ONU Mali: Guterres appelle tous les acteurs à redoubler d’efforts pour arrêter les violences

(Xinhua)

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation au Mali, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé vendredi tous les acteurs nationaux, régionaux et internationaux à redoubler d’efforts pour faire face aux multiples menaces qui pèsent sur le Mali et la région du Sahel dans son ensemble.

Le Premier ministre du Mali, Soumeylou Boubèye Maïga, et les ministres français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et allemand, Heiko Maas, participaient à cette réunion.

« La situation au Mali met à l’épreuve la capacité de la communauté internationale à se mobiliser en faveur de la paix et de la stabilité. Ce n’est pas une question d’altruisme, mais bien de sauvegarde. La sécurité au Mali a une incidence sur l’ensemble du Sahel, qui à son tour affecte la stabilité mondiale », a prévenu le secrétaire général.

Il a rappelé que l’ensemble de la région du Sahel faisait face à de graves problèmes transnationaux, allant des changements climatiques et de la sécheresse à l’insécurité croissante, à l’extrémisme violent et au trafic de personnes, d’armes et de drogues.

« Vous n’êtes pas sans connaître la menace grandissante qui pèse sur la stabilité au Burkina Faso », a-t-il dit à l’adresse des membres du Conseil de sécurité.

« Nous ne pouvons rester les bras croisés alors que la situation humanitaire se dégrade, que les écarts de développement se creusent et que les risques pour la sécurité deviennent insoutenables », a-t-il dit.

« Investir dans la paix au Mali, c’est investir dans la sécurité mondiale. Je vous demande instamment de continuer à appuyer sans réserve la MINUSMA (Mission des Nations Unies au Mali) et les organismes humanitaires et de développement des Nations Unies ainsi que nos partenaires sur le terrain », a-t-il ajouté.

Le chef de l’ONU a toutefois estimé que ce soutien, de façon isolée, ne sera jamais suffisant et qu’il n’existe aucune alternative à la volonté politique.

Il a donc appelé le gouvernement du Mali, les dirigeants de l’opposition politique, ainsi que les mouvements signataires, à redoubler d’efforts afin de mettre fin aux problèmes auxquels le pays fait face. « Il est désormais temps de travailler ensemble pour rétablir la paix et la stabilité au Mali », a-t-il dit.

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire