Ajax, un pied en finale de la ligue des champions, 23 ans plus tard

L’antisèche: L’Ajax sait faire autre chose que régaler

Par Glenn Ceillier

LIGUE DES CHAMPIONS – L’Ajax Amsterdam a usé de tous les charmes qu’on lui connaît en première période lors de sa victoire contre Tottenham (0-1). Mais après la pause, la formation néerlandaise a aussi affiché un autre visage pour conserver son avantage au score, sans trop trembler.

L’Ajax a déroulé avant de voir Tottenham se reprendre
Il y a eu deux mi-temps bien distinctes. Dans la première, ça a été une démonstration de l’Ajax Amsterdam. Le club amstellodamois a déroulé son football. Imposant son désormais fameux pressing, son jeu de passes léché et ses renversements de jeu déroutants. Diminués par les nombreuses absences devant (Son Heung-min, Harry Kane, Erik Lamela), Tottenham a alors souffert, n’arrivant à faire mal que sur coups de pied arrêtés. Avec son passage du 3-4-2-1 au 4-4-2, la formation anglaise a relevé la tête. La seconde période a été beaucoup solide de la part des Spurs, qui ont fait meilleure impression, sans vraiment réussir à faire trop trembler une équipe néerlandaise bien en place.

Les joueurs : van De Beek intenable, Eriksen et Alli trop discrets
Il est difficile de sortir une tête d’un collectif bien huilé. Mais à l’Ajax, Donny van de Beek a été intenable en première période. Toujours entre les lignes, il a fait mal à Tottenham. Et ce n’est d’ailleurs pas un hasard s’il a encore marqué pour son deuxième match de rang en C1. Avec son sens de la passe et son activité, Hakim Ziyech n’a pas été en reste.

A Tottenham, Dele Alli et Christian Eriksen ont eux été trop discrets. Et ça s’est ressenti sur le jeu des Spurs, qui ont manqué d’inspiration pour faire la différence. En revanche, Moussa Sissoko, rentré à la place de Jan Vertonghen à la 39e, a apporté un impact précieux dans les duels. Son entrée n’est pas étrangère au mieux des Spurs. Et si Fernando Llorente a été utile pour faire remonter le bloc londonien, Lucas a lui été l’un des rares Londoniens à faire mal par ses accélérations.

(…)

Face à une équipe de Tottenham mieux organisée, Amsterdam a dû conserver son avantage au score. Et si les Spurs étaient évidemment très diminués, les coéquipiers de Frenkie de Jong ont géré la situation à la perfection. Avec la maturité, le sens du combat et la sérénité nécessaires. Au final, ils ont peu tremblé, laissant leur adversaire ne cadrer qu’un seul tir dans cette rencontre. Ça aussi, ça en dit long sur le potentiel de ce groupe. Et c’est une excellente nouvelle alors que pour la première fois dans cette campagne de la C1, les Lanciers vont devoir défendre un succès au retour.

Continuez sur Eurosport.fr 

Author: La Rédaction