Les plus pauvres en Côte-d’Ivoire dépensent plus dans le transport que les riches (Banque Mondiale)

Dans son 8ème rapport sur la situation économique de la Côte d’Ivoire, la Banque mondiale a recommandé au pays de résoudre les enjeux de la mobilité à Abidjan, pour transformer la forte croissance urbaine en atout de développement.

Selon le principal auteur du rapport, Jacques Morisset, les problèmes de mobilité vont s’accentuer, si rien n’est fait, et les solutions deviendront de plus en plus difficiles à mettre en œuvre.
Publicité

Plus de 10 millions de personnes se déplacent chaque jour à Abidjan, dépensant en moyenne, pour chaque ménage 1075 FCFA, soit 1,8 dollars, fait noter la Banque Mondiale. L’institution ajoute que ce sont quotidiennement plus de 4 milliards qui sont dépensés en transport, ce qui fait de lui la troisième dépense des ménages (après la nourriture et le logement). Les dépenses de transport ont représenté 5% du PIB en 2017.

Les résidents des quartiers éloignés sont les plus pénalisés car leurs déplacements sont plus longs (78 minutes par déplacement contre une moyenne de 33 minutes). Par ailleurs le coût total du transport peut absorber jusqu’à 30 % des revenus des ménages pauvres alors qu’il ne représente que 5 % du budget des ménages les plus riches.

” C’est un rapport qui reflète les réalités que nous vivons en Côte d’Ivoire. Il est évident que les pauvres dépensent plus que les riches dans le transport, c’est paradoxal, mais ils sont ceux qui se déplacent le plus, et sur les longues distances” a commenté un agent du ministère du plan et du développement, à Afrikmag.

Dans ce huitième rapport publié jeudi, la Banque mondiale a proposé plusieurs pistes pour améliorer les transports urbains et réussir le projet du Grand Abidjan.

Hartman N’CHO
afrikmag.com/

Facebook Comments

Author: La Rédaction