« Moi, Afro-pragmatique »

Depuis des lustres, il nous auront passé au scanner. La phase de l’exploration leur a valu de connaître les moindres secrets gardés par les sols et sous-sol d’ici. Même notre climat, notre soleil, notre oxygène, notre teinture de peau et de cheveux, ils en connaissent les vertus. Ils ont réalisé des tracés non pas hasardeux, mais à desseins. Entretenir des foyers permanents de tension au cas où…

La colonisation leur a permis de mettre la main sur ce que les René Caillé, Treich Lapleine et autres avaient vu, senti, goûté. La vraie différence entre ces gens et nous, c’est la capacité cognitive. Cette capacité à se concentrer sur l’essentiel pour réaliser demain. Je ne suis pas panafricaniste. Ça, ce n’est plus une information. C’est sû de tous. Le verbiage lourd et creux, ces pedants des plateaux de télé me font détester ce concept. Je suis plutôt de la race des Afro-pragmatiques. Oui, de la lignée de ces Africains capables de transformer le désert en paradis. Les gens d’en face ont leurs Sig, Mirage, Apaches, Avions Fantôme, Hummer, Sous-marin, Armes nucléaires, Satellite… Il serait suicidaire de sacrifier des nuits à dessiner des plans de guerre. C’est inutile de leur opposer une quelconque épreuve de force. Ils nous tueront comme des poulets. Opposons-leur, imposons-leur, notre intelligence, notre capacité à transformer ce que nous avons. À nous aimer tels que nous sommes. À aimer ce que nous produisons. À consommer ce que nous produisons. Eux, ils sont conscients du danger qui les guette, mais ont pris le soin d’avoir des leviers. Attiser à tous moments, les foyers de tension pour venir à bout de nos ambitions, somme toute légitime. Le point départ, c’est l’École. Vous remarquerez qu’ils ont enlevé l’essentiel à notre École. Là encore, on s’est rendu complice de leur malhonnêteté. On nous a formé de beaux discoureurs, de beaux poètes, de très beaux parleurs de français et d’anglais, des éminents philosophes, mais jamais ils nous aurons appris à transformer le cacao, à transformer le sable en verrerie, à casser les roches pour en faire du marbre, à construire des automobiles… Bêtement, on a suivi. Ils s’en trouvent même des professeurs dits d’université, qui ne parviennent toujours pas à cerner les enjeux de l’École.

Lettres Modernes, Philosophie, Communication, Linguistique, Histoire, Géographie, Anglais, Espagnol, Allemand, Anthropologie, Droit, Criminologie, Mathématiques, Physiques, Chimie, Médecine, Pharmacie, Informatique, Sciences Économiques, Portugais, Sociologie.

Voilà à peu près ce qui est enseigné dans nos Universités publiques. Prêtez attention à nos filières de formations et vous comprendrez la supercherie.

Pour rappel, la rencontre sur le cacao à Abidjan entre le Ghana et la Côte d’Ivoire s’est soldée par un échec.

C’était juste un rappel en passant. Moi, je suis un Afro-pragmatique. Et vous ?

Jo Winner Saraka

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire