Côte-d’Ivoire: Vote annoncé d’un budget à la mairie du Plateau, le préfet d’Abidjan «agacé» selon des proches

Qui pousse le préfet d’Abidjan, à la tête de la délégation spéciale de la commune du Plateau à dévier de sa feuille de route ?

Le rocambolesque continue à la mairie du Plateau «même si la honte ne tue pas», dit-on dans les rues d’Abidjan, le régime lui, est décidé à renforcer son OPA sur cette commune très riche et très stratégique. Alassane Ouattara l’avait dit, Sawegnon devait a tout-prix gagner cette maire, il en avait fait une affaire personnelle. Sawegnon battu, l’on constate, l’on constate que l’administration [ministères] de Ouattara met tout en place pour que la gestion de la mairie échappe à ceux qui sont à la base de la défaite du filleul Sawegnon. Une mairie sans conseil municipal s’apprête à voter un budget, nouveau fait apparemment unique dans l’histoire de la Côte-d’Ivoire.

Le maire élu du Plateau, le député Jacques EHOUO, tête de liste, à l’issue de l’élection municipale du 13 octobre 2018, n’ayant pas été installé jusqu’au 31 décembre, date d’expiration des anciens conseils, la mairie a été mise sous administration provisoire.

Cette délégation spéciale, présidée par le préfet d’Abidjan TOH BI, a été installée le mercredi 02 janvier 2019 pour une période de 03 mois renouvelable 03 fois.

À l’installation de la délégation spéciale du Plateau, le préfet hors grade Nassa DAKOURY a défini les fonctions de la Délégation spéciale en ces termes :

«La délégation spéciale a des pouvoirs limités aux actes de gestion courante notamment la célébration des mariages, la signature des actes de naissance et de décès, le versement des salaires des employés municipaux et la poursuite des travaux engagés. Aussi ne peut-elle en aucun cas engager des dépenses au-delà des ressources disponibles de l’exercice en cours, ni préparer le budget de la commune, ni recevoir les compte du maire et du receveur municipal».

Curieusement, 1 mois et 10 jours plus tard après son installation, précisément le lundi 11 février 2019, le préfet passé maire sans suffrage de ses administrés, convoque une réunion avec les directeurs de la mairie au cours de laquelle il annonce qu’il aurait reçu l’ordre de préparer le budget de la commune. Ce qui est en totale contradiction avec sa feuille de route.

Qui donc oblige le préfet, ce haut cadre intègre, visiblement embêté [agacé selon ses proches le disent aussi] par cette histoire sans tête ni queue, à dévier des termes de sa feuille de route de sa mission ?

En admettant la recevabilité du projet de budget tel que annoncé par le préfet ; sur la base de quel programme d’investissement ce budget sera-t-il élaboré (Budget triennal et primitif) ?

Étant entendu que le conseil municipal élu n’est pas encore installé.

On pourrait aisément se poser la question de savoir si les concepteurs du budget en place actuellement à la mairie qui sont tous des hommes clé de Fabrice Sawegnon, candidat malheureux du RHDP, (N’CHO Albert, DT, et Directeur de campagne adjoint de Fabrice, KOUADIO Gaspard DRH, chargé de la mobilisation des agents de Mairie pour Fabrice) sont ceux-là qui vont meubler ce budget initié par le préfet au détriment du conseil municipal élu ?

La Côte-d’Ivoire est vraiment un pays qui marche sur la tête depuis quelques temps.

SK

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire