Jacqueville Côte-d’Ivoire weekend pascal: 2 morts par noyade et 11 sauvetages sur les plages

Le weekend pascal a été tragique sur les plages de Jacqueville qui, comme chaque année, ont drainé un monde fou. Si la journée du samedi 21 avril a été tranquille, sans drame signalé, celle du dimanche de pâques aura été chaotique.

Selon un bilan de la police maritime relayé sur les réseaux sociaux, 11 cas de noyade ont été enregistrés dimanche. Sur ces 11 cas, 9 personnes ont pu être sauvées par les plongeurs de la police maritime. Ces personnes, repêchées des eaux très agitées de la mer, ont été ensuite remises aux agents de l’Office national de la protection civile (Onpc) pour être réanimées, précise le communiqué. Deux personnes n’ont pu avoir la vie sauve dans cette parade, contrariant ainsi l’opération ‘’Zéro noyade, zéro mort’’ lancée 72 heures plus tôt par les autorités municipales. A Akrou, un village de la commune, un plagiste noyé s’en est sorti avec les bras fracturés, indique la même source policière.

Le maire de Jacqueville et son équipe municipale avaient pourtant pris des dispositions pour prévenir tout risque d’accident aussi bien sur les routes que sur les plages de la commune balnéaire. En liaison avec les forces de l’ordre, la police maritime et la gendarmerie locales en première ligne, un plan de sécurisation avait été échafaudé à l’effet de réduire, voire d’annihiler les risques de noyade. Des moyens financiers et logistiques ont accompagné le train de mesures pratiques prises à cet effet.

Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

Sur les réseaux sociaux des voix se sont élevées pour dénoncer l’insuffisance des mesures prises. Un responsable de l’Ong ‘’Unité spéciale de sauveteurs aquatiques (Ussa)’’, faisant valoir qu’il détient un agrément du ministère de l’Intérieur (sous le numéro 1150 du 20 Novembre 2009 et affiliée à la Fédération Ivoirienne de Natation et Sauvetage et à l’Onpc), a dénoncé la mise à l’écart de son organisation dans cette opération. Il s’exprimait ainsi sur un forum Facebook. Pour ce sauveteur bénévole des plages, ses adhérents étaient absents sur les plages dimanche, hormis des endroits où ils étaient sollicités par des nageurs pour être encadrés.

« Il faut retenir que pour cette grande affluence pascale nous avons organisé une opération dénommée « HIPPOCAMPE » qui a 10 ans cette année. Et la mairie au lieu de récupérer notre projet devrait plutôt nous associer car à cause d’elle, nous n’avons plus le soutien des entreprises privées. (…) Or nous avons du métier dans ce domaine mais le maire ne veut pas appuyer les sauveteurs aquatiques de moyens techniques et financiers pour ces occasions de grande affluence », critique encore cet acteur.

Le maire va s’expliquer

Devant le drame qui frappe sa ville, le maire Beugré a décidé de monter au créneau pour dire sa part de vérité et éventuellement dresser le bilan de l’opération qu’il a initiée sur instruction du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité. Mercredi, il organise une conférence de presse à Jacqueville. Au cours de celle-ci, il fera l’état des moyens humains et matériels mobilisés pour contrer ses détracteurs. L’exercice s’avère périlleux au regard de cette comptabilité funeste.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire