Côte-d’Ivoire: Bédié réclame une réforme de la CEI « de fond en comble » et un nouveau « découpage électoral »

 

Depuis Daoukro-Bédié dévoile l’aveu d’échec de Ouattara et son parti unifié: «Ils ne peuvent pas développer un auditoire… Nous allons balayer tous les faussaires en héritage»

Le président du parti démocratique de Côte d’Ivoire-rassemblement démocratique africain (PDCI-RDA), Henri Konan Bédié a reçu, ce vendredi 22 février 2019, à sa résidence de Daoukro, les cadres et militants du PDCI-RDA d’Akoupé. Ceux-ci sont venus lui présenter les vœux du nouvel an et bénéficier de ses sages conseils.
Le président Henri Konan Bédié, qui est en rupture de banc avec son allié d’hier Alassane Ouattara, a profité de l’occasion pour une fois encore lancer de grosses pierres dans le jardin de ce dernier. «Mesdames et messieurs, chers frères et sœurs, vous êtes venus nombreux d’Akoupé pour venir me saluer à Daoukro parce que je suis le président de notre parti à tous, le PDCI-RDA. Je voudrais vous remercier pour ce déplacement. L’adage dit : «Les pieds ne vont pas où le cœur n’est pas». Vous êtes ici de cœur avec le PDCI-RDA et je suis ici pour vous accueillir parce que je suis de cœur avec vous, de cœur pour que nous fassions tout pour que notre parti soit toujours le parti créé pour le bonheur du peuple ivoirien, un parti qui aspire à conquérir le pouvoir en 2020. Et pour suivre ce chemin, vous vous êtes organisés conformément aux structures de notre parti. Et vous avez élaboré un programme d’actions pour soutenir la marche harmonieuse du PDCU-RDA pour la reconquête du pouvoir en 2020. Je vous remercie pour tant d’initiatives. Je vous remercie pour le magnifique présent que M. Ambeu vient de nous présenter. Je remercie aussi tous les porte-paroles qui se sont succédé à ce micro.

« Aujourd’hui, c’est en quelque sorte l’occasion pour moi de vous renouveler ma confiance, de vous encourager dans vos activités. C’est l’occasion pour moi de saisir aussi la perche, puisque ce n’est pas trop tard, de cette nouvelle année pour vous souhaiter une santé vigoureuse, de la joie, du bonheur pour vous-mêmes, vos familles et vos proches. Que tous nos projets en commun, le projet du PDCI-RDA conçu pour le progrès pour tous et le bonheur pour chacun voit le jour en 2019, sinon en 2020. Vous avez pour y parvenir la feuille de route que j’ai remise ici même à Daoukro lorsque m’ont rendues visite dans le cadre des vœux de la nouvelle année toutes les instances du parti. Cette feuille de route, je la renouvelle pour vous pour que l’action soit toujours plus dynamique dans la région de la Mé qui nous tient tant à cœur. Vous savez, ce n’est pas aujourd’hui que je suis avec le peuple Akyé. Il y a longtemps de cala. Je dirai même depuis mes années de collège lorsque je passais des vacances dans cette région avec mes amis Assi Adou, Semon Okeugni et d’autres. Ils ne sont plus hélas », a fait savoir le président Bédié. Ajoutant : «Donc, nous sommes devenus plus grands et avec le PDCI, nous sommes devenus l’héritier politique légitime du PDCI-RDA. Car l’héritage du président Félix Houphouet Boigny, de sa pensée, de ses actions, de toute son œuvre, appartient bel et bien au PDCI-RDA et non pas à quelques mouvements de traceurs ou à quelques mouvements qui se réveillent maintenant pour une renaissance ». Pour lui, cet héritage est permanent depuis 1946, depuis la fondation du RDA et du PDCI en Côte d’Ivoire, PDCI, section du rassemblement démocratique africain. C’est cela, fera –t-il observer, être de vrais héritiers et non pas des traceurs, je dirai plutôt des trappeurs qui cherchent dans la forêt la peau du PDCI-RDA, mais, qu’ils n’auront jamais. Il a fait remarquer que le plus fort, c’est qu’en 2020, avec la plateforme d’armada que « nous mettons en place, nous allons balayer tous les faussaires en héritage ». « Ils seront balayés. Quoiqu’ils disent, rien n’est bouclé parce qu’on ne peut pas boucler sans nous », a-t-il asséné. Non sans indiquer ce sur quoi ils comptent pour qu’ils gagnent, «nous disons que nous ne sommes pas d’accord sur cette base». Il a recommandé qu’il faut reformer la CEI de fond en comble. Selon lui, cette reforme doit toucher le découpage électoral et doit également toucher le conseil constitutionnel. Car , toujours selon lui, aujourd’hui, la CEI dirige le processus électoral et quand les résultats sont là, c’est une autre institution qui vient juger l’action de la CEI et bien souvent, naturellement, ce sont des résultats tout à fait contradictoires qui sont proclamés. « Nous ne voulons plus de cela. Nous ne marcherons pas non plus avec un système de parrainage conçu pour écarter certains candidats aux futures élections», a-t-il tapé du poing sur la table. Avant de dire : « Nous voulons une démocratie vraie et un Etat de droit. Et dans cette démocratie, tous les citoyens valides et tous les citoyens qui remplissent les conditions doivent pouvoir se présenter aux élections même quand ils ne sont pas soutenus par un parti politique. Mais ce que nous voyons aujourd’hui, qu’on forme un parti politique en débauchant les membres de ce parti politique dans d’autres partis politiques, c’est déjà un aveu d’échec puisque seuls, ils ne peuvent pas développer un auditoire avec des membres assez nombreux pour faire vivre un parti. Alors, on débauche, on menace tous ceux qui ont géré avec eux d’ailleurs l’Etat, quelques structures où ils se trouvent. On les menace d’aller en prison. Et pour cela, s’ils viennent adhérer au RHDP unifié, alors ils sont absous », a regretté M. Bédié. Qui a fait connaitre que ce sont des pratiques inimaginables. « Nous ne voulons pas de tout cela. 2020 n’est pas bouclé. Nous ne voulons pas non plus de ces procès que l’on intente à nos compatriotes, les arrestations arbitraires, des dénis de justice. Lorsque des gens ont gagné à des élections, ils doivent être installés dans les fauteuils pour lesquels ils se sont battus sans que le pouvoir ne puisse s’opposer à cette loi de la démocratie », a-t-il pesté. Avant lui, Yapo Valérie épouse Adaï, déléguée communale du PDCI-RDA d’Akoupé, a, au nom de la délégation, souhaité une bonne et heureuse année au président. Avant de lui demander de leur donner des ordres et de les mettre en mission, ils vont exécuter. Notons qu’au cours de cette rencontre, un présent a été offert au président Bédié.

Avec Dircom Pdci-Rda

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire