Bataille Bédié/Ouattara en Côte-d’Ivoire: Les chefs Baoulé ont-ils désavoué Bédié ? Voici leur message alambiqué

Avant que le Président Bédié prenne son avion pour Yamoussoukro (ndlr, en novembre 2010), il a demandé à M. Henri, son Chargé de Mission de m’appeler moi, à Yamoussoukro quand tous les Baoulé de Côte d’Ivoire s’y étaient réunis pour accueillir les deux personnalités.

Nous nous sommes rendus à la suite présidentielle du Président, à l’Hôtel Président et nous nous sommes concertés. Il y avait parmi nous des témoins qui sont encore en vie dont le Roi Allou Konan, le Roi des N’Zima, Tanoé et aussi trois chefs de canton de la région du Gbêkê.
Et au cours de cette rencontre, c’est moi, votre petite modeste personne qui ait demandé au Président Bédié et au Président Allah Gnissan de se rendre sur la tombe du Président Houphouët. Et comme grâce à eux, il y a eu la cohésion sociale et la paix, quand ils sont sortis de là, le mot d’ordre est parti pour que tout le peuple s’allie pour élire le Président Alassane Ouattara. Et c’est ce qui a été fait à Yamoussoukro.
Quand un chef crache, il ne peut plus laver.

Matin, midi et soir, nous œuvrons sans relâche pour la cohésion sociale entre ces deux personnalités. Nous le faisons et nous ne sommes pas encore fatigués de le faire. Ce n’est pas tout on dit. Soyons rassembleurs. Le chef ne fait pas de la politique, le chef est entre ses enfants. Ce sont tous nos enfants. Nous devons les encadrer, nous devons leur donner des conseils, nous devons œuvrer à la paix, nous devons œuvrer à la cohésion sociale.

Voyez-vous, le Président de la République travaille. Il a créé la Chambre des Rois et des Chefs Traditionnels de Côte d’Ivoire. Et il fait mains et pieds pour que cette chambre aille toujours de l’avant pour le bien-être social de tous les chefs traditionnels de Côte d’Ivoire.
Donc, je vous demande, chers chefs venus de partout, de toutes les contrées de la Côte d’Ivoire, d’être cohérents, d’être solidaires, de recevoir tous vos fils, de les rassembler, d’œuvrer à la cohésion sociale.

Le Ministre Adjoumani a pris le relais. Nous devons le soutenir et les soutenir tous, nous devons les bénir, nous devons prier Dieu et les mannes de nos ancêtres de leur donner la force et l’intelligence nécessaire pour rassembler le pays, aller de l’avant et faire de la paix en Côte d’Ivoire la véritable seconde religion comme le Président Houphouët-Boigny l’a toujours prôné.

Le mouvement SUR LES TRACES D’HOUPHOUET-BOIGNY doit toujours exister. Je vous demande encore une fois, de soutenir le Président de la République, de soutenir le Président Adjoumani, de soutenir le mouvement SUR LES TRACES D’HOUPHOUET-BOIGNY, de soutenir tous les membres du gouvernement dans leurs actions.

Je vous remercie ! »
Nanan N’Goran Koffi II, représentant de la Reine du peuple Baoulé
Propos retranscrits par le
Service Communication du Ministre Adjoumani

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire