Côte-d’Ivoire: Après Gbagbo en Belgique, Blé Goudé vers la Suède ?

Par Hervé Coulibaly

Selon certaines informations, Charles Blé Goudé pourrait trouver un point de chute en Suède en attendant que les juges de la Première chambre rendent leurs motivations écrites, suite à la décision d’acquittement qu’ils ont prononcé le 15 janvier dernier. Charles Blé Goudé aurait en effet une sœur, ou un partent en Suède. En plus de cette destination, les conseils de Blé Goudé, ensemble avec le greffe de la CPI, seraient en négociations avec deux autres États européens, pour l’instant tenu secret.
Pourquoi pas la Côte-d’Ivoire ?

Beaucoup auraient souhaité voir Blé Goudé rentrer dans son pays la Côte-d’Ivoire. Mais bien que pays signataire (certes tardif et opportuniste) du Statut de Rome, l’État de Côte-d’Ivoire a rompu toute coopération avec la CPI en refusant le transfèrement de Simone Gbagbo vers La Haye. Pour le Bureau du procureur de la CPI et les juges, la Côte-d’Ivoire en refusant le transfèrement de madame Gbagbo, s’est de fait, exclue du Statut de Rome, condition première à remplir pour pouvoir accueillir Laurent Gbagbo ou Blé Goudé. C’est seulement lorsque les conditions posées à leur libération seront levées, après l’appel ou non du procureur contre leur acquittement, que les deux Ivoiriens pourront regagner librement leur pays.

L »épouse coutumière de Laurent Gbagbo et son fils l’attendent en Belgique

Laurent Gbagbo, libéré sous conditions par la CPI, ne retournera pas en Côte d’ivoire. La Cour pénale internationale veut le garder à disposition. La procureure peut toujours interjeter appel de son acquittement. La Belgique a donné son accord pour accueillir Laurent Gbagbo. Il devra se soumettre à des conditions précises : ne pas faire de déclarations à la presse, ne pas quitter sa future commune de résidence, et se présenter à la police chaque semaine.

Des contacts diplomatiques ont été pris entre la Cour pénale internationale et le gouvernement belge dès l’automne dernier.

La Belgique ne s’est pas opposée pas à un regroupement familial de Laurent Gbagbo avec Nady Bamba, sa deuxième épouse, et leur fils David.

Qui est Nady Bamba?

Nady Bamba est une ancienne journaliste. Elle est âgée d’une quarantaine d’années. Musulmane pratiquante, elle a épousé Laurent Gbagbo en 2001, lors d’un mariage traditionnel, au grand dam de l’épouse légitime, Simone Gbagbo. La jeune seconde épouse s’impose, et devient la chef de communication de son président de mari. Nady Bamba a eu un fils avec Laurent Gbagbo. Elle a quitté la Côte d’ivoire après la chute du président Gbagbo, en 2010.

La Cour de justice de l’Union européenne gèle ses avoirs et l’interdit de voyager en Europe. Motif : elle fait « obstruction au processus de paix et de réconciliation par l’incitation publique à la haine et à la violence et par la participation à des campagnes de désinformation ». Des sanctions qui seront ensuite levées par la Cour de justice européenne. Mais Nady Bamba reste dans le collimateur de la justice ivoirienne.

Nady Bamba vit à Bruxelles avec son fils, David Al Raïs Gbagbo. C’est de la capitale belge qu’elle rendait visite régulièrement à son époux, à la prison de Schevenigen, près de la Haye. Une prison surnommée « Robben Island du Nord » par la presse ivoirienne.

Didier Reynders : « La Belgique soutient la justice internationale »

Les juges de la CPI de La Haye ont donc ordonné vendredi la remise en liberté conditionnelle de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo ainsi que de son allié Charles Blé Goudé, ex-chef de file des Jeunes Patriotes. Poursuivis pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre, les deux hommes avaient été acquittés en janvier par la CPI mais leur remise en liberté avait été différée dans l’attente de l’examen d’un appel du Parquet.

La Belgique a accepté d’accueillir Laurent Gbagbo parce que, selon le ministre des Affaires étrangères, « notre pays collabore de manière très active avec les juridictions internationales et quand la Cour pénale internationale nous demande de recevoir une personne poursuivie dans le cadre d’une libération conditionnelle, l’apriori est favorable, d’autant plus qu’il y a des liens familiaux avec la Belgique. Bien entendu un tel accueil se fait dans le respect strict des conditions imposées par la Cour, et que nous allons demander de renforcer encore, notamment de devoir rester à tout moment à la disposition de la Cour pénale internationale, puisqu’il il y a une procédure d’appel qui est en cours.
Charles Blé Goudé en Suède ?

Quant au co-accusé de Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé, libéré vendredi lui aussi, il ne devrait pas l’accompagner dans son exil belge.

Selon plusieurs sources à la Cour, la Belgique aurait refusé d’accueillir le chef des Jeunes patriotes, mais plusieurs Etats européens ont déjà été contactés par le greffe de la CPI et des négociations seraient toujours en cours.

L’un des critères facilitant la résidence d’un acquitté sur le sol d’un Etat membre de la CPI est basé sur les liens familiaux. Charles Blé Goudé aurait de la famille en Suède où réside sa soeur, qui était d’ailleurs présente à la Cour lors de la décision de libération.

Françoise Wallemacq
rtbf.be

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “Côte-d’Ivoire: Après Gbagbo en Belgique, Blé Goudé vers la Suède ?

  1. Ça ressemble fort bien à un bracelet électronique invisible…pour criminels et bandits de grand chemin !!!!

    Krrrr krrrr krrrr…

    1- Respecter les instructions et ordres de la CPI, y compris être presents à la CPI,
    et à accepter que la procédure devant la Chambre d’appel puisse se dérouler en leur absence.

    2 – A fournir à la CPI l’adresse dans le pays d’acceuil. Tout changement d’adresse nécessite
    l’autorisation de la CPI.

    3 – Ne pas voyager au-delà des limites territoriales de la commune de résidense dans le pays d’accueil
    sans l’autorisation expresse et préalable de la CPI.

    4 – Remettre tous les documents d’identité, en particulier leurs passeports, au Greff de la CPI.

    5 – A se signaler chaque semaine aux autorités de police du pay d’accueil.

    6 – Ne pas contacter, directement ou par l’intermédiaire d’une autre partie, l’accusation,
    tout témoin dans cette affaire, ou tout autre personne interrogée dans l’enquête en cours
    en Côte d’ivoire, sauf par l’intermédiaire d’un conseil autorisé à les représnter devant la CPI.

    7 – Ne faire aucune déclaration publique, directement ou par l’intermédiaire d’une autre personne,
    être en contact avec le public ou parler à la presse concernant l’affaire.

    8 – Respecter toutes les conditions raisonnables supplémentaires imposées par le pays d’accueil.

    Krrrr krrrr krrrr…

    Attoh …Allons en Suède!!!

    té ande

Comments are closed.