Panel – Honorat Dé Yédagne (ancien Dg de Fratmat) charge: «384 milliards de budget de souveraineté, c’est… ! Il faut un pacte contre la corruption»

Dans le cadre des états généraux de la jeunesse, la Fondation allemande Friedrich Naumann a organisé et financé l’atelier sur ‘’la participation politique des jeunes’’, l’un des thèmes forts de ces assises qui ont pris fin vendredi soir à Abidjan.

Ce panel devait être animé par trois leaders d’opinion que sont l’ancien Dg du quotidien gouvernemental Fraternité Matin, Honorat Dé Yedagne, le magistrat cadre du Rdr, Epiphane Zoro Bi Ballo et le politologue Geoffroy-Julien Kouao. Si les deux derniers n’ont pu faire le déplacement en raison de contraintes évoquées, M. Dé Yédagne aura profité de près de deux heures pour se défouler devant un parterre de jeunes leaders politiques. L’objectif pour la Fondation allemande à travers cet atelier, est de créer de la motivation chez les jeunes qui ont encore un dégoût pour la chose politique.

Aussi, le panéliste a-t-il insisté sur les valeurs à cultiver en partant de son expérience de directeur général de Fraternité Matin avant de dépeindre la vie politique de ces trente dernières années en Côte d’Ivoire. Le mal de ce pays a-t-il décrié, c’est la corruption. Il relate un fait vécu. Alors qu’il venait de renvoyer plus de 200 personnes à sa prise de fonction contre le gré du gouvernement Gbagbo, il découvre que le papier journal utilisé jusque-là pour l’impression était surfacturé à 60 % de sa vraie valeur. Et contre la proposition de 200 millions de FCFA par le fournisseur qui voulait continuer le contrat, il a su résister et rompu ce contrat. Cela dit, il soutiendra que si le président Ouattara tient encore les rênes du pays c’est parce qu’il connaît les ivoiriens et le système. « Le pays est gouverné par la corruption et l’impunité quand on enlève la France. On ne s’en rend pas compte mais la corruption est devenue un mode de vie et une culture en Côte d’Ivoire. Il est rare de rencontrer un ivoirien honnête. Les Ivoiriens se ressemblent parce que la corruption les rassemble », a-t-il déploré avant de relever le cas de certains fonctionnaires des finances qui pour défendre le budget d’une institution de l’état ou d’une entreprise publique à la conférence budgétaire exigent les 10 % de ce budget.

« Le débat que j’ai avec les politiques, c’est le débat sur les valeurs. Nous avons besoin d’un nouveau pacte social contre la corruption », a-t-il objecté moquant le thème des états généraux de la jeunesse. « Jeunes, battez-vous pour des valeurs. La réconciliation ça sera sur les valeurs. (…) Est-ce que nous sommes dans un pays où nous pouvons demander des comptes à un président ? Parce que quand on prend 384 milliards du budget pour les confier à son petit frère, c’est du vol. (…) Il faut faire des contrats de performance avec les Dg au lieu de les laisser faire des surfacturations », a-t-il dénoncé sur un autre ton. Honorat De Yédagne ne s’est pas arrêté là. En termes de propositions, il dira que deux voies sont possibles pour sortir de l’engrenage de ‘’l’autodestruction dont nous sommes l’objet’’. Soit on en sort ‘’par le bas’’ c’est-à-dire par une révolte populaire ou par le haut, par l’avènement d’un homme de vision comme Houphouët-Boigny.

Pour finir, il a invité les jeunes à donner le meilleur d’eux-mêmes et à ne pas être des ‘’invertébrés sociaux’’.

Le panel s’est achevé sur les recommandations des participants. Entre autres, la réinstauration du service civique et militaire dès l’âge de 16 ans, l’institution des awards des jeunes leaders politiques. La fondation par la voix de Magloire N’déhi, chargé des programmes, a pris l’engagement de travailler sur ces recommandations et de les transmettre aux autorités ivoiriennes.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Author: La Rédaction

1 thought on “Panel – Honorat Dé Yédagne (ancien Dg de Fratmat) charge: «384 milliards de budget de souveraineté, c’est… ! Il faut un pacte contre la corruption»

  1. Je discutais avec un militant du rdr à propos de ce budget de souveraineté . Il m a donné une réponse édifiante.
    Mr ouattara ayant augmenté le budget national c est normal qu’ il s octroie « 10% » de commissions.

    Plus sérieusement dans nos pays avec la faune politique qu’ on a, si tu es président que tu n a pas ça, rapidement tu vas perdre tes soutiens.

    Ceux qui t ont soutenu ne comprendront pas pourquoi tu ne peux pas régler leur problème.

    Ceux qui t embêtes tu sais qu’ il faut les contenter financièrement.

    Sans compter tes proches et tes propres besoins.

    Personnellement tel qu’ on nous avait présenté cresus, je pensais que pour la première fois où on a un président multimilliardaire il allait faire comme le roi de Dubaï: distribuer l argent aux pauvres tous les vendredis.

Laisser un commentaire