Universités publiques Côte d’Ivoire: La CNEC accuse « le gouvernement d’avoir choisi la voie sans issue de la répression »

En marge de leur 2e marche organisée ce jeudi sur le campus de l’Université de Cocody, la CNEC a produit un communiqué très accusateur contre le gouvernement. Suite au conseil de la ministre tenue hier mercredi, le gouvernement avait accusé les syndicats enseignants de faire des grèves avec des agendas politiques cachés. La réaction de la CNEC est cinglante et n’augure pas d’une porte de sortie de crise dans un futur proche. La crise s’enlise !

MARCHE VERTE ACTE 2 (Jeudi 28 Février 2019 à 9H30 min à l’UFHB)

Cher(e)s Collègues, Camarades Militant(e)s et Sympathisant(e)s de la CNEC, du CODEC, du SYLEC, du SYNARES, de l’UNESUR, de la PFN, de l’IFCI et des autres syndicats du secteur EDUCATION-FORMATION

Depuis plusieurs semaines, nous constatons des mouvements de grève et de protestation pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des principaux acteurs du secteur EDUCATION-FORMATION. L’analyse que nous faisons de cette situation généralisée et que « l’école va mal en Côte d’Ivoire et la formation des élites de demain s’amenuise au fil des années ».

Au lieu d’analyser objectivement cette situation sérieuse, et de prendre des mesures courageuses et idoines pour aller à l’apaisement, le gouvernement de Côte d’Ivoire a choisi la voie sans issue de la répression.

Ce gouvernement qui n’a pourtant jamais pris d’initiatives personnelles dans le sens de l’amélioration des conditions de vie et de travail de ses fonctionnaires, sauf sous pression des différentes organisations syndicales, trouve le besoin de réprimer ces derniers en procédant à des intimidations, à l’arrestation et à l’emprisonnement de leurs leaders.

Camarade, cher(e) collègue résident à Abidjan, quel que soit ton appartenance politique et ta confession religieuse, tu es invité à l’ACTE 2 de la MARCHE VERTE à l’UNIVERSITE Félix HOUPHOUËT-BOIGNY de COCODY le Jeudi prochain 28 Février 2019 à 9 H 30 MIN pour dénoncer la tentative de musèlement des syndicats orchestrée par nos autorités.

Arrête toutes les activités académiques sur toute l’étendue du territoire national pendant que tes collègues JOHNSON KOUASSI ZAMINA ET DADE JOËL MAXIME ERIC, enseignants d’Universités comme toi sont écroués à la MACA comme de vulgaires bandits.

Nous invitons les collègues et camarades de l’intérieur du pays à emboîter le pas à ceux d’Abidjan en organisant de manière éclatée cette même marche verte, à la date et à l’heure indiquées, dans leurs structures universitaires respectives.

POUR INFORMATION ET LARGE DIFFUSION

Fait à Abidjan

Pour la CNEC, le 1er Secrétaire Général Adjoint

Dr KOFFI KOUABLAN EDMOND

Author: La Rédaction