« Il peut avoir des divergences » au RHDP, mais « il ne faut pas se renier » (Adjoumani)

Jean-Marc BOUAZO

Le fondateur du mouvement « sur les traces d’Houphouët-Boigny », Adjoumani Kouassi Kobenan, a appelé samedi à Bouaké (centre, ex-fief de la rébellion armée), sa formation politique, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) à ne pas « renier » le parti unifié (RHDP), dont il était membre avant qu’il ne se mue en une faction, à une cérémonie.

« Le président Houphouët-Boigny nous a laissé un héritage de paix. Il peut avoir des divergences (mais), il ne faut pas se renier », a dit Adjoumani, à un meeting de son mouvement, en présence de plusieurs ministres du gouvernement, venus le soutenir.

Pour lui, le président du Rassemblements des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), Alassane Ouattara et celui du PDCI, Henri Konan Bédié doivent « se mettre ensemble » en vue de « préserver » la paix en Côte d’Ivoire, ajoutant que « l’arme secrète pour régler les conflits est le dialogue ».

L’année dernière, le PDCI avait refusé d’adhérer au RHDP, version parti unifié, demandant à son ancien allié (RDR), une alternance en 2020.

Pour le ministre des Ressources Animales, le chef de l’Eta, Alassane Ouattara « veut remettre ensemble les héritiers politiques » du président Félix Houphouët-Boigny, avec la mise en place du RHDP.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Author: La Rédaction

2 commentaires sur “« Il peut avoir des divergences » au RHDP, mais « il ne faut pas se renier » (Adjoumani)

  1. LEÇONS DES ELECTIONS COUPLÉES MUNICIPALES & RÉGIONALES
    1°) RHDP : 111 victoires
    2°) Indépendants : 58 victoires
    3°) PDCI : 56 victoires

    A priori, y’a pas match, n’est-ce pas ? Mais ce bilan dont se gargarise le RHDP n’est qu’en trompe-l’œil. En effet, le RHDP qui compte le RDR, l’UDPCI et quelques partis artificiellement divisés, partis-félons donc se réclamant de la légalité sans représenter les vrais partis originaux (PIT, MFA, UPCI, …) n’obtient qu’un peu plus de 900.000 voix. Quand le PDCI tout seul obtient largement plus du million de voix. Quand on prend en compte aussi le score des indépendants qui ont pris le risque de braver le RHDP en dépit de la menace de ne rien rien faire pour le développement local, hors régions et communes RHDP, vous aurez compris que l’heure est grave pour les distributeurs de Riz-Huile-Deux mille-Pagne. Et ne comptons même pas les militants LMP/Gor encore restés dans le boycott.

    Ils avaient appelé à se peser ? Le verdict est sans appel, ils sont ultra-minoritaires. En dépit d’un découpage électoral qui donne des résultats flatteurs sur le nombre de communes (certaines dans le nord comptent 1.000 inscrits !!!!), ils savent la messe dite. Leurs derniers espoirs ? Vider le PDCI de ses cadres (qui ne représentent chacun qu’une seule et unique voix, les militants ne suivant pas comme des moutons), et/ou garder la CEI en l’état afin de tricher comme ils n’ont cessé de le faire depuis 2010. C’est là aussi que la bête devient dangereuse : blessée et acculée, elle n’a plus d’autre choix que de tenter le tout pour le tout, quitte à ne pas ménager le sang. 2020 reste donc inquiétant, parce qu’ils n’ont aucune envie d’accepter les résultats et encore moins de s’en aller.

    On comprend dès lors l’acharnement des Ouattara, Duncan, Adjoumani et consort sur le PDCI. Ils en deviennent ridicules, à force. Mais le ridicule n’a encore tué personne.

  2. C’est avec un bras cassé pareil que Bédié veut revenir au pouvoir?

    Je comprend pourquoi les centristes se précipitent dans les bras de Ouattara. Car c’est évident que si affi est toujours à la tête du fpi, Ouattara peur légitimement se frotter les mains pour 2020

Laisser un commentaire