Le peuple Wê en Côte-d’Ivoire ne s’identifie pas au seul Front Populaire de Gbagbo

Pierre Soumarey

Côte d’Ivoire : Le peuple WË ne s’identifie pas au FPI

Il convient de tenir le FPI-Canal historique, à un nouveau degré de responsabilité dans la fabrication d’un nouveau discours génocidaire, indexant les autres tout en s’exonérant soi-même. Le phénomène de violence massive qui a embrasé l’Ouest, avec son cortège de massacres possède des causes multiples, à savoir la récurrence des conflits inter-communautaires sur des bases foncières et d’intérêts économiques, l’immixion de forces étrangères venues des pays frontaliers à la solde de certaines pièces maitresses du pouvoir FPI, l’instrumentalisation politique des populations et la mise en oeuvre armée de reflexes d’auto-défense face à un phénomène « d’envahissement », perçu comme un phénomène de dépossession, d’agression et de « colonisation ». Il sera en effet observé que le peuple WÊ étant chez lui, ne peut pas être considéré à priori comme l’agresseur, mais le défenseur, d’où la théorisation idéologique et politique ayant servi à l’exécution d’une ligne de défense, allant bien au-delà de l’enjeu local pour s’adresser à une situation plus générale de crise militaro-politique, catégorisant les individus avec des assignations identitaires suivant leurs simples appartenances. Cette situation explosive a été suscitée, entretenue et exacerbée par le fait de politiques issus de ce même parti et par l’action armée de la rebellion et des milices ethniques et de mercenaires qui s’y affrontaient, bien avant la crise post-electorale qui viendra majorer d’horreur et l’intensité de la déflagration qui en suivra. L’utilisation aujourd’hui de ce drame et de la souffrance qu’il a engendré pour le peuple WË, comme fonds de commerce politique n’est pas moral et acceptable dans les termes dont cette mémoire douloureuse est posée, dans un pays où les meurtrissures de la crise sont générales et distribuées diversement.

Il convient que les historiens restituent avec distance et objectivité la vérité de ce qui s’y est réellement passé en pays WË dans un système explicatif séquentiel. Ce n’est pas au politique de reconstituer l’histoire. Il est temps que les enquêtes diligentées par l’Etat aboutissent réellement et permettent de dire enfin le droit et de dédommager les victimes, autant que possible. Il existe un besoin de vérité et de deuil à l’Ouest. L’initiative de la construction d’un monument de la mémoire n’est pas une mauvaise chose en soi, bien au contraire, elle est nécessaire pour le travail de deuil des populations, pour l’apaisement du peuple WÊ, pour la paix des coeurs. Cependant, cette initiative, aussi louable qu’elle peut apparaître pour certains, appartient exclusivement à la Nation compatissante, repantante et solidaire et non à un parti politique. C’est à l’Etat de poser ce geste à l’endroit de ses fils, au nom de la Nation toute entière, et non à un parti politique de le faire dans l’isolement et de manière sélective. Nous avons besoin d’un moment collectif et solennel qui nous appelle une fois l’an à une cérémonie nationale « du plus jamais ça ». L’Ouest n’est ni en scission avec le reste de la Nation, ni la propriété du FPI. Celui-ci n’est pas son porte-parole. Il n’a aucun mandat pour parler en son nom. C’est du populisme et du clientélisme politique. C’est précisément l’erreur commise par le passé et le rôle que celui-ci y a joué, en mettant de l’huile sur le feu. Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à regarder la vidéo d’Evens TV couvrant la fête de la liberté du FPI et alliés de France, devant l’UNESCO. Cette fête historiquement copiée à la fête de l’humanité du parti communiste français devrait être, certes, celle de la victoire de la lutte pour l’acquisition du multipartisme en Côte d’Ivoire, mais surtout celle de « la vraie fraternité » et de la libération des sentiments négatifs et des prisons de la mémoire, plutôt que d’être le lieu où l’on rattise les tensions non éteintes qui couvent encore. Un parti politique porte une espérance et trace un avenir. Il ne renvoie pas au passé et ne fait pas le procès de l’histoire. Cette vacuité ne doit pas être compensée par l’exploitation des émotions de ses concitoyens. L’exigence de la reconnaissance des massacres de DUEKOUE à l’occasion de la fête de la libeté version Simone GBAGBO, non seulement sort du cadre de l’esprit de cette fête, car elle adresse la crise et non le progrès démocratique et la fraternité, mais peut s’exprimer sans lui donner une dimension ethniciste, partisane et génocidaire au sens que lui donne la Convention de Génève.

Cette ville carrefour est une ville cosmopolite depuis de longues années et illustre l’ouverture, l’hospitalité et la fraternité du peuple WË. Dès lors, les massacres qui ont eu lieu, concernent également une pluralité d’ethnies et de communautés. Il est malsain et illusoire de penser aujourd’hui, en pleine dynamique de réconciliation, que le discours génocidaire et les revendications victimaires que portent certains groupes politiques peuvent provoquer une adhésion unanime de la communauté nationale. Plutôt que d’aider à dépasser les souffrances du passé, à nous défaire de nos vieux démons et à surmonter les incertitudes du présent dans un contexte post-crise, marqué par la pluralité des sensibilités, des mémoires et des victimes, en vue de redonner un sens à la vie collective, le FPI Canal-historique joue à l’apprenti sorcier en reveillant de manière fort maladroite le subconscient encore vif de la crise. Il nous faudra plusieurs générations pour en effacer totalement les stigmates.Il faut laisser le temps faire également son travail. La seule démarche à privilégier est la reconnaissance unanime d’une responsabilité collective et d’un pardon de la Nation à l’endroit de toutes les victimes de la crise, dont principalement le peuple WÊ. Ce n’est pas une affaire de parti. Le peuple WË ne s’identifie pas au FPI et il dispose de relais institutionnels suffisants pour faire entendre sa voix et porter lui-même ses revendications et ses doléances. Les opportunistes politiques et les intellectuels de l’apocalypse doivent respecter la douleur de ce digne peuple, faute de l’aider à se relever pour poursuivre sa route en harmonie avec la République et tout le reste du corps social.

Pierre Soumarey

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire