Côte d’Ivoire : Affaire Negcom/mairie du Plateau – La ligne de défense de Me N’dri Claver : ‘’Ehouo avait vendu ses parts’’

Me N’Dri et Me Tompieu Messan

Mercredi lors de sa conférence de presse à la maison du parti à Cocody, l’avocat principal de Jacques Ehouo dans cette affaire éminemment politique, a décidé de crever l’abcès. Cette affaire qui est agitée par le pouvoir comme un chiffon rouge pour empêcher la prise de fonction de Jacques Ehouo n’a surement pas fini de livrer tous ses secrets.
Me N’Dri a finalement décidé d’en parler, pour dit-il, rompre avec certaines pratiques face à la dictature du bruit. ‘’Le contrat a été signé entre la mairie du Plateau et Negcom, une Sarl et non une société unipersonnelle’’, rappelle-t-il comme pour dire qu’il faut différencier la personne morale Negcom et l’individu Ehouo, fut-il, dirigeant de l’entreprise. ‘’On laisse Negcom et on convoque Ehouo. Il y a quelque chose qui ne va pas. (…) Quand il a été élu député, M. Ehouo a vendu ses parts. Il n’est plus le gérant de cette société’’, prend-t-il position. Puis sur sa lancée, l’avocat de faire cette petite révélation qui éclaire sur l’état d’esprit de ceux qui en veulent à son client qui a osé briguer et gagner la mairie du Plateau. « Quand je suis allé répondre à la convocation chez le commissaire de police, je lui ai dit, je suis venu avec la gérante de Negcom. (Après ma présentation), il m’a répondu : ‘’Nous connaissons le gérant de Negcom, c’est le député Ehouo’’ »
Une chose est sure, l’affaire en question date de 2004, l’année à laquelle le contrat a été signé, selon l’ex-maire intérimaire Yapi Jacques. Ehouo est devenu député en 2016. Avait-il des responsabilités dans la société avant 2016 et à quel niveau ? L’enquête de la police et l’ensemble des éléments de preuve devraient situer tout le monde.

Mais les avocats relèvent déjà des failles dans la procédure à commencer par les montants du détournement allégués qui varient d’un accusateur à un autre et d’un document à un autre. Ils remettent également en cause le fond et la forme de plainte ‘’contre X’’ alors que la lettre plainte fait état des sommes perçues et non versées, désigne nommément la société Negcom comme perceptrice des montants mais l’on porte plainte contre X, une curiosité en droit, une originalité inédite, selon Me N’dri.

Toujours est-il que Me N’dri et Me Tompieu ont dit haut et fort que leur client est présumé innocent, selon les principes du droit. Ils ont affirmé qu’ils opposeraient à la convocation de la police économique, le statut de député de M. Ehouo et exigeraient de celle-ci le respect de l’Etat de droit.

Chose promise chose faite. Les Avocats ont pondu un communiqué ce jeudi, pour justifier l’absence de Jacques Ehouo ce jour, à la police économique et financière pour répondre à la convocation du 3 janvier adressée par le sous-directeur, le commissaire Boiki.

‘’Les conseils de l’honorable député Ehouo Jacques Gabriel tiennent à relever que si les autorités chargées des poursuites en matière pénale avaient obtenu les autorisations prescrites par la loi avant d’initier une procédure contre un élu de la nation, leur client, loin d’adopter une attitude de défiance, aurait répondu sans aucune réserve, en citoyen légaliste, à toutes convocations émanant desdites autorités’’, indique le communiqué signé par les deux hommes de loi.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Author: Sylvain Debailly

9 commentaires sur “Côte d’Ivoire : Affaire Negcom/mairie du Plateau – La ligne de défense de Me N’dri Claver : ‘’Ehouo avait vendu ses parts’’

  1. Ainsi donc, NG COM est une SARL (Société À Responsabilité Limitée), avec gérant. Et Ehouo a vendu ses parts après avoir été élu député. Et il est député (ce qui n’est pas rien dans un Etat de droit). Bref, les questions soulevées hier sur un autre post entrent en phase avec les points de cette conférence de Me N’Dri, avocat devenu une vraie épine dans le pied des tenants du pouvoir en Côte d’Ivoire depuis La Haye jusqu’à Abidjan.

    Clairement, Ehouo Jacques ne peut pas l’emporter contre le pouvoir d’Abidjan dans ce combat du pot de terre contre le pot de fer, d’autant que le droit reste un contorsionniste qui suit à la baguette les desiderata du pouvoir. Ce sera déjà un exploit s’il garde sa liberté, et c’est sur ce terrain que la bataille est en train d’être menée. Un « exploit » en soi, qui permet d’éluder la question et enjeu principal : la mairie du Plateau.

  2. Pourquoi vouloir tant de tointoins?
    Pour être entendu par la justice a t’on besoin d’une levée de l’immunité parlementaire?
    N’y a t’il pas une différence entre être entendu ou être détenu?
    Ailleurs même étant Président Ministre ou Honorable d’une république certains ont été entendus surtout s’agissant d’une affaire qui est antérieur à votre nouveau poste.
    Bon on en fera pas un débat,laissons certains citoyens continuer leur charlatanisme.

    À chacun sa lorgnette !!!

  3. VOICI POURQUOI LA SÉPARATION DES ACTIVITÉS DOIT ETRE TRANSPARENTE.

    Pour l’intérêt même de tous les acteurs.

