Depuis Washington, DC Thierry Tanoh lance ses premières critiques depuis sa sortie du gouvernement

A l’invitation de la délégation générale du PDCI-RDA Washington DC Métro, l’ex-ministre du Pétrole, de l’Énergie et du Développement des Énergies renouvelables, Thierry Tanoh a animé une conférence le samedi 6 Juillet 2019. Celle-ci a été l’occasion pour lui d’apporter sa première critique directe depuis sa sortie du gouvernement. Pour lui, le rôle d’un leader ce n’est pas de donner du travail à ceux qui viennent quémander mais de mettre en place un environnement qui permette à tous d’avoir accès à un travail. Afrik Soir vous propose de larges extraits.

A l’en croire, « il y a des avancés car le taux de pauvreté est passé a 46,3% en 2015 contre 48,9% en 2008. Donc il y a des améliorations ces dernières années. Notre pays a quelque chose de très fort et c’est ça qui fait la différence. Et notre force c’est notre ADN que nous a légué le président Félix Houphouët-Boigny. Il s’agit de notre devise : Union discipline travail. Et c’est dans ce cadre que nous devons bâtir notre société. Notre devise constitue le socle de notre société. Aujourd’hui on croit être unis mais on n’est certainement pas disciplinés. Donc l’héritage dont on parle est pour le moment virtuel ».

« Quand on parle d’union ce n’est pas la stigmatisation, ce n’est pas l’entretien d’un climat de peur, ce n’est pas la poursuite des intérêts personnels au détriment des autres. L’union c’est la responsabilité et l’implication de tous. Seul on va peut-être vite mais ensemble on va beaucoup plus loin. L’union dans la diversité est la formation de notre société. La cohésion sociale est très importante. L’équilibre entre les individus et la diminution des inégalités. Cette notion d’inégalité dans une société est très importante. L’équité dois être la règle du vécu partout en Côte d’Ivoire », a précisé Thierry Tanoh.

« Le deuxième aspect important est la discipline. Elle est synonyme de civisme et englobe la morale, le patriotisme. L’indiscipline entraîne l’incivisme et celle-ci est à la base de plusieurs maux. A savoir la faiblesse de notre système éducatif, l’impunité, la médiocrité, l’incapacité de fonctionner. Quand vous venez ici et vous conduisiez une voiture aux Etats Unis et que vous arrivez à Abidjan, vous vous retrouvez dans un autre monde. Vous pouvez voir l’état de développement d’un pays à ces éléments qui sont entre autre la discipline des automobilistes », a-t-il expliqué.

« A Abidjan, lorsque vous êtes dans le sens giratoire et que l’autre vient en sens inverse quand vous lui faites les codes phares, c’est comme si c’est vous qui étiez le problème. On a une échelle de valeur qui est renversée. Amusez-vous un jour à dire à un chauffeur de ‘’Woro Woro’’ qu’il est dans le mauvais sens, il va vous dire que c’est plutôt vous. Le PDCI-RDA doit travailler de sorte que la discipline revienne. Aucune qualité ne peut remplacer la discipline », a fait observer l’ex-ministre.

« Il n’existe pas de succès, sans le travail ; ceux qui disent le contraire vous mentent. Il y a des gens qui prennent des raccourcis cela est vrai mais un jour ou l’autre ça va vous rattraper. Seul le travail paye. Il est donc important pour les militants du PDCI qu’on se présente en des exemples et qu’on soit nous-mêmes des travailleurs. Le rôle d’un leader ce n’est pas de donner du travail à ceux qui viennent quémander. Le rôle de nos leaders c’est de mettre en place un environnement qui permette à tous d’avoir accès à un travail », a recommandé Thierry Tanoh.

Karina Fofana
Source: Afriksoir.net

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire