Le débat sur le franc cfa gagnerait à être conduit sur le plan technique

« Nous sommes pressés, allons lentement » (Lyautey)

Pour poser correctement le débat sur le CFA, il convient d’examiner la question sur le plan technique plutôt que sur un fondement purement idéologique, du reste parfaitement légitime. Cette exigence n’est point contestée, c’est la réponse qu’on y apporte qui est questionnée. Lorsqu’on est en responsabilité la question de la monnaie n’est jamais une question isolée ( connectivité avec les autres aspects de la coopération). Elle exige une analyse approfondie des contraintes et des réalités de la situation. En effet, pour s’attaquer à l’outil monétaire posons nous les bonnes questions au préalable. La passion pour le changement est symptomatique d’un malaise, au regard des réserves de garantie déposées en compte d’opération auprès du Trésor Public Français et de la souveraineté des processus de décision, d’émission et de fabrication du franc CFA. Cependant, cette passion pourrait être également, si nous n’y prenons pas garde, la cause d’une future crise économique de la zone CFA, en nous précipitant dans la voie du changement, sans régler un certain nombre de pré-requis au préalable. La mise en place de la feuille de route pour la création de la monnaie CEDEAO est une bonne chose, car elle pose des critères de convergence et des objectifs à atteindre, qui ne sont pas que comptables. Dès lors, tout dépendra désormais des options et de l’orientation du processus, pour résoudre une série de questions préalables. Disposons-nous réellement d’économies souveraines pour le faire ? Oui, l’aide au développement dans le système bilatéral, permet de privatiser les fonds publics au profit des pays d’origine des bailleurs de fonds, à travers nos partenaires techniques et financiers et les entreprises privées étrangères, mais avons-nous le capital et la technologie qu’il faut pour corriger ce système, que le Pr. Samir Amin appelait la rente de sous-développement que perçoit les puissances industrielles et financières sur les pays pauvres (boucle des 3 A ou périphérie du Sud), en sus des bénéfices qu’elles réalisent sur la détérioration des termes de l’échange ?

Premièrement, l’Afrique entière ne pèse que 6% seulement des importations de la France. Elle représente à peine 5 % du PIB mondial. Si on y retire le Maghreb et les autres pays africains qui ont leurs propres monnaies (Nigéria, Afrique du Sud, Maurice, etc.), la contribution de la zone CFA à celui-ci, serait inférieure à 1%. Pire, le commerce intra-regional et inter-communautaire des deux zones du franc CFA, reste très faible et disparate, soit environ 15 % pour l’UMOA et 5 % pour la CEMAC, avec des échanges autour de 3% entre les deux zones. Ces chiffres sont assez significatifs pour mener une évaluation critique du rôle et de la fonction qu’une monnaie africaine pourrait jouer dans nos économies en l’état actuel des choses, pour « booster » son développement. A la lecture de ces chiffres, il est une évidence, il convient au préalable de réunir un certain nombre de conditions indispensables pour sa viabilité et son efficacité. Dans le système de Brettons-Woods dit du change flottant, il faudra la défendre tout les jours sur la base du différentiel de compétitivité de notre économie. Celle-ci doit être donc assez solide pour susciter la confiance et éviter des dévaluations en cascade.

Ensuite, se pose la question de la maîtrise des économies nationales. On ne développe pas, on se développe nous dit Ki-Zerbo. Nous n’avons pas encore atteint la masse critique entrepreneuriale, qui fasse naître le besoin d’éclater les frontières de l’Afrique pour se lancer à la conquête des marchés extérieurs du reste du monde, alors même, que les instruments monétaires que sont les deux CFA n’ont pas permis de renforcer l’intégration économique africaine et de promouvoir son commerce extérieur avec une monnaie commune, stable (fixité de la parité), convertible et transférable. Nous constituons un marché de consommateurs au profit des économies extérieures qui possèdent la technologie, puisque nous n’avons aucune capacité transformatrice sur place, pour valoriser nos richesses locales et que notre recherche et développement est si pauvre ( 1% de nos budgets) qu’elle est incapable de nous garantir un avenir, par un développement endogène et une capacité innovante. Nous n’avons même pas encore commencé à mécaniser et moderniser nos modes de production agricole, qui constitue le secteur le plus important de nos économies. Notre école est défectueuse, voire malade, pour permettre un changement significatif à court terme. Nos exportations de matières premières qui servent à financer nos économies sont vendues au prix du marché (mécanisme de l’offre et de la demande), mais qui sont ceux qui sont derrière les marchés ? L’Afrique ne fait pas partie des spéculateurs qui les animent et les font fluctuer au gré des conjonctures. Dès lors, son avenir se joue à l’extérieur, tant que ses économies seront extraverties, et aucune monnaie ne pourra y changer quelque chose. Conséquence, toute la valeur ajoutée de nos économies est réalisée à l’extérieur du continent, dans les pays où les incorporations technologiques de nos richesses naturelles sont effectuées, faute de capacité technologique de notre part. La part du secteur industriel dans nos économies plafonne à 15 %, et notre production manufacturière représente moins de 2% des exportations mondiales dans la même catégorie. Nous ne disposons même pas de grandes chaînes et de circuits de distribution structurés pour écouler notre production, même au niveau national, à plus forte raison à l’échelle internationale. Aucune monnaie ne pourra changer ce profil de nos économies. Il n’y a que des politiques économiques audacieuses, volontaristes, imaginatives et nationalistes au sens positif du terme, qui le peuvent. Une politique monétariste est inapte à impulser un changement d’échelle à notre développement. Or, c’est ce dont nous avons prioritairement besoin.

Enfin, les économies se financent tout comme les idées, or notre accumulation de capital pour accomplir ce rôle est très insuffisant, faute de capitaines d’industrie d’envergure internationale et d’inventeurs (notre croissance est tirée par la dépense publique et non par notre secteur privé), mais aussi et surtout en raison de l’importance de l’évasion fiscale (le montant des fortunes africaines placées à l’extérieur est supérieur au montant de la dette extérieure de l’Afrique, empruntée avec intérêt pour financer son économie; la corruption et le racket fait perdre aux Etats Africains 25 % de leurs recettes. Paradoxalement, en dépit de notre état de pauvreté, nous nous autorisons un taux de déperdition de nos ressources supérieur à celui des pays riches. Le gaspillage en Afrique est patent, soit 10% de nos ressources financières, voire beaucoup plus dans certains pays, sont dépensées dans des opérations improductives de séduction, de prestige et de clientélisme politique, mais aussi pour assurer le fonctionnement de structures inefficaces et budgétivores (mimétisme des modèles occidentaux) et un train de vie de l’état dispendieux. Aussi, nous devons commencer par mettre de l’ordre dans la gestion de nos fonds publics et améliorer la gouvernance de nos économies. Aucune monnaie n’améliora notre capacité de gestion, que seule la bonne gouvernance ne le peut.

SOUMAREY Pierre Aly

Votre commentaire facebook ici

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire