Mévente de l’anacarde en Côte-d’Ivoire: Un opérateur indien « véreux » arrêté

Filière anacarde – Un opérateur économique accusé d’être à l’origine de la mévente

Un syndicat de producteurs annonce son arrestation (Déclaration)

La commercialisation de l’anacarde rencontre des difficultés depuis quelques années. Ces difficultés qui s’expliquent par plusieurs raisons ont des conséquences énormes auprès des producteurs qui demeurent le maillon le plus vulnérable de la dépréciation de la valeur marchande de l’anacarde qui se traduit depuis la campagne 2017-2018 par une mévente de cette culture.

Face à cette situation, le Syndicat National Agricole pour le Progrès en Côte d’Ivoire (SYNAP-CI) n’a de cesse attiré l’attention des autorités en charge de la gestion de cette filière notamment, le Conseil du Coton et de l’Anacarde. Malheureusement, le mal est déjà fait. En effet, plusieurs exportateurs et négociants de noix de cajou ont, par des actes peu recommandables mis à mal le processus de commercialisation, à travers des prix dérisoires payés aux producteurs.

Au nombre de ceux-ci, figure Monsieur JEYA-CHANDRA SEKAR, Responsable de TANDEM DE TIENINGBOUE (Regin Export) dont l’entrepôt est situé dans la zone portuaire d’Abidjan qui, selon les informations en notre possession a été arrêté le vendredi 14 juin 2019 par la brigade de recherche de la gendarmerie nationale. De quoi s’agit-il ?

En effet, selon les plaignants, M. Koné Brahima (SOCAYE), M. Koné Abdoulaye ( SOCAYE), M. Cissé Oumar (COOPA BENI), tous trois (03) responsables de coopératives agricoles ont livré au total 2 378 983 Tonnes de noix de cajou d’une valeur marchande de 500 400 000 F CFA au sieur JEYA-CHANDRA SEKAR en raison de 590 par kilogramme. Malheureusement, les choses ne se passeront pas comme prévu. Ainsi, en lieu et place du paiement du montant initial, l’exportateur décide de proposer un nouveau prix de 525 F CFA/Kg et des semaines après, il propose à nouveau un autre prix 300 F CFA / kg à ses fournisseurs, en avançant des arguments fallacieux. Les producteurs par le biais de leurs coopératives respectives refusent cette nouvelle qui s’apparente à un chantage.

Après plusieurs jours de négociation, les responsables de différentes coopératives conviennent de réceptionner la proposition du sieur JEYA-CHANDRA SEKAR, en attendant de porter l’affaire devant les juridictions compétentes. Une fois de plus l’exportateur ne respectera pas son engagement et ne versera qu’une partie de la somme due aux producteurs d’anacarde et quitte précipitamment la Côte d’Ivoire, en passant par le Ghana.

Après un temps de villégiature, le sieur JEYA-CHANDRA SEKAR revient sur ses pas en Côte-d’Ivoire mais, cette fois-ci il décide d’acheter les noix de cajou avec une nouvelle société avec l’accord d’une nouvelle banque. C’est ainsi qu’il est approché par les producteurs victimes de sa mauvaise foi qui avaient entre temps porté plainte contre lui pour escroquerie, abus de confiance et faux et usage de faux.

Bien au contraire, depuis son arrestation le sieur JEYA-CHANDRA SEKAR continue de narguer ses victimes, producteurs de noix de cajou en prétextant qu’il est le protégé d’un certain procureur qui lui aurait commis 03 avocats pour sa défense et qu’aucun syndicat ne peut l’effrayer.

Au regard de tout ce qui précède, le SYNAPCI

– rassure les braves producteurs et les invite à avoir confiance en la justice qui est en train de faire son travail ;

– remercie le gouvernement et le garde des sceaux qui suivent de près cette procédure afin que les producteurs soient soulagés ;

– Dénonce avec la dernière énergie les exportateurs de noix de cajou qui continuent de gruger les producteurs.

Fait à Abidjan le 15 juin 2019

Pour le SYNAP-CI

KONE MOUSSA

PRESIDENT

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire