Le camp Gbagbo appelle à une plateforme «efficace» des partis d’opposition en Côte-d’Ivoire

Le camp Gbagbo appelle à une mise en œuvre de la plateforme des partis d’opposition, dans le cadre du rassemblement de la gauche ivoirienne.

Le sujet était à l’ordre du jour, lors de «la première session» de la frange Fpi proche de Laurent Gbagbo, le 4 mai passé, à la Riviera-Golf, à Abidjan.

A la suite de la rencontre qui s’est déroulée en présence de Simone Gbagbo, notamment un communiqué rendu officiel, hier, recommande que «toutes les dispositions utiles» soient prises «pour la mise en œuvre efficace et efficiente» sur le terrain.

Il est à noter qu’une coalition politique d’opposition a vu le jour le 20 avril 2017. Avec comme nom «Ensemble pour la démocratie et la souveraineté» (Eds), cette plateforme a été portée sur les fonts baptismaux par des partis politiques d’opposition et des organisations de la société civile.

Par ailleurs, la rencontre du camp Gbagbo, le 04 mai, a également abordé divers autres sujets dont la question de la réconciliation nationale, en cours actuellement. A cet effet, cette branche appelle ses partisans à s’engager résolument dans le processus. A juste titre, le communiqué invite l’ensemble des militants «à se transformer en instrument efficace et influent pour la réconciliation nationale».

Dans la même veine, le communiqué demande en outre, à «chaque militante et à chaque militant en Côte d’Ivoire et à l’étranger, dans les organes dirigeants, les structures de base, les structures spécialisées et d’activités, de cultiver la confiance, la persévérance, la perspicacité et à se tenir prêts, toujours mobilisés dans toutes les régions du pays».

La réunion a, par ailleurs, exhorté les militants proches de cette branche des frontistes à œuvrer pour le retour en Côte d’Ivoire de leur champion. Il est bon de rappeler que l’ancien chef d’Etat ivoirien, accusé de crimes contre l’humanité, a été acquitté par les juges de la Cour pénale internationale, le 15 janvier 2019. Aujourd’hui, il est en liberté conditionné, à Bruxelles, en Belgique.

Il faut par ailleurs rappeler que le Fpi est aujourd’hui traversé par une profonde crise. Il est divisé en deux branches, dont celle proche d’Affi N’Guessan, est légalement reconnue par la justice ivoirienne.

MARCEL APPENA
Fratmat.info

Author: La Rédaction