Côte-d’Ivoire: Après Agnès Monnet, Sam l’Africain lâche Affi N’guessan

Selon Sam l’Africain dit Jichi Sam, ce jeudi 28 28 mars 2019 à Abidjan

Conférence de presse tenue par le président Jichi Sam dit Sam l’Africain, président de la Nouvelle Alliance de la Côte d’Ivoire pour la Patrie (NACIP)

« Dès cet instant je quitte l’AFD et je mets fin à toute collaboration avec Affi N’guessan.

Ce monsieur est allé trop loin. Il a confirmé ce qu’on disait de lui. Insulter GBAGBO jusqu’à ce point, je suis déçu.

Il s’est suicidé politiquement. Ceux qui l’acclament là le conduisent au cimetière.

En vérité Affi N’guessan n’a pas été content de la libération du président GBAGBO.

Je lance un appel, désolidarisez-vous de Pascal Affi N’guessan! »

Dialogue direct Ouattara-Gbagbo

« Je demande un dialogue direct entre GBAGBO & Ouattara. Ce sont ces deux-là qui peuvent ramener la paix en Côte-d’Ivoire, non pas Bédié et Soro qui militaient pour le maintien de GBAGBO en prison à la Haye.

Ces deux derniers étaient au pouvoir quand nous étions en prison, c’est aujourd’hui parce qu’ils sont écartés du pouvoir qu’ils changent de discours et essaient d’amadouer les pro-GBAGBO. »

Author: La Rédaction

4 commentaires sur “Côte-d’Ivoire: Après Agnès Monnet, Sam l’Africain lâche Affi N’guessan

  1. Au risque de me répéter, pourquoi vouloir opérer un kyste quand les conditions sanitaires ne s’y prêtent pas ? Affi avec ses entrées au palais, sa feuille de route claire et les avantages pécuniaires lié à son statut factice de « leader de l’opposition », ne lâchera jamais le morceau. Il ne s’agit pas pour lui que de suicide politique, mais surtout et plutôt de suicide financier, et Dieu sait que l’homme aime l’argent. Bravo à Gbagbo qui a réussi en un tournemain à le mettre à nu aux yeux de ceux qui avaient encore du mal à lire son jeu.

    Que reste-t-il à faire maintenant que c’est clarifié ? Simplement abandonner temporairement la coquille vide « FPI » aux mains de l’intriguant, le temps que les conditions soient favorables à un jugement qui rétablira le parti dans sa structure légale, avec ses vrais propriétaires aux commandes (après 2020). Il faut à Gbagbo, Simone, Katinan, Assoa et tous les autres cadres, accepter cette réalité et faire fi des considérations liées à l’ego, pour emprunter cette voie : Affi est un kyste, qui ne peut être opéré tant qu’il a la caution et la protection du pouvoir Ouattara. Il faut passer outre, et avancer. Déjà les défections s’enchaînent, mais au profit de QUI et au profit de QUOI ? Créez vite un nouveau parti pour mener l’activité politique, débarrassés du kyste Affi. Simple conseil lucide.

  2. Perdre du temps à lutter avec lui (Affi), c’est disperser ses énergies, ses moyens et son temps, Octobre 2020 arrivant très vite. C’est aussi et surtout, faire le jeu de Ouattara qui mise sur les querelles intestines pour maintenir la vraie opposition occupée à autre chose qu’à lui disputer le terrain.

  3. Commentaire intellectuel partial parcellaire et limité de notre @petit Koffi(appellation bien contrôlée)
    A cette même conférence notre Sam l’afrIcain subitement illuminé souhaiterait un dialogue direct entre Mrs OUATTARA et GBAGBO pour une alliance forte afin de vaincre pour les élections de 2020 le couple BÉDIÉ et SORO.Alors on se poserait la question de savoir qui de Mrs SAM et AFFI travaille pour le RHDP????
    Cher frère @Coigny je vous sais mieux structurer et intrigant peut-être intelligent pour décortiquer certains propos de politiciens.
    Bon ça peut nous arriver à tous d’etre par la passion ou l’emotion du moment.
    Bien à vous mon AMI(E).

    A chacun sa lorgnette !!!

  4. @Quoi,
    Sam l’Africain n’est pas ici ma préoccupation (tu remarqueras qu’il n’y a aucune mention de son nom et de ses élucubrations) : la situation à laquelle ramène sa posture, son lâchage, est elle, intéressante. Tous ceux qui lâchent Affi, « FPI officiel car reconnu par décision de justice » le font au profit de qui ? Et pour mener quelle action ? Pour engager un combat d’arrière-garde sur un nom et un logo au détriment du plus important à quelques mois de l’échéance capitale qu’est 2020. Aucune passion émotionnelle dans mon propos, juste la saine appréciation des réalités du moment. Et puis, tu auras beau détester le FPI mon cher @Schmilblick, tu devras quand-même constater que ce parti recèle d’éminences grises plus autorisées à exprimer une opinion réaliste que Sam l’Africain, non ?

Laisser un commentaire