Grève éducation: Le syndicat des enseignants « satisfait » du taux de « 52% à Abidjan et 75% à l’intérieur »

Edwige FIENDE

La Coalition des syndicats du secteur éducation/formation de Côte d’Ivoire (COSEFCI) qui a entamé mardi une nouvelle grève pour exiger de meilleures conditions de travail, s’est dite « satisfaite » du taux de suivi du mouvement estimé à « 52% à Abidjan et 75% à l’intérieur du pays », à l’issue de la première journée.

« Nous sommes satisfaits de la première journée, malgré les menaces proférées par la ministre de l’Education nationale Kandia Camara, le taux de suivi est de 41% au primaire », a fait savoir le porte-parole de la COSEFCI, Pacôme Attaby, reconnaissant que le mouvement n’a pas été « véritablement suivi » au primaire, au téléphone à ALERTE INFO.

Au secondaire, M. Attaby s’est réjoui du taux de « 52% à Abidjan et 75% à l’intérieur » où un suivi de « 100% « a été enregistré dans des villes notamment à Man (Ouest), Bouaké (Centre), Abengourou (Est), Gagnoa (Centre- Ouest).

Dans des villes comme Aboisso (Sud) et Yamoussoukro (Centre), les cours n’ont pas été perturbés, mais interrompus dans deux lycées à Daloa, tandis que la grève a été suivie à Agboville (Sud), selon des habitants à ALERTE INFO.

Début janvier, les enseignants avaient observé « une grève illimitée » pour exiger du gouvernement de meilleures conditions de vie et de travail.

En mars, ils avaient décidé de suspendre leur mouvement pour un mois après des négociations avec le gouvernement.

Estimant que leurs revendications n’ont pas été satisfaites dans le délai accordé au gouvernement, la COSEFCI a lancé une nouvelle grève de mardi à vendredi « reconductible jusqu’à la satisfaction de leurs revendications ».

Face à la presse lundi, Mme Camara a menacé de radier les enseignants qui observeront cette nouvelle grève de « trop ».

« La récréation est terminée », a-t-elle affirmé, appelant les enseignants « qui pensent qu’ils (ne sont) pas satisfaits » de leurs « conditions actuelles (à) aller ailleurs ».

En réaction, Pacôme Attaby a appelé la ministre à « avoir un discours conciliateur », car ses « menaces n’entameront pas la détermination des enseignants ».

Dans un communiqué mardi, Kandia Camara a convoqué vendredi à son cabinet, tous les responsables syndicaux signataires ayant pris part à l’atelier en avril à Bassam ».

Cette convocation fait suite au rapport de synthèse des travaux de cet atelier qui s’inscrivait dans le cadre des discussions sur les points des revendications des enseignants en vue d’un apaisement du climat social dans les établissements scolaires et universitaires.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire