« Jeu de massacres en Côte-d’Ivoire »: Soumahoro, Soro, APF…

Lu pour vous

Les travaux de la 45è session annuelle (5 au 9 juillet 2019) de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) s’ouvrent officiellement le lundi 8 juillet 2019 à Abidjan.

Mais le plat de résistance, le renouvellement du Bureau, a déjà été servi dans un contexte de tension. Car, dans la guéguerre ivoiro-ivoirienne, les assises tournent au jeu de massacre.

Soro Guillaume a commis des avocats français. Ils ont perdu la première bataille: le report des assises. Ils n’entendent cependant pas jeter le manche après la cognée.

Car, à huis clos et à l’unanimité, Amadou Soumahoro, président de l’Assemblée nationale, a été élu, le vendredi 5 juillet, au poste de président de l’APF; consacrant une grande victoire politique du pouvoir ivoirien.

« Tout concourt à attester que l’APF à été mise à la disposition de ceux dont le projet est de m’anéantir et me broyer », a protesté Soro Guillaume dans un tweet en date du 7 juillet.

L’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire s’estime lésé et spolié de ses droits statutaires. Il est le président sortant de la section région Afrique de l’APF et 1er vice-président du bureau sortant de l’Institution francophone et se considère donc, le successeur légal du président sortant, conformément à l’article 10.5 des Statuts de l’APF.

Aussi, son conseil a-t-il choisi de rester sur le pied de guerre. Il veut attaquer, sur le fond, les résolutions qui viendront sanctionner ces assises inédites dans l’histoire de l’APF.

Ferro Bally

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire