Côte-d’Ivoire: « Ma lanterne s’est éteinte. Hommage à mon père, ce grand homme », par Christine Binlin-Dadié

Ma lanterne s’est éteinte
Hommage à mon père, ce grand homme

Mon phare m’a quitté, Oh! Mon lion, cratère éternel, il est imperturbable assis sur le roc. Connaissant mon père, debout dans son combat année après année malgré les attaques et les douleurs qu’il a vécu dans son propre pays, je peux dire que rien n’a pu le détourner de son combat. Il lutta inlassable dans les mots et les gestes, accueillit les coups venant de tous les horizons, il accepta tout dans le silence sans convoitise et sans acrimonie, ni vengeance ni rancœur en lui, son chemin fût parsemé d’embûches, de crocs-en-jambe parfois cruels mais toujours debout, il est resté.

Fils du vent, des éclairs et du tonnerre, fils de l’immortalité, en tant que sa fille le connaissant, je peux dire que mon père est resté imperturbable, indomptable et téméraire. Papa, ta lutte fût un grand exemple du don de soi. À tous les africains et ivoiriens qui ont soif de liberté, de dignité et de souveraineté, je peux dire que tu as su nous communiquer ton rêve qui sans aucun doute sera le concret de demain dans ton pays et en Afrique. Papa, tu as mené ton combat jusqu’au bout, tu es un miroir fascinant pour tous ceux qui ont compris l’importance de la dignité, de la liberté et de la souveraineté. Ton combat n’a pas été vain, tu as lutté pour le bon combat. Fière de toi, fière de ton combat, de ton engagement, de ta résistance Papa, je t’ai compris et je te chante. Dans tes pas je marcherai et je transmettrai ton rêve.
Par tes œuvres et tes actions, par l’audace de tes écrits, je peux dire que tu es de la race des géants de ce monde. Tu t’es bâtis un panthéon pour les nouvelles générations africaines. Homme de grand courage, tu représentes pour les esprits nobles, l’inlassable combat pour une Afrique libre, heureuse, digne et souveraine, l’Afrique de la jeunesse pure, intègre et incorruptible. Centenaire, Papa tu es et pour cela à jamais, tu resteras au dessus du temps. Simple malgré ta notoriété, humble malgré ta popularité, autant en Afrique que ailleurs dans le monde, l’honnêteté et l’humilité n’ont jamais quitté ton âme. Ni or ni argent n’ont pu de dompter ni te détourner de ton combat, personne en ce pays n’a pu t’influencer.

Tu as accompli le destin auquel Dieu t’avait appelé sur terre, tu as semé pour mille générations, tu as été un homme de courage et ta vie n’a été que sacrifice après sacrifice pour ton pays et l’Afrique. Icône tu es et tu resteras, tu as aimé ton pays Papa, tu as aimé ton continent.
Papa, je loue ta grandeur et la majesté de tes souffrances, Papa, où tu es maintenant, tu mérites le repos et la paix après ce travail immense que tu as accompli. À jamais tu resteras ma lanterne, je t’aime. Que Dieu te bénisse.

« La mort engloutit l’homme, elle n’engloutit pas son nom et sa réputation ».
« Celui qui a planté un arbre avant de mourir n’a pas vécu inutilement ».
Proverbes africains.

A.-Christine Binlin-Dadié

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire