Depuis Paris, Issiaka Konaté invite Ivoiriens de l’Extérieur à venir investir en Côte-d’Ivoire

Forum des Diasporas Africaines à Paris

Le DG Issiaka Konaté présente la politique de gestion des Ivoiriens de l’Extérieur et les invite à venir investir en Côte d’Ivoire

Présent à la 2ème édition du Forum des diasporas africaines en France tenu à Paris le 21 juin, le Directeur Général des ivoiriens de la diaspora, Issiaka konaté, accompagné du Ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement ivoirien, Sidi Touré, ont présenté les mesures prises par le gouvernement ivoirien pour attirer les Ivoiriens de France à venir investir en Côte d’Ivoire.

Prendre en compte les préoccupations des Ivoiriens de l’Extérieur pour mieux les accompagner dans la réalisation de leurs projets d’investissements, c’est le but des annonces fortes faites par le DG Issiaka Konaté et le Ministre Sidi Tiémoko à l’occasion de cette 2ieme édition du Forum des Diasporas Africaines.

Au nombre de ces mesures phares, figurent notamment la création d’« un fonds pour accompagner l’investissement de la diaspora ivoirienne en Côte d’Ivoire » et d’une « cartographie des Ivoiriens de l’étranger » pour mieux les répertorier quantitativement et qualitativement sur les cinq continents.

Le Directeur Général des Ivoiriens de l’Etranger, M. Issiaka Konaté a annoncé qu’« une politique de gestion des Ivoiriens de l’extérieur sera, très bientôt, soumise à l’approbation de la diaspora à l’occasion du prochain forum de la diaspora ivoirienne qui aura lieu au mois de juillet 2019 à Abidjan» .

Au fait des réalités, il n’a pas manqué de souligner qu’en plus des demandes d’accompagnement à l’investissement, les questions de demandes d’ordre social voire humanitaire seront également abordées. Des Ivoiriens en difficultés dans les pays d’accueil sollicitent constamment l’assistance du gouvernement pour les aider à retourner en Côte d’Ivoire. Toutes ses préoccupations seront à l’ordre du jour.

Pour sa part, le Ministre Sidi Touré a laissé entendre que ces mesures traduisent de la volonté politique du Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, de faire participer le capital humain, que sont nos ressortissants expatriés (estimé à un million d’âmes à travers le monde) à l’économie de la Côte d’Ivoire.

C’est à juste titre donc qu’il a rappelé, lors de son intervention, la création en 2012 du ministère de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur, confié au Ministre Ally Coulibaly et dont la mission est de « tout mettre en œuvre pour transformer les Ivoiriens de la Diaspora en véritables investisseurs dans leur pays ». Nos diasporas participent à l’économie de notre pays car ils transfèrent un peu plus de 200 milliards de Francs CFA, soit 1% à 2% du Produit Intérieur Brut (PIB). Ce qui n’est pas rien.

Pour cette seconde édition 2019, le Forum des Diasporas Africaines a connu le même succès que lors de la première édition de 2018. Il a accueilli des milliers de participants – 3000 personnes l’année dernière – dont essentiellement des porteurs de projets à forte valeur ajoutée. Ce rendez-vous annuel a pour objectif d’inventer des stratégies de co-développement qui répondent au mieux à l’intégration des populations issues de l’immigration africaine dans l’émergence de leurs pays d’origine.
Ce Forum, qui a duré une journée, a été l’occasion de valoriser le rôle des diasporas, de faire du réseautage et surtout de proposer des solutions concrètes aux grandes problématiques du moment. A savoir, l’accès aux financements devenu un véritable parcours du combattant, la mobilité professionnelle dont les obstacles ont été identifiés, et le recrutement de jeunes talents.

Dix milliards d’euros de transferts d’argent vers l’Afrique

Quant au potentiel financier de ces diasporas africaines, les chiffres plaident en leur faveur. Dans l’Hexagone, où vivent 3,6 millions de personnes d’origine africaine dont 142 000 étudiants, les transferts d’argent vers l’Afrique sont estimés à dix milliards d’euros, ce qui représente environ 6 560 milliards de francs CFA. Ce flux financier est passé du simple au double avec une augmentation de 5,6 %, et 75 % de ces fonds sont destinés aux dépenses courantes des familles restées au pays.

A l’échelle mondiale, selon un rapport de l’African Institute for Remittances (AIR) de 2017, les diasporas africaines ont envoyé aux résidents de leurs pays d’origine, 65 milliards de dollars américains. Ce montant équivaut à 44,33% de l’aide publique au développement (146,6 milliards de dollars américains) accordée par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) aux pays africains.

Si cette générosité et cette solidarité agissantes des diasporas africaines sont saluées à juste titre, beaucoup de spécialistes penchent pour que celles-ci s’investissent davantage dans les secteurs de croissance comme les services financiers, la grande distribution et l’énergie qui représentent les enjeux du futur du Continent qui comptera d’ici 2050 entre 2,5 à 3 milliards d’habitants.

Ambassade de Côte d’Ivoire en France
Paris

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire