« Le cancer du col de l’utérus est le plus récurrent en Côte d’Ivoire », révèle un gynécologue

Jean-Marc BOUAZO

« Le cancer du col de l’utérus est le plus récurrent en Côte d’Ivoire », a déclaré, Antoine Djan, professeur de gynécologie à l’université de Bouaké (ex-fief de la rébellion armée), invitant les femmes à se faire « dépister », lors d’une caravane de sensibilisation sur la pathologie jeudi à Yamoussoukro, capitale politique.

« Le cancer du col de l’utérus est le plus récurrent chez les femmes en Côte d’Ivoire, et qui continue de tuer », a affirmé M. Djan, exhortant les femmes à se faire « dépister ».

M. Djan s’exprimait lors d’une caravane de sensibilisation sur la pathologie, organisée par La Jeune chambre internationale.

Cette infection qui part de la contraction d’un virus responsable de la pathologie, lors de rapport sexuel avant l’âge de 17 ans, « peut être traitée et en guérir », selon le professeur.

« Si elle (maladie) n’est pas dépistée (à temps), elle se mue en un cancer », a-t-il insisté, précisant que « la prise en charge du malade coûte excessivement chère ».

Des moyens de préventions existent. Il s’agit d’un vaccin pour les femmes pucelles et de la méthode visuelle pour l’autre catégorie de femme. La dernière méthode est la plus utilisée en Côte d’Ivoire.

JBO

Author: La Rédaction