Côte-d’Ivoire: « 2020 c’est maintenant », Koko Armand, VP du Fpi chargé du District des lagunes 1

Le message des militants Fpi du district des lagunes 1 au président du Fpi, Pascal Affi N’Gessan, lu ce mercredi 17 avril, au siège du FPI, au 2 Plateaux vallon, par le vice-président Armand Koko.

Camarade Président du Front Populaire Ivoirien

Ce jour Mercredi 17 Avril 2019 les militants du district des lagunes 1( Agboville, Tiassalé, Sikensi, Dabou, Grand Lahou, Jacqueville, Taabo) ont décidé de venir à vous pour s’enquérir des nouvelles de Paris. En effet, Président, les militants du Front Populaire Ivoirien en particulier, et les Ivoiriens en générale, fondaient beaucoup d’espoir dans ce voyage à PARIS. A aucun moment, le scenario que tu as vécu ne figurait dans nos prévisions. Même les plus pessimistes parmi nous n’avaient pas envisagé une situation pareille; car, il devrait se jouer à Paris l’avenirdu FPI, voire, l’avenir de la nation ivoirienne dans son entièreté.

Nous avons pensé avec bonne foi que l’intérêt supérieur de notre pays l’emporterait sur les égos des uns et des autres. Le FPI avait tout à gagner dans l’union et dans l’entente. Hélas, tout le monde ne voit pas les choses de cette façon. Le parti est comme frappé d’obstacles majeurs. Chaque étape a son conflit a son palabre qu’il faut faire et laisser de côté les vrais problèmes des ivoiriens. Quand bien même n’y a rien en face de nous il faut nécessairement trouver un bouc émissaire en notre sein ou un ennemi extérieur et engager des palabres très souvent inutiles qui n’en valent même pas la peine et à chaque fois c’est le parti qui sort perdant à l’instar de la dernière crise poste ou nous avons tout perdu. L’exclusion et l’ostracisme ne doivent pas devenir le mode de fonctionnement entre nous militants.

Très souvent ce sont les rumeurs qui fondent cette attitude. La tolérance, l’amour d’autrui, la réconciliation et le débat d’idée sont bannis de nos comportements qui faisaient, autrefois, la force du Fpi.

L’humour, la camaraderie, est un lointain souvenir au FPI. Drôle manière de gérer les hommes.

Sinon comment comprendre qu’un père confie la clef de sa maison à un de ses fils et refuse de lui adresser la parole afin que ce dernier lui fasse le retour de la mission que celui-ci lui aurait confié. C’est un devoir minimum avant toute observation mais au FPI c’est source de palabre en lieu et place d’un simple geste de sagesse.

Nous sommes venus vous encourager au dialogue et vous féliciter pour votre sens de responsabilité.

Vous avez le devoir de tendre la main et de faire preuve de patience c’est l’œuvre des grands hommes. Vous avez la sagesse et l’intelligence pour y arriver. En tout état de cause Président vous avez notre soutien nous sommes convaincus que le Président GBAGBO va écouter son cœur et non des intermédiaires pour mettre le FPI sur les rails. Les solutions que ces prétendus intermédiaires préconisent et qu’on attend çà et là consiste à assécher les bases du FPI conduit par AFFI N’GUESSAN relève d’un rêve et surtout d’un manque d’inspiration politique. Les refondateurs sont devenus des as sécheurs. Prendre cela comme un programme de gouvernement à 18 mois D’une élection Présidentielle montre bien que certains de nos camarades ont perdu le sens de la lutte politique qui aboutit à la conquête du pouvoir. Voilà pourquoi Président votre acharnement au travail portera ses fruits. Nous encourageons le Parti à aller loin dans l’alliance avec le PDCI.

Le district des lagunes 1 entend continuer le travail à nous confier par le Parti. Camarade Président soyez rassurer comme vous nous ne lâcherons rien et nous n’accepterons jamais l’humiliation d’un digne fils de ce pays quel que soit son origine si cela doit servir à faire plaisir à des vautours tapis dans l’ombre. Le FPI est une famille et nous avons un devoir de solidarité les uns envers les autres un devoir d’amour les uns envers les autres et non cultiver la haine à tout moment est-ce la bonne façon de construire une nation. Nous sommes pour le dialoguepour les jeux politiques pour la laïcité de la nation pour une bonne politique d’intégration pour une ouverture sur le monde. Nous sommes partisans d’un socialisme qui s’adapte aux jeux du marché loin de l’extrémisme et du souverainisme débridé.

C’est la ligne que vous avez décrite entre OUATTARA l’homme de la droite dure et les extrémistes de tout bord. C’est cela le FPI et nous y sommes attachés.

Contrairement à ce que les gens pensent nous sommes des hommes de convictions et non des suiveurs. La ligne originale du FPI est claire c’est ce que nous suivons. ¨présidents ne prêtez pas attention aux nouveaux missionnaires qu’on a appelé les as sécheurs ou les as sécheuses ils finiront par s’assécher eux même. Si le ridicule pouvait tuer je suis certains qu’on aurait déjà des morts sur notre conscience. Voilà donc président PASCAL AFFI N’GUESSAN PRESIDENT du FPI l’objet de notre visite ce matin. Que le seigneur nous garde et nous fortifie ; vive le FPI et vie la cote d’ivoire.

Koko Armand
Vice-président du Fpi chargé du District des lagunes 1

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire