Côte-d’Ivoire: Les propos d’Henriette Lagou sur Bédié lors de la réception de nouveaux partis dans sa coalition

Ce qu’elle dit de la plateforme de Bédié

Qui veut aller loin ménage sa monture. A un an de la présidentielle 2020, Henriette Lagou après le coup d’essai de 2015 veut se donner plus d’atouts pour la prochaine présidentielle. Mardi 7 mai, à l’hôtel Gestone, elle a présenté à la presse le Groupement des partenaires politiques pour la paix (Gp-Paix) dans un grand hôtel de la Riviera 2. Ce regroupement de partis politiques comprend désormais douze formations politiques, avec le Rpc-Paix, le parti de Mme Lagou.

Dans sa charte, lue au cours de la conférence de presse par M. Kromel Akpa, cette plateforme se veut le creuset de la défense des idéaux de paix en même temps qu’elle se situe dans l’opposition ivoirienne. Elle dit non au statu quo actuel et désire participer pleinement à la vie politique en Côte d’Ivoire ‘’avec ses particularités’’ comme le précisera Mme Lagou, elle-même, dans son propos liminaire.

« Nous sommes une nouvelle organisation cependant notre discours tranche d’avec le discours politique actuel. Nous pensons avant tout à l’intérêt supérieur de la nation », a affirmé Henriette Lagou. Dans les échanges avec les journalistes, l’ancienne présidente de ‘’2 millions de filles pour Gbagbo’’, un mouvement ayant soutenu l’ancien président ivoirien, a expliqué que le crédo de sa coalition s’inscrit dans le dialogue constructif, la collaboration avec le gouvernement et se veut une force de propositions. Elle participera, a-t-elle martelé, à toutes les élections de 2020.

Répondant à une préoccupation sur sa participation à la plateforme annoncée de Bédié en même qu’elle dirige une autre plateforme concurrente, Mme Lagou a estimé que l’annonce de Bédié demeure, pour l’instant, à l’étape de projet. Elle n’est pas encore née et donc on ne peut accuser Henriette Lagou de créer une organisation parallèle, se défend-t-elle. En tout état de cause, elle a affirmé avec conviction en guise de clarification : « Je n’ai pas créé mon parti pour accompagner des gens. (…) Nous recherchons la stabilité du pays ».

Avec le Rpc-Paix, des partis comme le Ravi, le Prrd de Loulou Yoro, le Cndci de Blé Oswald Konan, un ex-compagnon de Watchard Kédjébo, le Pida de José Guédé Abel candidat recalé à la présidentielle 2015 et l’Unci de Annick Pety-Zago, juriste et conseillère municipale d’Attécoubé constituent quelques partis membres de la nouvelle organisation qui fait son petit bonhomme de chemin.

Henriette Lagou déborde ces derniers temps d’activités. Le weekend du 27 avril, son parti a organisé sa 2e convention nationale. Plusieurs partis politiques ivoiriens dont le Pdci, le Fpi d’Affi, le Mnc d’Appia Kabran avaient répondu à son invitation de même que des partis politiques du Niger et du Sénégal qui partagent les idéaux du centrisme.
Cette convention avait affirmé la foi inébranlable du parti au centrisme comme ligne politique et appelé à la réalisation du projet de société qui en découle.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Author: La Rédaction