Côte-d’Ivoire: 22 partis politiques d’opposition conduits par Bédié demandent une Commission électorale transparente

Ce matin, vendredi 1e mars 2019, 24 partis politiques de l’opposition se sont rencontrés sous la présidence du président Henri Konan Bédié à la maison du PDCI à Abidjan-Cocody, dans le but de parler d’une même voix sur la réforme de la commission électorale indépendante (CEI), du code électoral et du dispositif institutionnel qui est un acte majeur.

Selon AFOUSSIATA BAMBA LAMINE (représentant GUILLAUME SORO  »CP »), PASCAL AFFI N’GUESSAN et ABEL NAKI, BAMBA MORIFERE, le Président BEDIE, DANIEL BONIE-CLAVERIE, OUATTARA GNONZIE et bien d’autres :

« l’opposition ivoirienne a décidé de parler d’une même et seule voix, de s’entendre sur un projet de commission électorale indépendante qui garantisse la transparence des élections à venir, en ayant l’assurance que cette nouvelle CEI tournera la page des conflits post-électoraux et pourra véritablement s’engager dans la voix de la démocratie, de l’état de droit et ainsi jeter les bases de la plate-forme tant souhaitée par tous les ivoiriens. Celle-ci pourra permettre aux partis politique et la société civile de travailler ensemble pour le bien être des ivoiriens ».

Une rencontre de haut niveau serait prévue pour ce soir entre les présidents des partis politiques pour les derniers réglages avant de passer à l’action.
FIN

Henri Konan Bédié a, au nom de ses pairs, plaidé pour une réforme en profondeur de la Commission électorale indépendante.

La ‘’simple’’ recomposition de la CEI dont parle le gouvernement n’est pas faite pour garantir, selon lui, des élections crédibles et transparentes en 2020. « Cette CEI (l’actuelle) a été longtemps décriée et jugée par la Cour africaine des droits de l’Homme, de partiale et non indépendante. Les élections du 13 octobre 2018 l’attestent », a-t-il déclaré avant de féliciter le comité des experts qui a travaillé, du 05 au 27 février dernier, sur les documents et textes de loi relatifs à une réforme de la CEI.

Pour Henri Konan Bédié, il faut absolument doter la Côte d’Ivoire d’un organe électoral ‘’crédible, transparent et accepté par tous les acteurs politiques’’. Car, c’est uniquement à partir de cela qu’on pourra restaurer la démocratie en Côte d’Ivoire et rassurer les Ivoiriens.

« Nous devons apprendre la démocratie, nous familiariser avec elle et l’enseigner à nos militants. Nous devons œuvrer à l’instauration de l’Etat de droit. Avec ce document unique relatif à la reforme profonde de la CEI, j’ose espérer que le gouvernement saura saisir cette opportunité pour une réforme profonde de la CEI (…) Je réaffirme que l’organe doit être impartial et transparent », a insisté Henri Konan Bédié.

COMMUNIQUE FINAL DE L’ASSEMBLEE PLÉNIÈRE DES PARTIS POLITIQUES DE L’OPPOSITION IVOIRIENNE RELATIVE À LA RÉFORME DE LA COMMISSION ÉLECTORALE INDÉPENDANTE
(CEI)

Ce vendredi 01 mars 2019, les Présidents des partis politiques de l’opposition ivoirienne se sont réunis en assemblée plénière, au siège du PDCI-RDA, pour examiner et adopter le document portant réforme de la Commission Électorale Indépendante (CEI).

En effet, après la réunion du 21 janvier 2019, convoquée et présidée par Son Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du gouvernement de la République de Côte d’Ivoire, il a été demandé aux Partis politiques de transmettre individuellement au Ministère de l’intérieur, sous quinzaine, leur proposition de projet de réforme de la commission électorale indépendante.
Les Présidents des Partis politiques de l’opposition Ivoirienne ont adressé un courrier, en date du 30 janvier 2019, indiquant à Monsieur le Premier Ministre, l’impérieuse nécessité de mettre en place un cadre de concertation élargie, impliquant tous les partis politiques, sans exclusive, la Société civile et le Gouvernement.
L’objectif de la mise en place de ce cadre élargi de concertation répond au souci, des Partis Politiques de l’opposition ivoirienne, de parvenir à une réforme consensuelle et profonde de la commission électorale indépendante. La simple recomposition de celle-ci, comme l’envisage le gouvernement, ne suffira pas à remplir cet objectif.
Les Partis politiques de l’opposition ivoirienne notent, avec regret, que leur requête est demeurée sans suite, à ce jour.

Les Partis politiques de l’opposition Ivoirienne ont décidé de parler d’une même voix et de proposer un document unique, conforme à l’arrêt rendu le 18 novembre 2016 par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.
La CEI doit être un organe indépendant et impartial qui protège le droit à l’égalité devant le suffrage. Elle doit être l’instrument qui organise la dévolution des mandats électifs dans la paix et le respect des droits de tous.

Aussi, les Présidents des Partis Politiques de l’opposition Ivoirienne ont- ils adopté, ce jour, le projet de réforme de la CEI qu’ils défendront au cours des rencontres du cadre de concertation élargi.

Au-delà de la réforme de la CEI, les Partis Politiques de l’opposition Ivoirienne appellent à des discussions sur l’environnement des élections ; à savoir, l’établissement des cartes Nationales d’identité arrivées à expiration, le recensement électoral, la révision du code électoral pour l’adapter à la constitution du 08 novembre 2016 et le cadre institutionnel relatif aux élections en Côte d’Ivoire.

Les Présidents des partis politiques de l’opposition ivoirienne renouvellent leur demande adressée au gouvernement de la République de Côte d’Ivoire pour la tenue d’une large concertation pour une réforme profonde et consensuelle de la Commission Electorale Indépendante.

Les Présidents des Partis politiques de l’opposition Ivoirienne expriment leur attachement au respect de l’indépendance de l’organe en charge des élections consacrée, de façon non équivoque, par la constitution en son article 51.
Les Présidents des Partis politiques de l’opposition Ivoirienne félicitent les membres du comité des experts des Partis Politiques de l’opposition Ivoirienne pour la qualité des documents élaborés et leur demandent de rester saisis des documents relatifs à la révision du code électoral, à la loi organique portant composition, organisation, attributions et fonctionnement de la nouvelle structure en charge des élections en Côte d’Ivoire, au découpage électoral et à l’organisation des élections.

Fait à Abidjan le 01 Mars 2019

LES PARTIS ET GROUPEMENTS POLITIQUES
DE L’OPPOSITION IVOIRIENNE

Author: La Rédaction

1 commentaire sur “Côte-d’Ivoire: 22 partis politiques d’opposition conduits par Bédié demandent une Commission électorale transparente

  1. Quand j’ai vu l’opposition répondre à la demande de rencontre de Gon Coulibaly, j’ai réalisé qu’il s’était produit une énorme erreur. Erreur de s’y rendre en rangs dispersés, erreur d’agréer le mode opératoire de « ramasser copies », erreur d’accepter le rejet de certains partis divisés par le PGCD de Côte d’Ivoire, erreur de s’y rendre en l’absence de la société civile et des leader religieux.

    Il aurait en effet fallu, dans cette perspective, rassembler une proposition unique de l’opposition, et la remettre symboliquement à Gon, avec ampliation à l’UA, à l’UE, au Conseil Constitutionnel, à la Cour Suprême, au représentant des Nations Unies et aux chancelleries étrangères. Faute de cela, Ouattara reste maître du jeu et proposera juste un petit jeu de chaises musicales au sein de la CEI, lui permettant de s’offrir une « victoire » sans coup férir en 2020.

Comments are closed.