle.
    De 1903 à 1935, il a été impossible de construire le canal de Vridi. A cause du fameux trou sans fond.

    Ce canyon est toujours là.

    Il a fallu l’ingéniosité des blancs pour trouver une solution. Là oû les africains avaient tous dit que c’étaient les génies qui refusaient les travaux du Canal.

    A nos problèmes sociaux TROUVONS NOUS AUSSI, PAR NOUS MEMES, DES SOLUTIONS QUI DURENT ! Les blancs ne viendront pas tous régler à notre place.

    La paix qui dure comme le canal de Vridi, à un prix.

    Autrement.le vrai trou sans fond est toujours ouvert. On l’a contourné en 2011. Mais il n’est pas refermé définitivement.

    Que ceux qui ont des oreilles entendent !

  3. Depuis 1999 les acteurs politiques ont pris leurs libertés avec la loi et ce n est pas allé quelque part bien au contraire.

    Cela permet à des chefs de village, à des porte parole de faire qui des doléances qui des injonctions pour éviter d avoir recours au régulateur de la vie sociale: la justice.

    Après chacun pousse des cris d orfraie selon que le problème posé ou la solution préconisée arrange ou pas sa coterie.

  4. @Marianne

    Je suis toujours surpris par vos repères historiques.

    Jeunesse peut être à défaut de cécité ou mauvaise foi.

    Sous Houphouët Boigny lui même, on a entendu ici le 16ème Roi de l’Indenié, BONZOU II qui a règné de 1950 à 1993, soit plus de 43 ans, dire qu’il pouvait révoquer n’importe quel préfet de chez lui ! Et cela n’appelle aucune conséquence. On a dû péniblement lui demander de mettre un peu d’eau dans son vin…

    De son temps il était donc difficile d’imaginer une telle situation perdurer sur son territoire. Même si la côte d’Ivoire est une République et non un royaume.

    Aujourd’hui malgré la présence du Président du Directoire de Rois et chefs traditionnels à Bassam, on voit ce qu’on voit ! On vient même défier le Roi sous sa porte !

    Le Président du Directoire de la Chambre Nationale des Rois et Chefs Traditionnels de Côte d’Ivoire qui est consacré pourtant par la constitution n’a pas les pouvoirs d’un Bonzou II !

  5. @wara

    Hummm…pas du tout d’accord avec toi sur tes références de défenseur ….

    Kuyo Tea narcisse lui était violent …d’ailleurs tu as occulté son surnom …Cercueil….ça ne s’invente pas…..
    Ou bien c’est la solidarité yacouba que tu actives pour le couvrir ? Hummm

    Bolou Camille Stellite d’abord oyé ensuite a débuté au milieu avant d’être repositionné arrière gauche chez les « du sang sur gazon »….physique malgré son aspect longiligne et gaucher il était donc plus technique que violent

    Et sacrilège tu parles de la violence d’akassou akran jean Baptiste….non @wara ..on est proche du blasphème…akassou surnommé le Général n’était pas violent et n’était pas prévisible non plus …la preuve ses tacles glissés ( son arme fatale ) attrapaient toujours les attaquants adverses …même les plus massifs style Kouamé noël du stade d’Abidjan…

    Il m’a même été rapporté que c’est sa sortie sur blessure à l’épaule ( blessure provoquée par Chérif ousmane du HAFIA FC..pas le nôtre l’enfant de Ganhoué..ton cousin mahouka) qui coûta la qualification à l’Asec lors de ce légendaire ASEC- HAFIA en coupe d’Afrique des clubs champions ..( dernier match de l’empereur baoulé Pokou Laurent [ RIP] avant son départ pour le stade rennais ) ..
    GUIDY Ignace alias Sassio qui a aujourd’hui les pires difficultés à marcher oui là tu as raison …

    to be continued….

  6. Le plus dur sur un site d opinion est de masquer son penchant.

    Pour moi tous nos malheurs ont un point historique incontestable: le coup d état de 1999.

    Tous ceux qui l ont soutenu n avaient pas de vision.

    Moi les injures sarcasmes et autres dérision n y changeront rien.

    L histoire des filets jaunes en France montre que pour comprendre et être capable d anticiper les mutations d une société on a pas forcément besoin de grands diplômes. Parfois la simplicité du raisonnement traduit bien le ressenti général.

  7. L’ÉTERNEL PROBLÈME DE REPERE HISTORIQUE

    « ..Pour moi tous nos malheurs ont un point historique incontestable: le coup d état de 1999… »

    @Marianne
    Et si encore une fois tu faisais fausse route ?

    Dans toute évaluation quand on fausse les repères on se perd tôt ou tard dans les mesures.

    En 1999 la Côte d’Ivoire n’avait pas 1 ou 10 ans.

    Assumons ENSEMBLE notre passé.

    Peut être même que c’est le coup d’État qui a marché. Les autres comme ceux du capitaine SIO Kouakou Ernest ayant échoué.

    Pour rappel avec en tete le capitaine Si o, le 28 juin 1973, onze officiers et un sous officier des forces armées nationales seront arrêtés et jugés pour tentative de coup d’État.

    Les autres actions comme la rébellion du Guébié ou celle du Sanwi ont été enrayées.

    Le complot de 1963 est connu de tous.

    Je pourrais citer d’autres situations oû la république a tangué sur ses bases.

    D’une manière ou d’une autre, chacune de ces situations, traduisait un malaise social ou politique.

    Accumulée au fil des années il arrive que la goutte d’eau des révoltes perce un jour le rocher républicain. Surtout quand la passoire républicaine s’appelle BEDIE, casseur de canaris…

    Il faut être tres jeune pour affirmer que « Pour moi tous nos malheurs ont un point historique incontestable: le coup d état de 1999…. »

  8. @wara

    Peut-être qu’il (elle) comprendra mieux les choses s’il (elle) apprend à déterminer son genre… c’est monsieur @Raymond-Assouman oubien mademoiselle @marianne cinétique ???

    Krrrr krrrr krrrr…

    té ande

  9. Ici le débat est de qualité, rien à voir avec les idioties de KOACI.com. Merci à vous tous qui faites des efforts de recherche et d’écriture. Mon seul regret pour ce site est qu’il ne mette pas à la disposition des ivoiriens un numéro pour que tout citoyen puisse l’informer des informations en temps réel. Encore merci à vous.

Laisser un commentaire