Côte-d’Ivoire: L’ex ministre de la Défense, Paul Koffi Koffi (61 ans), a soutenu sa thèse de doctorat unique

L’ancien ministre d’État auprès du Premier ministre, chargé de la Défense (2011-2016), l’ingénieur économiste-statisticien Paul Koffi Koffi (2011-2016), qui a aussi brièvement occupé le portefeuille de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, était l’impétrant pour la soutenance de sa thèse de doctorat unique.

« Employabilité des diplômés du secteur Education-Formation en Côte d’Ivoire » est le thème de la thèse unique de doctorat dont la soutenance a valu à Paul Koffi Koffi, la mention « très honorable » ce jour, à l’Université Alassane Ouattara devant un jury présidé par Pr Anassé Adja Augustin.

Paul Koffi Koffi né le 26 janvier 1957 à M’Bahiakro a fait preuve de l’avis des membres du jury, « d’humilité » en retournant sur les bancs dans le cadre des travaux pour la soutenance de cette thèse doctorale, en dépit de ses fonctions à l’UEMOA, a dans sa présentation indiqué en hypothèse générale que « la formation technique et professionnelle améliore l’employabilité de diplômé relativement aux autres ordres d’enseignement en Côte d’Ivoire ».

Toutefois, selon l’ancien ministre en charge de ce portefeuille, « la formation professionnelle est devenue le parent pauvre de l’ordre d’enseignement » et aussi relevé le peu de recherches sur la question dans l’espace UEMOA. Avec des chiffres à l’appui, il a soutenu qu’avec 107000 apprenants dans la formation technique et professionnelle, « à peine 6.94%, nous avons du chemin à parcourir. »

L’impétrant Paul Koffi Koffi a insisté sur le déficit d’établissements modernes, l’existant fonctionne « avec des moteurs qui datent de la seconde Guerre mondiale » a-t-il soutenu. « Le dernier établissement mis en exercice date de 1 an à Yopougon » avant de relever qu’avec la formation technique et professionnelle, ce sont 73% de taux d’insertion qui est acquis contre 68% pour les diplômés de l’enseignement général.

« Depuis plusieurs années, de nombreux jeunes ont fini leurs études mais sont au chômage. Avec la politique de gratuité admise en 2012 par le gouvernement, ce sont de nombreux jeunes qui accèdent au système éducatif pour plusieurs diplômés » a-t-il présenté. Il a soutenu qu’un diplômé de la formation technique et professionnelle met 25 mois à s’insérer dans le tissu professionnel contre 29 pour les autres ordres. Dans cette grisaille, les femmes sont encore lésées par une faible représentation.

Il a préconisé « d’agir sur l’ordre d’enseignement et le marché de l’emploi. »

Les membres du jury ont estimé que le thème « cadre avec l’actualité de la Côte d’Ivoire et des pays de l’UEMOA ». « Les turbulences sociales sont dues au fait que les jeunes ont un problème d’insertion professionnelle » a soutenu l’un d’eux. « Vous avez une thèse utile, votre réflexion est de qualité et qui nous permet d’espérer », a pour sa part assuré le président du jury, Pr Augustin Adja Anassé. Au terme de la délibération, le jury a donc décerné le grade de Docteur d’Etat à Paul Koffi Koffi avec la mention « Très honorable », tout en recommandant de renforcer la version finale du rapport à mettre à la disposition des pays de l’UEMOA. De l’avis de son Directeur de thèse, il a exploré « un terrain vierge sur lequel il y a peu de recherches ».

Avec PoleAfrique.info

Author: La Rédaction