Deux morts sur les plages de Jacqueville en Côte-d’Ivoire, le maire demande à l’Etat de ne pas abandonner «sa ville »

Mercredi, en conférence de presse, le maire de Jacqueville, Beugré Joachim est revenu plus largement sur le drame qui a frappé sa commune le dimanche de Pâques. Ce jour-là, deux nageurs ont perdu la vie après une série de noyades ayant fait 11 victimes civiles. Il a confirmé ce bilan rendu public dimanche par des sources policières. Selon le conférencier, ce ne sont pas les mesures sécuritaires qui ont manqué. Malgré les moyens humains, matériels et financiers limités, le conseil municipal a joué son rôle, en mobilisant les forces à sa disposition. Ce qui est arrivé, de son avis, est la conséquence de l’indiscipline de certains visiteurs et excursionnistes qui sont souvent allés avec des convois surchargés, inondant la petite localité de 14 mille à 15 mille plagistes, le temps d’une fête. L’autre cause qu’il a évoquée, c’est l’insuffisance des moyens et la modicité de l’appui de l’État. C’est pourquoi il n’a pas manqué de pousser ce cri de détresse face au drame :  »Nous voudrions interpeller l’état de Côte d’Ivoire. Nous sommes une petite ville. Nous avons des plages mais la mairie n’a pas de budget conséquent. Pour un weekend nous avons accueilli 15 mille personnes. Une mairie sans moyens ne peut gérer ce flux de personnes si l’Etat ne lui vient pas en appui. Je demande à l’Etat de ne pas abandonner Jacqueville surtout dans les périodes de fête’’.

Pour le weekend de pâques, le commandant de brigade adjoint présent à la conférence de presse a informé l’auditoire que seulement 75 hommes tous corps confondus, y compris les renforts venus d’Abidjan étaient mobilisés pour assurer la sécurité. Ce sont : 10 pompiers, 37 agents de la police maritime, 8 marins et 20 gendarmes.

Tirant les leçons et face à l’ampleur des dégâts, le maire a envisagé ses solutions propres pour réduire les risques de noyade. Il compte soumettre au conseil municipal l’idée de l’aménagement d’une plage communale qui bénéficiera de toutes les commodités sécuritaires. ‘’Nous avons de l’ordre à mettre’’, a-t-il dit, invitant les propriétaires de plages à investir dans la sécurité de leurs espaces pour les rendre plus sûrs et plus attractifs.

Pour finir, le premier magistrat de la petite ville balnéaire a lancé un appel à tous ceux qui se reconnaissent des compétences en matière de sauvetage en milieu marin à se joindre à la mairie pour proposer leur expertise que de s’adonner au dénigrement et à la délation comme ce fut le cas le weekend de pâques. Une autre épreuve attend le maire et son équipe à l’occasion de la fête du 1er mai qui battra le record de déferlement sur Jacqueville. Une situation qui angoisse déjà l’équipe municipale qui veut compter cette fois sur un soutien massif de l’Etat en hommes et en moyens logistiques.
SD de retour de Jacqueville

sdebailly@yahoo.fr

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire