Mairie du Plateau en Côte-d’Ivoire: Toujours «de gros obstacles politico-juridiques» à l’installation de Jacques Ehouo

De gros obstacles à l’installation de Jacques Ehouo révélés

Des informations font état de l’installation imminente du Conseil municipal du Plateau. Mais selon d’autres sources, ça tout l’air d’un gros piège tendu aux Conseillers de la liste du Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain (Pdci-Rda), si cette nouvelle de fin de crise venait à se confirmer.

Va-t-on vers le dénouement de la crise qui entrave la prise effective de service de la municipalité du Plateau, après l’épisode de la délégation spéciale de pouvoirs ? « Sûr et certain », d’après une source proche du Pdci-Plateau, qui a requis l’anonymat. « Plutôt piège et dangers pour la liste victorieuse », selon une autre source indépendante, avec qui nous avons échangé en début de semaine.

En effet, selon cette dernière, aussitôt qu’Ehouo Jacques et ses compagnons du Pdci-Rda auront persisté dans leur volonté de faire élire le maire, le député-tête de liste à la municipale de 2018, ferait immédiatement l’objet d’une action en révocation régulière et conforme à la loi, par des autorités ivoiriennes. D’autant qu’il demeure sous le coup d’une instruction judiciaire.

Ainsi, la mairie serait immédiatement placée sous tutelle de l’autorité ministérielle, par désignation d’un autre membre (n’importe lequel) du même Conseil municipal.

Dans un tel scénario, n’importe lequel des Conseillers de cette liste pourrait être maire intérimaire. Comme cela a bien été le cas, l’an dernier, avec Jacques Yapi, lorsque Akossi Bendjo a été débarqué.

A moins encore de courir le risque de la dissolution pure et simple du Conseil municipal (dans moins de 3 mois), avec impossibilité pour ces mêmes Conseillers d’être qualifiés à nouveau pour une prochaine élection, à l’épilogue de la délégation spéciale en vigueur.

« Manifestement, il y a un véritable danger pour les membres de la liste victorieuse du 13 octobre 2018, si leur seule option est celle d’Ehouo Jacques », prévient notre source indépendante.

L’affaire encore pendante…

Faut-il le rappeler, le ministère public poursuit Ehouo Jacques devant les tribunaux, au motif de détenir des preuves de sa concussion dans ce que l’on appelle désormais « l’affaire de détournement des fonds publics de la mairie du Plateau, faits de prévarication à proportion de près de 10 milliards F Cfa »

On se souvient que, selon le parquet ivoirien, sur le fondement d’investigations menées par l’Inspection générale d’Etat et la Police économique, des éléments dits de preuves auraient été retenus contre Ehouo Jacques, accusé de complicité avec l’ancien maire Noël Akossi Bendjo, dans le détournement d’importantes sommes d’argent des caisses des recettes municipales du Plateau. Montant cumulé du préjudice estimé aujourd’hui, par des sources judiciaires proches du dossier, à près de 10 milliards F Cfa. En cause, la gestion de la manne publicitaire de la commune, de 2004 à 2018.

C’est d’ailleurs ce qui avait justifié un certain nombre de mesures dont la révocation du maire Akossi Bendjo, la suspension de l’installation du Conseil municipal…

Pour les autorités judiciaires, installer Ehouo Jacques dans ces conditions, serait, par la même occasion, « blanchir » Akossi Bendjo. Puisque les deux sont poursuivis pour les mêmes délits.

Pour une source au cœur de l’affaire, Ehouo Jacques Gabriel alias Jacques Baeur, dont la liste a été déclarée victorieuse par la Chambre administrative de la Cour suprême, à l’issue de l’élection municipale d’octobre 2018 au Plateau, risque de ne pas être installé maire.
Des sources proches du dossier font, par ailleurs, état de ce que les plus hautes autorités de l’Etat semblent n’avoir pas de problème avec l’installation du Conseil municipal aux couleurs du Pdci, ce qui introduit une grosse nuance avec la tête de liste Pdci. « En tout état de cause, la balle se trouve désormais dans leur camp, eux qui peuvent encore sauver leur victoire en pensant à un plan B. Ce plan B pourrait prendre en compte les profils tout aussi valables de Conseillers tels Michel Koblavi Diby, Parfait Kouassi ou même celui du doyen Yéboué Angoua Yéboué, tous bien connus du sérail… », a indiqué la source indépendante.

Contacté, par téléphone, par Soir Info, dans l’après-midi du mardi 12 mars 2019, pour avoir sa réaction relativement à toutes ces informations, Jacques Ehouo a fait savoir que n’étant pas seul au moment de la conversation, il ne pouvait parler.

Hervé KPODION
Soir Info

Author: La Rédaction