Le Cameroun de Biya continue sa descente troublante

COMMUNIQUE DE PRESSE
Le Cameroun continue sa descente troublante
La cause fondamentale de la crise peut être clairement placée aux portes de la présidence
DOUALA, Cameroun, 12 mars 2019/ — En dépit d’un léger recul des gros titres mondiaux ces dernières semaines, le Cameroun a néanmoins maintenu sa spirale de la mort. La cause fondamentale de la crise peut être clairement placée(https://on.wsj.com/2yRnhMO) aux portes de la présidence, ou de l’hôtel Intercontinental de Genève, où le président Paul Biya consacre une grande partie de son temps. Comme nous l’avons déjà écrit (https://bit.ly/2u1J0Pq) sur ce site, le président Biya est le plus ancien chef d’État d’Afrique. Il est au pouvoir depuis 1982 et a récemment obtenu un septième mandat malgré des allégations crédibles de fraude électorale, de menaces ciblées de violence à l’encontre des opposants, et d’un soulèvement sanglant continu dans les régions anglophones du pays.

Maurice Kamto, principal concurrent de Biya aux élections d’octobre 2018, a par la suite été poursuivi(https://bit.ly/2O1a9va) devant un tribunal militaire pour rébellion, insurrection et « hostilité à la patrie », après que son parti politique eut organisé des manifestations pacifiques dans plusieurs grandes villes du Cameroun. Certes, le calvaire de Kamto n’est que le dernier exemple d’une longue série de harcèlements, d’actes d’intimidation et de persécutions ciblés dirigés contre les dissidents du pays et les personnalités politiques de l’opposition. Akere Muna, par exemple – un autre candidat à la présidentielle de 2018 qui a finalement rejoint la coalition de Kamto – a été ciblé à plusieurs reprises (https://bit.ly/2XP8uNs) par les autorités locales, tout comme Kah Walla(https://bit.ly/2FB4uXA), une ancienne candidate à la présidence, activiste des droits des femmes et présidente du Parti du peuple camerounais.

La semaine prochaine, alors que le secrétaire d’État américain aux Affaires africaines, Tibor Nagy sera en visite au Cameroun (https://bit.ly/2TzmOez), Maurice Kamto et de nombreux autres prisonniers politiques(https://bbc.in/2UvE7K7) resteront probablement derrière les barreaux et la communauté d’activistes du pays vit toujours dans la peur. Il est toutefois important de noter que les dirigeants politiques américains ont commencé à prendre la parole, tandis que certaines parties du gouvernement américain ont également pris des mesures pour demander des comptes aux dirigeants camerounais, ou au moins avertir le gouvernement que les violations des droits de l’homme ne seraient pas acceptées sans conséquence.

Le mois dernier, par exemple, des responsables américains se sont engagés à « mettre fin (https://cnn.it/2MTKNi3) » à une aide à la sécurité de plus de 17 millions de dollars au régime de Biya, ainsi qu’au retrait de l’offre visant à ce que le Cameroun soit candidat au programme de partenariat d’État (State Partnership Program(https://bit.ly/2F3vl0l)), qui relie 81 pays aux quatre coins du monde avec les forces armées américaines « dans une relation mutuellement bénéfique ». Cette initiative était en effet attendue depuis longtemps, étant donné lesviolations (https://bit.ly/2PO8SXt) constantes et absolument horribles perpétrées dans le pays, notamment dans les régions anglophones du Cameroun, qui ont entraîné des dizaines de milliers de réfugiés (https://bit.ly/2PlgHUe) et, selon un sondage récent (https://bit.ly/2UwEd43), un déclin spectaculaire de la confiance des citoyens dans leurs dirigeants et les institutions de l’État.

Les dirigeants du Congrès américain ont également commencé à prendre la parole, y compris le représentant Eliot Engel, le puissant président de la Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, qui a écrit cette semaine une lettre d’inquiétude (https://bit.ly/2XKbHxQ) spécifiquement axée sur le Cameroun au secrétaire Nagy, à la lumière de son prochain voyage. Ceci est un exploit. Dans la lettre, le membre du Congrès Engel a demandé au Secrétaire Nagy – qui a déjà servi au Cameroun – de « souligner le fait que le gouvernement camerounais a clairement violé le droit de M. Kamto et des autres prisonniers politiques de se réunir librement et d’exprimer et de diffuser leurs opinions, droits qui sont énoncés dans la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP), que le Cameroun a ratifiée il y a trois décennies. »

Certes, le problème en cause ne concerne pas la « moralisation occidentale » ou le « remue-ménage américain » tel qu’il est souvent perçu ou présenté d’une autre manière par les médias publics camerounais (et d’autres gouvernements répressifs (https://bit.ly/2N1dTvT) sur le continent africain). Ces préoccupations légitimes ne font que souligner le fait que les dirigeants camerounais, entre autres, ne respectent souvent pas le langage énoncé dans leurs propres constitutions, conventions, normes et standards régionaux. La CADHP, par exemple, et la Charte africaine de la démocratie, de la gouvernance et des élections (https://bit.ly/2HfbDRB) ont une raison d’être. Et elles devraient être dûment respectées.

Au lieu d’engager un dialogue approfondi et indispensable avec l’opposition politique, la société civile et le monde des affaires qui, assiégé (https://bit.ly/2F5SxLC) au Cameroun, souffre également de la répression, le président Biya et la cabale au pouvoir ont fait tout l’inverse, engageant des lobbyistes très bien payés (https://bit.ly/2qo8CnJ) à Washington pour blanchir leurs crimes tout en s’engageant dans une politique de la terre brûlée au Cameroun. La répression accrue et le climat de peur qui est délibérément cultivé à cette fin pourraient permettre au président Biya et à ses facilitateurs de rester au pouvoir pour le moment. Cependant, la seule voie viable (https://bit.ly/2F4Gf6e) vers le progrès, le développement et la paix ultime devra sûrement être basée sur le respect des principes démocratiques et la satisfaction des aspirations non satisfaites de la population qui aspire à une vie meilleure – dont beaucoup continuent littéralement à risquer leur vie pour assurer un pays meilleur et plus prospère aux générations futures.

Distribué par APO Group pour Vanguard Africa.

SOURCE
Vanguard Africa

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire