Côte d’Ivoire: « Installer Jacques Ehouo pourrait freiner les enquêtes », le gouvernement tente de se justifier

Installer Jacques Ehouo à la mairie du Plateau pourrait « freiner » les enquêtes

Emma ASSEMIEN

Le porte-parole du gouvernement ivoirien, Sidi Touré a indiqué mercredi à Abidjan qu’installer le nouveau maire élu du Plateau (centre des affaires d’Abidjan), Jacques Ehouo soupçonné de détournement de fonds publics pourrait « freiner » les enquêtes, après un conseil des ministres.

« Installer un conseil dans un tel contexte pourrait laisser le conseil dans une situation qui pourrait freiner l’exécution de la mission judiciaire », a dit M. Touré.

Le 13 décembre, l’installation du nouveau maire élu du Plateau, Jacque Ehouo n’avait pas eu lieu et avait été reportée « à une date ultérieure ». Mais finalement, le préfet du département d’Abidjan, Vincent Toh Bi a été investi maire par intérim pour « assurer la continuité du service public ».

« La mise sous tutelle n’est pas une mesure exceptionnelle (…) c’est une mesure qui est prévue par loi », a précisé M. Touré, évoquant les cas de « Bonoua (Sud de la Côte d’Ivoire) et Saioua et Ouragahio (Ouest ivoirien) en 1991 ».

Le 11 décembre, le maire intérimaire du Plateau, Jacques Yapi, « a saisi le parquet d’une plainte contre inconnu, pour détournement de deniers publics, faux et usage de faux et blanchiment de capitaux. (…) Auditionné par les enquêteurs, le plaignant, a mis en cause » le maire révoqué Noël Akossi Bendjo et son neveu Jacques Ehouo.

M. Ehouo, est suspecté d’avoir détourné plus de 6 milliards de Fcfa entre 2008 et 2017 dans des manœuvres financières entre sa société Neg-Com et la mairie dirigée alors par son oncle M. Bendjo.

M. Ehouo a été « énormément cité » dans cette affaire et « pour éviter un mélange du genre il a été prévu que justice se fasse et que la procédure judiciaire aille jusqu’à son terme », a dit le porte-parole du gouvernement.

A la Suite d’une convocation du procureur de la république, Richard Adou, en vue de son audition le 03 janvier, les avocats de M. Ehouo ont refusé que leur client y réponde évoquant son statut de député.

Pour M. Touré, « si tant est qu’il n’y a rien à cacher que (ces personnes) se rendent disponible auprès du procureur qui pourra les entendre et faire passer à une autre étape de la procédure pour que le conseil s’installe normalement ».

Alerte info

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “Côte d’Ivoire: « Installer Jacques Ehouo pourrait freiner les enquêtes », le gouvernement tente de se justifier

  1. Cette justification du gouvernement ne tient pas du tout. Si Ohouo Jacques est encore un simple conseiller parmi les conseillers, pourquoi alors ne pas permettre l’installation du conseil municipal ?
    Quand on prend le pouvoir, on cherche á éviter les erreurs de ses prédécesseurs et non faire pire.

    Il paraît que vous voulez forcer Soro Guillaume á la démission s’il n’appartient au RHDP; mais pourquoi Ouattara DRAMANE ne démissionnerait -il pas lui aussi ? . puisqu’il a eu le pouvoir avec l’aide de Soro et Bédié qui « ont quitté l’organe dirigeante ». 2 contre 1. Le nombre(majorité) compte en démocratie.

Laisser un commentaire