Côte-d’Ivoire: «L’illusion nationaliste» face à son impuissance et à ses contradictions

Théophile Kouamouo

Mal poser les problèmes c’est se condamner à ne pas les résoudre. Après les déclarations de Bédié, je lis beaucoup de propos sur les problèmes liés à l’immigration massive en Côte d’Ivoire. Mais si c’est ce problème qu’il est urgent de gérer, il faut dénoncer les accords qui fondent la CEDEAO et qui consacrent la libre circulation et le libre établissement. Car les orpailleurs clandestins sont clandestins pas en raison de leur statut d’immigrés (ils ont le droit d’être là) mais en raison de leur activité dont certains organisateurs sont des Ivoiriens bon teint comme Wattao et des trafics d’armes qui y sont liés.

Si les lois étaient respectées par l’Etat et les administrations, ces mines à ciel ouvert n’existeraient pas.

Au Burkina, ces mines à ciel ouvert existent aussi et le fait qu’elles soient exploitées par des autochtones ne change rien au problème qu’elles posent. De plus, tout porte à croire que cette exploitation aurifère s’inscrit souvent dans le cadre d’opérations de blanchiment d’argent et de financement des groupes terroristes en Afrique de l’Ouest.

Par ailleurs, ce sont les mairies et les administrations ivoiriennes qui sont au cœur de la fraude à l’identité. Mais avez-vous vu des procès d’officiers d’état-civil véreux ? Tant qu’on présentera les problèmes Ivoiriens comme Bédié le fait, il y aura des affrontements entre pauvres dans les contrées ivoiriennes, et les marionnettistes comme lui et les autres jouiront de la plus totale impunité.

Le fait même que beaucoup l’absolvent sur la base de propos qui ne lui coûtent rien montre bien la puissance de l’illusion nationaliste.

La titraille est de Connectionivoirienne

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire