Côte-d’Ivoire: « Sawegnon désavoue les manifestants contre le maire du Plateau », selon ses proches

« A aucun moment, Sawegnon n’a donné les moyens pour une manifestation » anti-Ehouo, selon ses proches

Edwige FIENDE

Fabrice Sawegnon, le candidat du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, parti présidentiel) déclaré perdant à l’issue des municipales au Plateau (Centre des affaires), n’a à « aucun moment donné les moyens » pour organiser à une manifestation contre le maire Jacques Ehouo à Abidjan, a soutenu l’un de ses proches William Koffi.

« A aucun moment, Sawegnon n’a donné les moyens pour faire cette manifestation », a affirmé M. Koffi, joint par téléphone par ALERTE INFO.

Mardi, des jeunes du Plateau dont des proches de M. Sawegnon ont organisé une manifestation en face du ministère de l’Intérieur pour demander « la suspension » de M.Ehouo « pour qu’il réponde de ses actes ».

Ils tenaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire: « Justice pour les pauvres populations de la commune du Plateau. Monsieur le Ministre, Jacques Ehouo a volé sept milliards FCFA de la commune » ou encore « la délinquance et le banditisme financier ont encore de beaux jours dans notre pays, tolérance zéro pour les bandits à col blanc, Jacques Ehouo est le modèle achevé ».

Neuf personnes dont William Koffi avaient été interpellées et conduites à la préfecture de police pour « trouble à l’ordre public » lors de cette manifestation avant d’être libérées dans la soirée.

« Nous ne baisserons pas les bras jusqu’à ce que justice soit dite », a assuré William Koffi, un cadre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, opposition), souhaitant « le soutien de tous les hommes épris de justice ».

Inculpé pour « détournement de deniers publics », Jacques Ehouo, Candidat du PDCI, a été installé en mars, quatre mois après son élection.

Mais il avait été empêché de prendre fonction en raison des soupçons de détournements qui pesaient sur lui. Une délégation spéciale présidée par le préfet d’Abidjan Vincent Toh Bi avait été mise en place pour assurer la continuité du service.

Jacques Ehouo était soupçonné d’avoir été l’un des acteurs d’un détournement de fonds (portant sur plus de 5 milliards FCFA) organisé par la mairie du Plateau, alors dirigée par son oncle Noël Akossi Bendjo qui avait été démis de ses fonctions en août 2018 par le gouvernement pour la même affaire.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire