Yasmina Ouégnin face aux tueurs d’initiative et contre-révolutionnaires en Côte-d’Ivoire

Par Connectionivoirienne

Engagée

Est-il possible que les ivoiriens, face à la gouvernance qu’ils décrient, face à un régime qui broie ses opposants, les embastille, se retrouvent à l’unisson autour d’un projet commun pour mettre le hola ? La question mérite d’être posée tant les ragots et les débats puérils soulevés çà et là sur les réseaux sociaux après le meeting d’Anono samedi dernier, sont incompréhensibles et puent la mauvaise foi. Cela nous ramène à une réalité. En Côte d’Ivoire, les ivoiriens aiment une chose et son contraire. Sinon comment comprendre que la grogne monte dans nos quartiers depuis que le gouvernement a publiquement annoncé l’établissement des cartes nationales d’identité à 5000 FCFA, un groupe de députés tente d’organiser la riposte et qu’ils soient moqués par ceux-là même qu’ils veulent défendre ?

La députée Yasmina Ouégnin en particulier, fait l’objet d’un matraquage organisé sur les réseaux sociaux. Pour ses détracteurs, la jeune femme qui s’oppose à la confection de la CNI à 5000 FCFA aurait arboré lors du meeting, un sac à main Louis Vuitton d’une valeur de 2 mille euros. Et ceux-ci d’en déduire que sa nouvelle initiative s’apparente à un paradoxe voire une moquerie car si elle met en avant la pauvreté pour prendre la tête de cette revendication, sa posture de riche ou de fille de riche brouille son message.

Du coup, on transforme une contradiction principale en une contradiction secondaire. En quoi le sac de valeur de Yasmina Ouégnin l’empêche de mener à bon port le combat ? Devrait-elle se présenter en guenilles pour être conforme à sa revendication ? Alassane Ouattara n’a-t-il pas fait campagne en jet privé en 2010 en surfant sur l’extrême pauvreté dans laquelle, selon lui, le régime de Gbagbo avait plongé les ivoiriens ?

La méthode est connue. Il est devenu constant chez certains qu’ils affectionnent le conformisme. Pour eux leur situation, même si elle n’est pas confortable, doit rester en l’état et toute initiative pour la changer est combattue. Quel masochisme !
Yasmina aura donc fort à faire avec ces rameurs à contre-courant. Elle devra se concentrer sur son objectif si tant est qu’elle réalise vraiment que le temps est venu de se donner en sacrifice. Elle devra vaincre les réticences et contourner les peaux de banane de ceux qui pensent qu’ils sont les dépositaires de l’aspiration du peuple mais ne font rien en cas de péril.
 »Pour que nos vœux se réalisent enfin, nous continuerons de lancer l’alerte et de nous mobiliser car c’est l’avenir de notre pays qui est en jeu », a-t-elle déclaré samedi à Anono, traçant ainsi le canevas de ses actions à venir. C’est justement pour contrarier l’action citoyenne de la députée que les empêcheurs d’actions sont à l’œuvre pour détourner la réaction des masses. Mais les prémisses observées à Anono ont démontré que si l’opposition parle d’une même voix, bien des combats peuvent être gagnés. A Anono, il y avait du beau monde mais c’est la logistique déployée qui était plus impressionnante. Plus de 20 bâches, des écrans géants, une sono au top.

Qui a vu Yasmina à l’œuvre lors de ses campagnes pour les législatives, sait qu’elle ne fait pas dans la dentelle quand elle organise quelque chose. Ceci peut faire pâlir de jalousie et de médisances, de la part de ceux qui sont prompts à critiquer mais jamais dans l’action concrète.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Author: La Rédaction

Laisser un commentaire