    Souvenons nous du cas de l’immeuble effondré à Yakro.

    L’architecte, un député proche de Guikahué disait on, avait été convoqué par la justice.

    Suite à effondrement d’immeuble à Yamoussoukro qui a provoqué mort d’hommes, d’aucuns avaient vu des implications politiques dans sa convocation…

    Être entendu d’avoir est un minimum. Un député est certes protégé par la loi. Mais la loi est étendu et à des pyramides de juridictions.

  4. C est parfois compliqué de se faire une opinion basée sur des faits.

    Les pro rhdp rdr auront la même ligne d argumentation c est a dire à charge.

    Les défenseurs de ohouo vice versa.

    Mr yapi dit des milliards ont été détournés. Pour nos autres cela veut dire que l argent à été déposé sur le compte de Mr ohouo.

    Mais sur ce que je lis sans être juriste ça peut pas empêcher un maire élu d être installé.

    Cette pratique bien ancrée au rdr consistant à  » faire ce qu’ on veut il y aura rien » aura son épilogue en octobre 2020 soyez juste patients.

  5. « C est parfois compliqué de se faire une opinion basée sur des faits. » ????????????? Huuuum moi monsieur moi comprend pas!lol
    « Cette pratique bien ancrée au rdr consistant à ” faire ce qu’ on veut il y aura rien” aura son épilogue en octobre 2020 soyez juste patients. »c’est ce que disait qu’il y a des citoyens qui continuent de prévoir l’avenir dans une boule de cristal ou pratiquent du charlatanisme.
    Sinon pour 2020 on peut avoir une courte ou une longue vie( selon la volonté de Dieu le miséricordieux) pour que rien ne change aussi.

    À chacun sa lorgnette !!!

  6. @Mamou,comme vous aimez la fiction pour 2020,je vous raconte un film réalisé à Mamawood.
    Voilà ce même député qui aurait été victime d’une escroquerie( tien ça me fait rappeler…) ou un vol qui décide de porter une plainte dans un commissariat.Vu l’évolution de l’enquête,le juge décide de l’entendre.Doit il se prévaloir de son immunité pour refuser cette audition du juge? La suite dans l’épisode 2 du film sur la chaîne 2020 en mode HD.

    À chacun sa lorgnette !!!

  7. @quoi

    2020 je ne suis candidate à rien. C est tous des mangeurs. Ce qui se passera en 2020 ca sera entre les hommes politiques et la meute de suiveurs.

    Le problème ici, c est la coïncidence entre la victoire claire et nette de ce monsieur et l épée de damocles qu’ on lui a comme par hasard mis sur la tête avant pendant et après son élection.

    Quand je lis je ne vois rien de flagrant qui ferait qu’ un élu à immunité puisse être empêché de s installer. D autant plus que la raison de sa non installation on la cherche on la voit pas cher Mr

    Vous pouvez vous regarder dans la glace et dire que c est le seul homme politique ivoirien qui mélange politique et affaire?

    La justice à mon avis est soit aveugle soit à les deux yeux. Mais elle peut pas être borgne.

  8. @WARA,
    La séparation des activités professionnelles et politiques doit être claire et sans ambiguité. Ce n’est malheureusement pas le cas actuellement où l’on assiste à l’irruption des acteurs politiques dans le monde des affaires. Et le cas révélataur est celui de BICTOGO, où sa position de député et de gérant d’entreprise ( et non d’actionnaire) peut susciter des interrogations sur sa responsabilité personnelle dans le cadre de litiges qui ne releverait pas de ses actes de député. La première chose à faire donc, c’est de rappeler à l’ordre tous ces députés qui agissent en marge de la loi.
    Pour le cas du Député SEKA ATSE, les gens ont pensé à raison à un règlement de compte politique au vu de la célérité avec laquelle la justice s’est mise en branle en dehors du cadre juridique convenu. En outre, le député n’est pas architecte, mais plutôt ingénieur des TP, et ne peut donc pas au regard de la réglémentation établir le plan d’aménagement d’un batiment qui est du ressort d’un architecte agréé.

  9. @Veritas18

    « Le député n’est pas architecte, mais plutôt ingénieur des TP, et ne peut donc pas au regard de la réglémentation établir le plan d’aménagement d’un batiment qui est du ressort d’un architecte agréé…. »

    Dans les principes justement OUI…

    Et sur le terrain ne fait il pas usurpation de fonction ? C’est courant hélas dans le métier. Les Vrais architectes eux mêmes en souffrent de ces invasions qui bousculent les règles de l’art.

    Concernant l’homme d’affaires Bictogo que tu cites, comme le député Olivier DASSAULT qui fut  » amené à démissionner de la présidence du conseil de surveillance de la holding familiale en raison d’un risque de conflit d’intérêt avec son mandat de député », il faudrait vérifier ses fonctions habituelles dans ses business. N’est il pas en position de retrait ? Participe t il à des votes de lois concernant son secteur d’activités ? Beaucoup de pourraient lui être posées …SI BESOIN EST !

    En attendant que ce soit Bictogo, on demande à ton ami de faire un petit tour devant le procureur. Juste pour éclairer la procédure. Et il pourrait rentrer tranquille chez lui. Comme il serait parti.

    En cherchant une bataille de procédures pas nécessairement à son avantage, il enfonce le clou du doute.

Laisser un commentaire