Mairies sous administration préfectorale en Côte d’Ivoire: Des députés appellent « au rétablissement des uns et des autres dans leurs droits »

Edwige FIENDE

Des députés ivoiriens dont Yasmina Ouégnin, cadre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ex-allié au pouvoir), ont appelé jeudi « au rétablissement des uns et des autres dans leurs droits » dans les communes sous administration préfectorale, dénonçant « le caractère autocratique et inédit » de la décision du gouvernement.

Le groupe parlementaire « VOX POPULI appelle au rétablissement des uns et des autres dans leurs droits, dans les meilleurs délais, pour un climat social allant dans le sens de l’apaisement », indique une note des députés.

Le 01 janvier, le gouvernement, arguant de l’expiration au 31 décembre des mandats des anciens conseils en place dans cinq communes du pays dont le Plateau (Centre des affaires), a décidé de mettre ces municipalités sous administration préfectorale appelée « délégation spéciale ».

Ces députés ont dénoncé « le caractère autocratique et inédit des décisions de mise en place des délégations spéciales dont les fondements juridiques restent controversés ».

Ils se sont dit inquiets « des interprétations partiales, parcellaires et partisanes des lois » notamment « la loi portant organisation des collectivités territoriales ».

Mercredi, le porte-parole du gouvernement Sidi Touré a expliqué que « la mise sous tutelle » de ces communes « est une mesure prévue par loi », évoquant les cas de « Bonoua (Sud) et Saïoua (Ouest) en 1991 ».

Les députés ont également relevé « les nombreuses insuffisances du processus électoral ivoirien telles que rappelées par la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples » et « des décisions impopulaires et illégitimes qui n’honorent pas l’état de droit ».

Pour eux, « cet état de fait n’est pas susceptible de concourir au choix, en toute transparence, de la personnalité appelée à diriger » la Côte d’Ivoire « à partir d’octobre 2020 ».

Alerte info

Déclaration du GROUPE PARLEMENTAIRE VOX POPULI relative à la situation socio-politique – 10 Janvier 2019

En ce début d’année 2019, alors que les Ivoiriennes et les Ivoiriens échangent leurs vœux les meilleurs, l’actualité socio-politique amène notre groupe parlementaire à présenter, à l’opinion publique nationale et internationale, ses inquiétudes dans cette toute première déclaration.

En effet, les derniers appels aux suffrages des populations, dans le cadre de la désignation des élus régionaux et locaux viennent d’être clôturés, par les partielles du 16 décembre 2018. Si l’ensemble des résultats a été publié, la validité de certains reste encore suspendue aux décisions de la Chambre Administrative de la Cour Suprême, du fait de recours intentés.
Force est de constater que l’environnement peu transparent et conflictuel qui a prévalu à l’occasion de ces consultations fut, malheureusement, marqué par des pertes en vies humaines, de nombreux blessés et des dégâts matériels considérables, dans certaines localités.
Ceci soulève de nombreuses appréhensions, d’autant plus fondées que, tout comme la majorité de nos compatriotes, notre groupe parlementaire reste interpellé par les nombreuses insuffisances du processus électoral ivoirien telles que rappelées par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.
A l’évidence, cet état de fait n’est pas susceptible de concourir au choix, en toute transparence, de la personnalité appelée à diriger notre pays à partir d’octobre 2020.
En outre, nous avons constaté avec étonnement, ces temps-ci, que certaines autorités, supposées rassurer et appeler à l’apaisement, attisent au contraire, les tensions sociales, par des décisions impopulaires et illégitimes qui n’honorent pas l’état de Droit, que nous souhaitons de tous nos vœux.
De plus, de nombreuses interventions publiques, mal inspirées, participent à mettre en péril les maigres avancées démocratiques, obtenues depuis l’avènement du multipartisme par notre pays, piétinant ainsi dangereusement l’expression de la volonté populaire.

Au regard de tous ces signaux, qui indubitablement interpellent tout citoyen relativement à leurs impacts, sur la consolidation de la démocratie, sur le renforcement de la transparence et de l’équité ainsi que sur la préservation de la paix et de la cohésion sociales, le groupe parlementaire VOX POPULI, fidèle à son devoir de représentant de la Nation, dénonce fermement toutes ces dérives qui portent une sévère atteinte à l’avancée de la Côte d’Ivoire.
Aussi, le groupe parlementaire VOX POPULI appelle les acteurs politiques à faire preuve de plus de sagesse et de diligence dans leurs actions pour le renforcement des fondamentaux démocratiques et la stabilité de notre pays.

Enfin, le caractère autocratique et inédit des décisions de mise en place des délégations spéciales prises pour le compte de certaines communes et dont les fondements juridiques restent controversés, emmènent les élus, membres du Groupe Parlementaire VOX POPULI, à s’inquiéter des interprétations partiales, parcellaires et partisanes de nos lois et plus spécifiquement de la loi n°2012-1128 du 13 décembre 2012 portant organisation des collectivités territoriales.

VOX POPULI demeure très attentif aux développements qui s’en suivront et appelle au rétablissement des uns et des autres dans leurs droits, dans les meilleurs délais, pour un climat social allant dans le sens de l’apaisement.

A cette étape cruciale de l’histoire de la Côte d’Ivoire, le groupe parlementaire VOX POPULI réaffirme aux populations sa ferme volonté de contribuer pleinement à la préservation, à la consolidation et à la promotion des acquis démocratiques de notre Nation.

Le groupe parlementaire VOX POPULI adresse, par la même occasion, à toute la Nation ivoirienne ses vœux d’une excellente année 2019, dans la Paix et la Cohésion sociale.
Vive la Côte d’Ivoire !

Pour le Groupe Parlementaire VOX POPULI
Les députés :
Martin N. MBOLO de Agboville SP
Adama TOURE de Badikaha, Niédékaha et Tafiré Comm. et Sp
Innocent W. YOUTE de Kouibly, Nidrou, Ouyably-Gnondrou et Totrodrou
Yasmina OUEGNIN de Cocody Comm.
Mathias Y. ASSOA de Affery Comm. et Sp
Sidonie ASSEU de Akoupé et Bécouéfin, Comm. et Sp
Peare DJEDJE de Grand Zattry Co
Philibert KOUDOUGNON de Cocody Comm.
Yao K. NGUETTIA de Gouméré et Tabagne, Comm. et SP

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “Mairies sous administration préfectorale en Côte d’Ivoire: Des députés appellent « au rétablissement des uns et des autres dans leurs droits »

Laisser un commentaire