Une chinoise surnommée «la reine de l’ivoire» condamnée à 15 années de prison en Tanzanie

REUTERS/Stringer

Un tribunal tanzanien vient de condamner une femme d’affaires chinoise à 15 années d’emprisonnement pour avoir illégalement fait sortie du pays des produits en ivoire. Selon les douaniers tanzaniens, la totalité du volume épinglé nécessiterait au moins 350 éléphants abattus.

Yang Feng Glan (69 ans), ancienne secrétaire générale de « Tanzania China-Africa Business Council », qui réside dans le pays depuis une quinzaine d’années, avait été arrêtée en 2015 quand elle tentait de faire sortir de la Tanzanie de l’ivoire d’une valeur estimée à 5,5 millions de dollars.

Le tribunal de Dar es Salam qui jugeait Yang l’accuse d’être à la tête d’une organisation criminelle. Elle doit payer une amende de 11 millions de dollars au trésor en dommages et intérêts.

La population d’éléphants de la Tanzanie est passée 110 000 en 2009 à 43 000 en 2014. Selon les autorités, cette chute dramatique est due à la forte demande d’ivoire venant d’Asie, surtout de la Chine.

Ces dernières années trois autres Chinois ont été condamnés par les tribunaux tanzaniens, à respectivement 35 ans et 20 ans de prison pour le même délit de trafic d’ivoire.
LS avec Reuters

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire