Une énième plateforme de jeunesse de l’opposition lancée en Côte-d’Ivoire: Ce que Valentin Kouassi (Pdci) et Navigué (Jfpi) promettent

Cojid (Coalition de la jeunesse ivoirienne pour la démocratie). C’est la nouvelle organisation de la jeunesse de l’opposition qui vient d’être portée sur les fonts baptismaux. Elle a inauguré ses activités politiques ce jeudi 21 mars 2019, au siège du Pdci, par une conférence de presse.
Il est revenu à Valentin Kouassi de la jeunesse urbaine du Pdci de décliner les ambitions politiques que s’assigne cette plateforme. Des ambitions qui ne s’écartent pas de celles caressées par les dirigeants des 24 partis politiques et organisations de la future plateforme initiée par Konan Bédié. Comme on peut le deviner, la jeunesse prend les devants en attendant que les aînés ne formalisent leur organisation.

« Tenant compte des dérives dictatoriales du pouvoir actuel, avec ses conséquences désastreuses à venir, nous, jeunes des partis politiques de l’opposition, avons décidé, pour sauver la mère patrie, de mettre en place un mouvement dénommé, COALITION DE LA JEUNESSE IVOIRIENNE POUR LA DEMOCRATIE », a dévoilé Valentin Kouassi dit ‘’Tourbillon’’ dans son propos liminaire après avoir dressé un tableau sombre de la gouvernance Ouattara.

Dans les échanges qui ont suivi, Valentin Kouassi et Konaté Navigué ont expliqué avec réserve sur leur stratégie pourquoi il était temps de mettre en place un tel regroupement. « Est-ce que les Ivoiriens se sentent bien en Côte d’Ivoire ? Est-ce que les Ivoiriens ont besoin de changement ? Est-ce que les Ivoiriens ont besoin de plus de liberté ? A partir de là, tout leader qui s’organise, il faut le considérer que de le minimiser. Ce sont les actions qui font les leaders. (…) Nous serons une organisation de plus mais qui ne sera pas de trop », c’est en ces termes que le premier responsable de la jeunesse du Fpi a répondu à une question relative à l’efficacité et à la crédibilité de cette nouvelle coalition. Il a même fait une référence à l’histoire récente de la mise en place l’association des jeunes patriotes pour le sursaut national juste après le début de la rébellion de 2002. Pour lui beaucoup ne vendaient pas cher la peau de Blé Goudé et ses amis face à la coalition rebelle. Pourtant les jeunes patriotes, selon lui, ont gagné bien des combats avant la conclusion de la crise en 2011. Il a donc rassuré l’auditoire quant à la lutte à mener pour obtenir un changement démocratique en 2020.
La Cojid a annoncé des actions de masse mais tout cela va s’ouvrir dans les prochains jours par un atelier de réflexion sur l’état de notre démocratie. « Nous n’allons pas nous arrêter à la seule conférence de presse de lancement. Il faut que le pouvoir sache qu’il n’est pas seul (à occuper le terrain politique). Nous ferons tout pour que la démocratie s’instaure en Côte d’Ivoire. Nous allons occuper le terrain pour que les choses changent », a tempêté Valentin Kouassi, désigné président de la Cojid pour un an.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire