Côte d’Ivoire: Fraternité matin va réintégrer les journalistes Gneproust et Alakagni

Edwige FIENDE

La direction du journal d’Etat Fraternité Matin devrait réintégrer deux journalistes sur les quatre qui en avaient fait la demande après une « décision du ministère de l’Emploi », suite à leur plainte après leur licenciement en 2018 pour « motif économique ».

La direction a proposé la réintégration aux journalistes Marcelline Gneproust et Alakagni Hala tandis que Brou Prestone et Théodore Sinzé n’ont pas été appelés à l’issue des « huit jours » que Fraternité Matin avait pour répondre » à leur demande, a confié un proche à Alerte info..

Ces journalistes avaient déposé le 17 avril, une « demande de réintégration » après une « décision du ministère de l’Emploi ».

Bénéficiant d’un statut de « travailleurs protégés » pour leur responsabilité au sein des syndicats des agents, ils avaient introduit un recours contre « l’autorisation de licenciement de l’inspection du travail ».

Ils avaient saisi le ministère de l’Emploi qui a imputé le dossier à la direction du travail, laquelle a annulé l’autorisation de licenciement après enquête, concluant que « l’inspection du travail s’est trompée », avait expliqué l’un des journalistes.

En novembre 2018, Fraternité Matin avait licencié 123 agents dont 11 journalistes pour « motif économique ». Ces salariés s’ajoutaient à « 32 départs volontaires », soit 155 départs au total représentant près de la moitié des effectifs.

Cette décision intervenait après l’adoption par le gouvernement d’un « plan de redressement » du quotidien comportant un volet social d’un coût de 1,4 milliard FCFA.

Le Journal d’Etat, confronté depuis plus d’une dizaine d’années à des difficultés financières a enregistré « des pertes cumulées de 2,3 milliards FCFA sur la période 2012-2017, portant ainsi les déficits cumulés de l’entreprise à 10 milliards FCFA à fin 2016 ».

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire