Le Ghana et la Côte-d’Ivoire rejettent «temporairement» la norme ISO34101-4 sur le cacao durable

Les deux premiers producteurs mondiaux de cacao, la Côte d’Ivoire et le Ghana, ont décidé mercredi à Abidjan de différer d’au moins un an la mise en oeuvre de la norme internationale ISO34101-4 sur le cacao durable et traçable, afin d’apporter des améliorations qui tiennent compte des intérêts de l’ensemble des acteurs des deux pays.

« La Côte d’Ivoire et le Ghana ont décidé de s’approprier la norme internationale ISO 34101-4 sur le cacao durable et traçable afin d’y apporter les améliorations nécessaires qui tiennent compte des intérêts de l’ensemble des acteurs », ont annoncé, dans une déclaration conjointe, les autorités de régulation respectives des deux pays, le Conseil du café-cacao et le Ghana Cocoa board.

La norme ISO 34101-4 sur le cacao durable et traçable porte essentiellement sur les exigences relatives aux systèmes de gestion de la durabilité, les exigences de performance relatives aux aspects économiques, sociaux et environnementaux, les exigences relatives à la traçabilité et les exigences relatives aux systèmes de certification.

Dans leur communiqué, le directeur général du Conseil du café-cacao, Yves Brahima Koné, et le directeur exécutif du Ghana Cocoa board, Joseph Boahen Aidoo, relèvent « l’absence de consensus » au sein des parties prenantes de la chaîne de valeur du cacao sur le contenu de la norme.

« En conséquence, l’application de la norme ISO 34101-4 en Côte d’Ivoire et au Ghana sera mise en attente le temps de permettre au Conseil du café-cacao et au Ghana Cocoa Board de mener à bien leurs travaux », indique la déclaration.

A en croire le directeur exécutif du Ghana Cocoa Board, les deux pays « ne sont pas contre les dispositions de la norme ».

Il estime toutefois que ces normes sont « inadéquates » pour les producteurs qu’il convient de mettre au centre de la question.

« Il faut que les producteurs soient au centre de ces normes, nous ne voulons pas que ces normes fassent du mal à nos producteurs », a insisté Joseph Boahen Aidoo.

La Côte d’Ivoire, premier producteur avec deux millions de tonnes de fèves, et le Ghana représentent 60% de la production mondiale de cacao.

Depuis le 26 mars dernier, le Ghana et la Côte d’Ivoire se sont engagés à définir une stratégie commune pour trouver une solution durable aux différents défis du secteur cacao.

Source: Agence de presse Xinhua

Author: La Rédaction